Praia de Itamambuca.

Dépêchons-nous maintenant de fuir la métropole de São Paulo et de rejoindre notre premier lieu de villégiature, la plage d’Itamambuca où nous avons loué une maison, près de la petite ville côtière d’Ubatuba, dans l’Etat de São Paulo, sur la côte atlantique.

Nous sommes le 17 décembre 2017, et comme vous le voyez, il fait plutôt bon à l’heure du petit déjeuner, en terrasse bien sûr. Et, évidemment, on trempe ses tartines dans un bon Van Houten. Irremplaçable. On ne rigole pas avec le Van Houten. Pas de shreddies chez nous 🙂

Une haie fleurie nous sépare de la piste d’accès, bien pourvue en nids de poule, et peut-être même d’autruche pour certains. Et la tenue de plage est définitivement adoptée.

On a aussi une piscine, et on en profite déjà ! Au fond, c’est notre chambre, et on a intérêt à fermer les volets le matin, sous peine de cuire rapidement.

Au bout de la piste, après une centaine de mètres, il y a un terre plein où on peut faire demi-tour en voiture, et un petit tunnel dans la jungle par lequel on peut accéder à la plage…

…que voici, du côté droit…

…puis du côté gauche, avec une lumière différente.

En voilà un qui est un peu content !

Plage, piscine, plage, piscine… c’est la belle vie !

Ces fleurs jaunes dans notre haie, si je ne me suis pas trompée, ce sont des « Allamanda cathartica. » Elles sont de la taille d’une fleur d’hibiscus, à peu près.

Quant à celles-ci, il s’agirait d’ixora, ou jasmine antillaise, et il y avait encore d’autres noms que j’ai oubliés.

Papy a eu des livres d’anniversaire.

Ce n’est pas parce qu’il lit que les blattes ont le droit de l’embêter.

Les clerodendrons, ici, poussent et fleurissent dehors.

Quant à ce végétal qui fait penser à un ananas, j’ai dû chercher longtemps avant de trouver qu’il s’agit d’un cône mâle de Cycas revoluta, plante qui ressemble à un palmier sans en être un, et qui se trouve être passablement toxique. C’est joli, quand même !

Pour le côté bestioles, en plus des blattes, nous avons bien vite des visiteurs à plumes, attirés par les morceaux de papaye que Fanny leur met dans le jardin.

Theo arrive très bien à se raconter des histoires que tout le monde ne comprend pas forcément. On est limités, il faut dire…

Il aime par dessus tout s’en aller à la plage, avec Maman…

…ou encore mieux, avec Papy, pour courir devant les vagues. C’est vrai, elle court pas beaucoup, Maman, en ce moment. Bizarre…

Zumaia la belle.

On n’avait pas eu assez de temps pour voir tout ce qu’on voulait à Zumaia lors de notre première visite à la découverte des flyschs, nous voilà donc repartis, le 25 janvier, à la découverte du village lui-même et de son environnement immédiat.

Zumaia, rappelons-nous, c’est une petite station balnéaire de la côte basque espagnole, connue pour ses formations rocheuses particulières (une sorte de feuilleté de roche) érodés par l’Océan, que l’on appelle flysch.

L’agglomération est bâtie autour de la ria de l’Urola, elle se compose d’un quartier ancien et de beaucoup d’immeubles neufs, et de pas assez de parkings vu l’affluence en saison, mais là au mois de janvier pas de problème. La ville s’est aussi dotée de l’inévitable port de plaisance, pris sur la réserve ornithologique qu’elle a dû s’engager à protéger.

Quelques somptueuses demeures anciennes le long du lit canalisé de l’Urola, celle-ci s’appelle la villa Luz.

Nous prenons l’itinéraire piétonnier qui mène à la plage d’Itzurun. Devant nous, un couple avec chacun son chien : le petit blanc avec monsieur, le grand noir avec madame.

Une succession d’escaliers et de terrasses permettent d’accéder à la plage. A marée basse, un bel espace sableux est dégagé, entouré des fameuses falaises de flysch ici aussi.

La maison là-haut semble bien près du vide !

Le mille-feuille rocheux vu d’en bas.

Des repères y ont été placés pour indiquer les couches correspondant à des moments géologiques particuliers. Je pense que c’est ce qu’inspectent les personnes que nous voyons ici.

En se retournant, on peut voir l’accès aménagé à la plage.

Par endroits, les couches ont tendance à s’éroder en formant plus ou moins des escaliers.

