Saint-Valentin ou Sainte-Barbe ?

Hé bien, les deux, figurez-vous. C’était le 14 février, donc la Saint Valentin, tous les amoureux du monde doivent savoir ça ; et on a profité de l’éclaircie du soir pour aller se promener à la pointe Sainte-Barbe à Saint-Jean-de-Luz, ce qui nous fait encore un saint de plus (pour le prix de deux).

En tous cas, c’était très beau, comme d’habitude, quelques images pour le prouver…

ciel menaçant

Vers le grand large…

vers Socoa

Vers Socoa (de l’autre côté de la baie).

le fanal

Notons au passage que ce bâtiment abrite juste un fanal, et non une chapelle, pas de saint supplémentaire de ce côté-ci par conséquent.

la falaise

Côté falaises…

Saint-Jean-de-Luz

…et côté ville.

la digue de Sainte-Barbe

En bas, les vagues balaient la digue sans discontinuer.

le cimetière marin de Ciboure

Côté montagne, mais en bord de mer, c’est le cimetière marin de Ciboure qui offre à ses pensionnaires une éternité mouvante.

Sainte-Barbe

Sainte Barbe, pour moi, petite, c’était le dimanche de l’année où la fanfare des pompiers faisait la musique à la messe dominicale, et dans la cathédrale c’était quelque chose d’impressionnant, après çà quand on vous parle de style pompier il n’y a pas besoin d’explication.
Mais c’était aussi et déjà le nom de ce promontoire de Saint-Jean-de-Luz où l’on allait quelquefois se promener en famille et regarder sauter les vagues. Ce secteur est désormais très bien aménagé par la ville de St Jean, et la vue sur la baie y est toujours aussi splendide. Étant donnée la proximité du lieu, c’était un bon endroit pour aller s’aérer un peu pendant l’éclaircie de l’après-midi ce dimanche 10 février.

Ah ben zut ! Passage barré ! Qu'à cela ne tienne, prenant (mauvais) exemple sur les promeneurs arrivant du chemin barré, nous enjambons les barrières comme des voyous.

Ah ben zut ! Passage barré ! Qu’à cela ne tienne, prenant (mauvais) exemple sur les promeneurs arrivant du chemin barré, nous enjambons les barrières comme des voyous.

Il y a bien un affaissement, même si on a pu passer quand même, mais on a bien vu qu'il fallait interdire le chemin à la circulation. Après avoir franchi les autres barrières nous arrivons au promontoire avec sa chapelle blanche.

Il y a bien un affaissement, même si on a pu passer quand même, mais on a bien vu qu’il fallait interdire le chemin à la circulation. Après avoir franchi les autres barrières nous arrivons au promontoire avec sa chapelle blanche.

Entre le chemin et l'océan, le terrain est plutôt raide, c'est celui-ci qui s'affaisse en partie dans la mer.

Entre le chemin et l’océan, le terrain est plutôt raide, c’est celui-ci qui s’affaisse en partie dans la mer.

Les curieux regardent çà depuis le belvédère.

Les curieux regardent çà depuis le belvédère.

De là on peut voir les falaises avec cet aspect si particulier de piles d'assiettes.

De là on peut voir les falaises avec cet aspect si particulier de piles d’assiettes.

Sur la gauche, c'est la digue de Sainte-Barbe que les vagues franchissent tranquillement, sans même déferler.

Sur la gauche, c’est la digue de Sainte-Barbe que les vagues franchissent tranquillement, sans même déferler.

De l'autre côté c'est la baie de Saint-Jean, dominée par la Rhune et ses 905 m.

De l’autre côté c’est la baie de Saint-Jean, dominée par la Rhune et ses 905 m.

Voilà l'enfilade des trois digues qui protègent la baie, Sainte-Barbe, l'Artha (au milieu) et Socoa. Au fond, le Jaizkibel en Espagne. Il y a la pluie qui va arriver par là-bas, car le vent vient du Sud-Ouest aujourd'hui.

Voilà l’enfilade des trois digues qui protègent la baie, Sainte-Barbe, l’Artha (au milieu) et Socoa. Au fond, le Jaizkibel en Espagne. Il y a la pluie qui va arriver par là-bas, car le vent vient du Sud-Ouest aujourd’hui.

La vue du front de mer de Saint-Jean est un peu inhabituelle avec les montagnes enneigées, elles ne sont pas très hautes pourtant.

La vue du front de mer de Saint-Jean est un peu inhabituelle avec les montagnes enneigées, elles ne sont pas très hautes pourtant.

L'eau est vraiment verte avec la lumière du soleil sous les nuages.

L’eau est vraiment verte avec la lumière du soleil sous les nuages.

Houlà ! On dirait que çà va vraiment se gâter cette fois. La montagne, c'est les trois-Couronnes ou penas de Haya derrière Irun en Espagne.

Houlà ! On dirait que çà va vraiment se gâter cette fois. La montagne, c’est les trois-Couronnes ou penas de Haya derrière Irun en Espagne.

Tiens ! Il est gonflé, celui-là ! Un tournepierre à collier qui passe sur le muret à moins d'un mètre de moi, avec quelques copains.

Tiens ! Il est gonflé, celui-là ! Un tournepierre à collier qui passe sur le muret à moins d’un mètre de moi, avec quelques copains.

Une maisonnette inoccupée non loin de notre parking ; un petit côté pagode basque ? On a quand même eu le temps de rejoindre la voiture sans se mouiller, tout juste...

Une maisonnette inoccupée non loin de notre parking ; un petit côté pagode basque ? On a quand même eu le temps de rejoindre la voiture sans se mouiller, tout juste…