Vagabondages de mai.

Le mois de mai s’est ensuite achevé sans grande ni petite expédition, hormis les allées et venues entre l’Ariège et le Pays Basque. Il a été accompagné de son habituel cortège de soleil, de pluies et de brumes, de fleurs et même de bestioles.

Premier passage par l’Ariège au retour du Roussillon :

Le Mirabat apparaît entre les brumes

apparition du Mirabat entre les écharpes de brumes tandis que le soleil perce à travers les nuages.

une pervenche

Quelques fleurs de pervenches sur le rocher du fond de la terrasse.

les jardins

Dans les jardins côté Nord, les pommes de terre commencent à montrer leurs feuilles, et les courges essayent de s’adapter à leur vie en pleine terre. Il est loin, le vieux temps où tout cela n’était qu’un grand champ de ronces !

les arctothèques

Autres lieux, nouvelles fleurs à découvrir : celles-ci s’avèrent originaires d’Afrique du Sud, l’époque est aux migrations. Ce sont des arctothèques, qu’on se le dise.

le jardin de Michou

C’est aussi la grande saison des fleurs dans le jardin de Michou à Anglet.

Biriatou

Une petite virée gastronomique à Biriatou, là aussi les fleurs apparaissent, mais il faut laisser la place du chat.

les iris d'Estours

De retour en Ariège, les iris sont au sommet de leur floraison, une période que j’apprécie particulièrement. Les grosses limaces noires les adorent aussi, mais je ne les laisse pas faire. Enfin… je fais ce que je peux.

fleur de lamier

Moins appréciés des mollusques, les lamiers tapissent les bords du chemin dit « la pierre plate » qui permet de monter au hameau depuis la route.

les ancolies

C’est aussi la pleine saison des ancolies, qui bleuissent abondamment les bords des chemins et des routes en mai et juin.

iris après la pluie

Les perles de pluie se posent sur les iris et leur font courber la tête, elles brillent dans le soleil.

les mésanges

Un couple de mésanges bleues s’est installé dans le mur nord, l’entrée du logis se trouve au-dessous de l’extrémité d’une poutre. Je les ai repérées aux piaillements de la marmaille lorsqu’un des parents arrive avec le ravitaillement. Mais il a fallu attendre longtemps avant de réussir à fixer la scène…

géranium livide

Plus discrets que les ancolies, les géraniums livides sont de plus en plus nombreux chaque année. J’aime leur délicatesse.

la rose rouge

L’une des roses rouges, jamais très nombreuses, a capté des centaines de gouttes, ça brille dans le soleil.

le lézard vert

C’est l’époque où les lézards verts, préoccupés par leur reproduction, deviennent un peu bleus (les mâles uniquement, paraît-il), et surtout bien moins farouches car leur attention se concentre sur la course à la lézarde.

encore le Mirabat

Dernier salut au Seigneur Mirabat avant de repartir vers l’Ouest…

couchant sur l'Océan

…et dernier salut au Soleil qui s’en va éclairer au-delà de l’Océan avant de revenir par l’Est le lendemain matin.

La rose.

Mercredi, un bouton de rose semble commencer à s'ouvrir.

Mercredi, un bouton de rose semble commencer à s’ouvrir.

Jeudi, les pétales extérieur commencent à se retrousser.

Jeudi, les pétales extérieurs commencent à se retrousser.

Vendredi, les pétales extérieurs sont encore les seuls à se déplier.

Vendredi, les pétales extérieurs sont encore les seuls à se déplier.

Samedi matin, la pluie de la nuit a fait plier la tige sous le poids des gouttes d'eau.

Samedi matin, la pluie de la nuit a fait plier la tige sous le poids des gouttes d’eau, qui ont alourdi le bouton.

Samedi après-midi, le soleil a séché les gouttes, mais la tige est restée courbée. Les pétales s'écartent rapidement.

Samedi après-midi, le soleil a séché les gouttes, mais la tige est restée courbée. Les pétales s’écartent rapidement.

Dimanche matin, la nouvelle pluie de la nuit a courbé encore plus la tige.

Dimanche matin, la nouvelle pluie de la nuit a courbé encore plus la tige.

Dimanche après-midi, ça y est, la rose est épanouie dans toute sa splendeur.

Dimanche après-midi, ça y est, la rose est épanouie dans toute sa splendeur.

Il était temps, car dimanche, le 31 mai, c’était le jour de mon départ ! Adieu, mon amie la rose…

Floralies de juin.

Nous avons fait plusieurs passages en Ariège ce mois de juin, on n’a donc pas raté grand chose des floraisons du moment. La variété est grande, et les photos pas toujours faciles à réussir. Quelques extraits en images…

Gros succès : déjà les premières roses trémières, les rescapées de la débroussailleuse, commencent déjà à fleurir.

Un gros succès cette année : déjà les premières roses trémières, les rescapées de la débroussailleuse, qui commencent à fleurir.

Jolies aussi, les fleurs de petits pois ! C'est tout ce que nous aurons eu cette année du côté des pois, nos amis à poils et à plumes nous ayant épargné la fatigue des récoltes.

Jolies aussi, les fleurs de petits pois ! C’est tout ce que nous aurons eu cette année du côté des pois, nos amis à poils et à plumes nous ayant épargné la fatigue des récoltes.

Un hémérocalle.

Un hémérocalle.

Un des lupins bleus.

Un des lupins bleus.

Les premières roses rouges, après la pluie.

Les premières roses rouges, après la pluie.

Du millepertuis perforé.

Du millepertuis perforé.

Un éphémère coquelicot.

Un éphémère coquelicot.

Et toujours les ancolies, mes préférées je pense.

Et toujours les belles ancolies, mes préférées je pense.