Côté mer, une belle plage à surfer, avec son mille-feuille de vagues.

En remontant vers le côté gauche, on découvre la chapelle San Telmo qui domine la situation depuis le bord de la falaise.

De là-haut, la vue sur les flyschs est différente.

La maison que l’on voyait depuis la plage est maintenant au-dessous de nous. Elle n’est pas tout à fait au bord du vide.

En s’avançant vers l’extrémité de la pointe, on découvre le pied de la falaise suivante et les effets de l’érosion en cours : des blocs en équilibre le long d’un banc rocheux.

Un improbable escalier descend vers le bouillon.

Un autre chemin nous ramène vers le village et nous permet d’en découvrir une vue différente, où la vieille église San Pedro, du haut de son rocher, domine les bâtiments environnants.

L’archipel des Lavezzi.

Retour à Bonifacio le lendemain, pas très tôt pour quelque raison que j’ai oubliée, et c’est bien dommage car la balade du jour méritait un peu plus de durée. Après avoir potassé les guides, nous arrivons donc au port en début d’après-midi, sans grand espoir de succès vu la saison, mais après tout ce sont les vacances scolaires, on ne sait jamais. Et voilà que oui, youpi ! Il y a encore un départ pour les îles Lavezzi, pas de temps à perdre ! On se dépêche de se garer et de prendre nos billets (le parking est lié aux bateaux de promenade) et vite au port pour l’embarquement.

la bitte

Nous voici déjà à bord, les marins détachent le bateau de sa bitte, et vogue la galère ! (Cette expression n’est pas très adaptée, mais dans le contexte ça m’a paru mieux qu’ « en voiture Simone ! »)

le port et le bastion

Au-dessus de nous, c’est le Bastion de l’Étendard que nous avons visité la veille.

le yacht

Notre rafiot passe à côté d’un yacht impressionnant amarré là.

la grotte Napoléon

Pour rejoindre la mer, il faut d’abord suivre l’étroit goulet naturel qui offre une protection exceptionnelle au petit port de Bonifacio. Avant d’en sortir, nous passons devant la grotte Saint-Antoine, dite aussi grotte Napoléon (sans doute plus récemment) en raison de la forme de l’entrée qui rappelle celle du bicorne de l’empereur.

le gouvernail

Nous voilà maintenant sortis du goulet, dont on voit ici l’entrée, entre le phare de la Madonetta (en rouge) et le rocher adossé à la pointe de la falaise appelé Gouvernail de la Corse.

Bonifacio

Le bateau tourne un peu vers la gauche (vers bâbord, devrais-je dire), et passe au-dessous de la vieille ville de Bonifacio en équilibre en haut de ses falaises. On y voit nettement la balafre de l’escalier du roi d’Aragon que nous avons visité la veille.

Bonifacio au loin

On s’éloigne rapidement, en longeant les falaises du capo Pertusato.

monument à la Sémillante

Nous arrivons maintenant à l’île Lavezzo, qui donne son nom à l’archipel des Lavezzi, à moins que ce ne soit le contraire. Sur un îlot rocheux battu par les vagues, le monument à la mémoire des plus de 700 marins disparus en mer en février 1855 lors du terrible naufrage de « la Sémillante », dont Alphonse Daudet fit un récit dans les « Lettres de mon moulin ».

l'eau turquoise

Mais voilà que nous approchons maintenant doucement de la plage (la Cala di l’Achiarina) sur laquelle nous allons débarquer, en mettant un peu les pieds dans l’eau ! Le fond sableux confère à l’eau une couleur paradisiaque, qui s’allie aux formes douces des blocs de granit pour un paysage de toute beauté.

l'autre bateau

Un frère de notre bateau est déjà mouillé dans la baie, attendant l’heure de prendre sa cargaison de promeneurs pour le voyage de retour.

le cimetière de l'Acharino

Il s’ouvre sur la plage, c’est l’un des deux cimetières de l’île, dit de l’Acharino. Là furent inhumés, il y a 160 ans, les restes des victimes du terrible naufrage.

blocs de granit

Pas d’arbre dans ce cimetière, mais, tout autour, d’énormes blocs de granit sculptés par les intempéries.

la croix sur le rocher

Ici une croix de fer toute simple a été fixée dans une faille de la roche.

le marécage

Un passage entre deux amas de granit nous permet d’accéder, en arrière de la plage, à une zone plate et herbeuse où un petit étang subsiste encore, sans doute à cause des récentes pluies. Avec l’eau, la vie reprend le dessus, et ce sont des dizaines de moustiques voraces qui se jettent sur nous et essayent même de nous piquer à travers les vêtements !

le grand chaos

Magnifiques chaos granitiques, pourtant bien proches du plateau calcaire de Bonifacio.

sous les nuages

On pourrait croire à un vaste chantier, avec tous ces amas de pierres !

capuchon de moine

Il y a même des fleurs ! Des fleurs bizarres, je n’en avais jamais vu, mais j’ai lu qu’elles sont courantes dans toute la Corse, et même sur le pourtour de la Méditerranée. Capuchons de moine, c’est leur nom.

la bergerie

Nous n’avons pas beaucoup de temps devant nous malheureusement. On aimerait aller jusqu’au phare mais nous n’avons aucune carte, impossible de savoir la longueur du sentier qui nous y conduirait. Nous apercevons ici la bergerie, elle fut construite au XIXe siècle par des familles bonifaciennes qui emmenaient leurs troupeaux sur l’île 6 mois par an.

vers la Sardaigne

Une échappée nous permet de voir, vers le Sud, les côtes de la Sardaigne toute proche. Une balise signale sûrement un des nombreux récifs.

le rocher bossu

Un rocher bien bossu, parmi tant d’autre formes singulières.

réunion de blocs

Encore une réunion de personnages surréalistes, trouvée en rejoignant la plage du départ : pas vraiment envie de passer la nuit sur l’île, sans eau ni nourriture et donnés en pâture aux innombrables moustiques. Retour imminent…

Une journée à Bonifacio.

De retour dès le mercredi vers notre base de Sartène, il nous restait encore deux jours entiers à consacrer à du tourisme. Deux jours de beau temps, cette fois, chouette ! Vacances scolaires en cours (l’université, qui rentre plus tard, n’a qu’une semaine aux vacances de Toussaint), nous décidons de revenir à Bonifacio pour retenter notre chance à l’escalier du Roy d’Aragon, fermé lors de notre dernier passage.

cap Pertusato

Escalier ou pas, le site est toujours aussi sublime, on ne résiste pas à la contemplation du cap Pertusato avec ses falaises calcaires. En plus, bonne idée, pour l’escalier ! Il était en effet ouvert à la visite, sans qu’il y ait foule, conditions idéales donc. Allons-y donc pour une petite descente vers la mer, malgré des marches assez redoutables pour les genoux usagés, j’y vais prudemment.

l'escalier du roy d'Aragon

Cet escalier, dont la légende dit qu’il fut creusé dans la falaise en une nuit par les soldats du roi d’Aragon lors du siège de la ville en 1420, emprunte une faille naturelle dans la roche. Il fut plus probablement réalisé par les moines franciscains pour accéder à une source d’eau potable située dans une grotte au pied de la falaise.

au bas de l'escalier

Plongeon déconseillé…

effet miroir

Vers le Sud, au-delà de la mer qui brille, ce sont les côtes de la Sardaigne toute proche, derrière l’archipel des Lavezzi.

le sentier creusé

Depuis le bas de l’escalier, le sentier continue à plat, toujours creusé dans la roche calcaire.

la grotte

Il conduit jusqu’à une grotte au fond de laquelle une grille empêche l’accès à la nappe d’eau, et où les visiteurs ont disposé d’innombrables petits cairns.

l'escalier

Il n’y a plus qu’à remonter, maintenant ! En fait, pour moi, c’est plus facile que la descente, il suffit de prendre son temps et ça marche (c’est comme ça, les escaliers 🙂 )

le goéland

Lorsque nous parcourons le chemin qui nous mène jusqu’au Bastion de l’Étendard, dont nous allons aussi faire la visite (on a acheté un billet double), les gens sont déjà attablés et ce goéland posé sur une marquise semble bien intéressé par les assiettes. Serait-il de la famille de la mouette de Gaston ?

une rue de Bonifacio

Ici les tables attendent encore d’éventuels clients.

les aqueducs

Autour de l’église, ces arches reliant les bâtiments sont en fait des aqueducs destinés à amener les eaux de pluie jusqu’à une grande citerne, l’approvisionnement en eau est un très vieux problème ici.

la madonetta

Une rue près de l’église…

le port

Le Bastion domine le port, situé tout au fond d’un très long goulet qui constitue un abri naturel exceptionnel pour les bateaux.

la porte de Gênes

De l’autre côté, on est au-dessus de la porte de Gênes, le plus ancien (et longtemps unique) accès de la cité fortifiée.

dans le Bastion

L’intérieur du Bastion est un dédale de salles soutenues par d’énormes piliers, certaines sont immenses.

le chevalier

Un magnifique chevalier en armure garde les lieux.

le cap Pertusato

Encore de belles vues sur le cap Pertusato avec son sémaphore, cette fois on a le rocher appelé « le grain de sable » au premier plan, il est très célèbre ici.

une enseigne

Dans une rue de la vieille ville, une enseigne prudente.

Nos visites nous ont pris la plus grande partie de la journée, il est temps de rentrer vers Sartène. N’ayant pas pris le temps de manger, on décide de trouver une plage pour un pique-nique tardif.

Tonnara

Ce sera la plage de la Tonnara, il paraît que c’est un spot de surf et kite surf bien connu, mais nous n’avons vu personne. J’ai lu qu’elle devait son nom à la pêche au thon qui s’y pratiquait en tendant des filets entre la plage et les îlots.

les planches

Un peu en retrait, la paillote du loueur de planches est encore là, mais peut-être la journée est-elle trop avancée pour qu’il y ait encore une activité.

vers l'Est

Le soleil descend vite à cette saison, et il a même rendez-vous avec la Lune.

soleil couchant

Sur le chemin du retour, on s’arrête un moment sur le superbe site de Roccapina alors que le soleil va bientôt disparaître dans la mer, derrière la vieille tour génoise qui défie le temps du haut de ses rochers.

Retour vers l’île de Beauté 2

Le temps file à toute allure, et les deux séquences d’enseignement étaient vraiment très rapprochées cette fois, ce fut donc bien vite le moment de revenir vers la Corse : un nouveau vol Toulouse Ajaccio le 18 octobre, beau temps à l’arrivée, et la chance de pouvoir se mettre près d’un hublot dans un avion pas très rempli :

arrivée à Ajaccio

Ajaccio nous apparaît au fond de son golfe bleu, pendant que l’avion longe le chaînon qui se termine par la pointe de la Parata et les îles Sanguinaires, au pied duquel la ville gagne de plus en plus de terrain. On aperçoit sur la gauche le cimetière marin où est enterré Tino Rossi !

le rocher des Gozzi

Le vent vient de la mer, et il faut se poser face à lui, nous effectuons un grand virage qui nous permet de passer en face du rocher des Gozzi, au nord de la ville.

massif du Monte d'Oro

Vers l’Est, c’est le massif du Monte d’Oro qui ferme le haut de la vallée.

à l'aéroport

Aéroport Napoléon Bonaparte, évidemment.

plage grand capo

Encore une fois, nous nous dirigeons vers la plage de Grand Capo et ses banquettes de posidonies, ces algues qui forment des prairies marines très importantes pour l’équilibre écologique. L’endroit est agréable pour pique-niquer.

les Sanguinaires à l'horizon

Les nuages arrivent, laissant tout de même passer quelques rayons de soleil, du côté des îles Sanguinaires.

une petite plage

Je décide de marcher un peu le long du sentier qui démarre à l’extrémité de la plage et suit le littoral jusqu’à Capo di Feno, à l’extrémité de la pointe. J’y découvre une première petite plage tranquille.

la plagede grand capo

En me retournant, je peux voir Grand Capo où on pourrait peut-être voir Daniel en train de bouquiner, si la résolution était suffisante.

une crique

Une deuxième charmante petite plage un peu plus loin encore.

fleurs de salsepareille

Une odeur douce, un peu miellée et vanillée, flotte dans l’air le long du sentier. Je finis par en identifier la source : ce sont les fleurs de salsepareille, cette plante réputée pour être la nourriture préférée des schtroumpfs. Mais pas de schtroumpfs à l’horizon…

près du cap

Je finis par franchir une clôture et accéder à une zone dénudée, je ne suis plus très loin de l’extrémité du cap et m’arrêterai là, car il est temps de revenir. Ici la végétation est différente, c’est vraiment la zone battue par les vents marins, avec des touffes d’immortelles et de plantes grasses.

plante en touffe

Celle-ci ressemble un peu à une euphorbe, mais rien de bien certain.

le sentier dans les pins

Je suis le même chemin au retour, parfois sous les pins, parfois dans le maquis odorant.

l'eau turquoise

Admirable couleur et transparence de l’eau…

les fruits des lentisques

Je ne suis pas très forte en plantes du maquis, mais là ce sont des fruits de lentisque.

la mer qui brille

Me revoilà sur la plage de Grand Capo, avec le soleil qui commence à descendre sur la mer. Il est temps de ramasser nos affaires et de prendre la voiture pour rejoindre Corte.

Avant le départ.

Prévu le vendredi, il nous restait encore une journée pour rejoindre Ajaccio et flâner un peu. Malheureusement, ce jeudi-là, une quantité de gros nuages fermement accrochés aux montagnes empêchait de profiter du spectacle des sommets, et menaçait l’éventuel intrépide randonneur d’une bonne douche bien fraîche.

Depuis notre arrêt casse-croûte, pas moyen de voir plus que le fond de la vallée de la Gravona. Nous bénéficions d'un rayon de soleil furtif, cependant.

Depuis l’endroit de notre arrêt casse-croûte, pas moyen de voir plus que le fond de la vallée de la Gravona. Nous bénéficions d’un rayon de soleil furtif, cependant.

Nous sommes arrêtés au départ d'une piste où nous découvrons une œuvre étonnante, la Corse sculptée à la tronçonneuse dans la partie basse du tronc d'un pin abattu, il y a même une signature !

Nous sommes arrêtés au départ d’une piste où nous découvrons une œuvre étonnante, la Corse sculptée à la tronçonneuse dans la partie basse du tronc d’un pin abattu, il y a même une signature !

 

Autour de nous, il y a quelques arbres qui nous regardent d'un œil bizarre, restons prudents...

Autour de nous, il y a quelques arbres qui nous regardent d’un œil bizarre, restons prudents…

Rien à faire, même en changeant de vallée les nuages sont partout et prennent même de l’embonpoint, on renonce à parcourir les routes de montagne et on se dirige vers Ajaccio. Bonne idée, car les nuages, n’ayant rien pour s’accrocher au-dessus de la mer, ils y sont bien moins serrés. C’est l’occasion d’aller marcher un peu sur la belle plage du Ricanto, près de l’aéroport.

Le soleil joue à cache-cache...

Ici, le soleil peut jouer à cache-cache…

Des palissades ont été installées le long de la plage pour préserver la végétation naturelle.

Des palissades ont été installées le long de la plage pour préserver la végétation naturelle. Et avec le soleil, les nuages paraissent encore plus menaçants.

Il va falloir marcher un moment avant d'arriver à la tour que l'on aperçoit là-bas !

Il va falloir marcher un moment avant d’arriver à la tour que l’on aperçoit là-bas !

En se retournant, c'est la ville d'Ajaccio.

En se retournant, c’est la ville d’Ajaccio.

Nous finissons par arriver à proximité de la tour. Entre nous et elle, c'est l'embouchure du Prunelli, une zone humide se cache derrière la dune que longe la rivière avant de rejoindre la mer.

Nous finissons par arriver à proximité de la tour. Entre nous et elle, c’est l’embouchure du Prunelli, et une zone humide se cache derrière la dune que longe la rivière avant de rejoindre la mer.

De l'autre côté, il y a aussi une belle dune du sable amené par le petit fleuve. Et toujours les nuages menaçants accrochés aux montagnes.

De l’autre côté, il y a aussi une belle dune du sable amené par le petit fleuve. Et toujours les nuages menaçants accrochés aux montagnes.

Derrière la dune se dresse la tour de Capitello sur un promontoire rocheux, elle n'est pas bien loin de nous mais impossible d'y parvenir sans se mouiller les pieds ! Je me contente donc de la prendre au zoom, en profitant d'un rayon de soleil opportun.

Au-delà de la dune se dresse la tour de Capitello sur son promontoire rocheux, elle n’est pas bien loin de nous mais impossible d’y parvenir sans se mouiller les pieds ! Je me contente donc de la prendre au zoom, en profitant d’un rayon de soleil opportun.

Une dernière image de ce bel endroit avant de revenir sur nos pas pour rejoindre notre logis du soir à Bastelicaccia.

Une dernière image de ce bel endroit avant de revenir sur nos pas pour rejoindre notre logis du soir à Bastelicaccia.

Dernière image du jour : le couchant sur les îles Sanguinaires, depuis la fenêtre de notre chambre à Bastelicaccia. La promesse d'une belle journée pour notre voyage du lendemain. A bientôt, la Corse !

Dernière image du jour : le couchant sur les îles Sanguinaires, depuis la fenêtre de notre chambre à Bastelicaccia. La promesse d’une belle journée pour notre voyage du lendemain. A bientôt, la Corse !