Balade improvisée.

Autour du thème récurrent du repas en cidrerie, nous voici maintenant le samedi 30 mars (2019, bien évidemment, je respecte la chronologie, moi).
Au programme, pour bien commencer, une jolie balade, à savoir la visite, sur les flancs du Jaizkibel, de la « vallée des couleurs », déjà présentée précédemment dans ce blog (https://coxigrue.wordpress.com/2016/09/15/les-couleurs-du-val/).
Départ matinal, bonne météo, pas de virus à l’horizon, tout s’annonce formidablement bien. Dernier rond-point à Fontarrabie, on s’engage sur la petite route du Jaizkibel.
« Dis donc, qu’est-ce qu’il y avait marqué sur le panneau ? »
« Bah, où ça un panneau, j’ai pas vu ! »
Hé bien, je vais vous le dire, moi, ce qu’il y avait sur le panneau. La route, notre route, la chouette petite route qui parcourt le massif du Jaizkibel côté Océan, allait être coupée tout le reste de la journée pour un rallye automobile. Finie la balade des couleurs ! Bravo les organisateurs !
Nous voilà donc tous les sept en train de réfléchir à un plan B comme Balade Bis, pas trop loin, pas trop à l’aventure. Comme Daniel et moi sommes les seuls à habiter la région, et gravement responsables de l’organisation défaillante, c’est vers nous que se tournent les regards. On se souvient alors d’avoir visité le secteur des anciennes mines près d’Irun, celles qui ont autrefois alimenté l’ancienne forge où nous devons aller manger et boire du cidre ce soir. En route pour la cidrerie, donc.
Mais quoi ! Arrivés au niveau de l’établissement, voilà que ça recommence : impossible de nouveau de poursuivre notre route plus loin ! Que se passe-t-il ? C’est à peine croyable, il y a ici aussi un rallye organisé, et défense de continuer.
Après concertation, on se décide donc à poser les voitures sur place et à faire une petite balade en circuit à partir de là, et espérons qu’on ne trouvera pas une course pédestre sur notre chemin !

49683900398_93517956ac_c

Le départ se fait en longeant par le haut la série des fours d’Irugurutzeta autrefois utilisés pour calciner le minerai de carbonate de fer, afin de le transformer en oxyde et d’augmenter ainsi sa teneur métallique.

49684735572_4d310a694e_c

Nous empruntons alors un chemin très raide, sur le tracé d’un chemin de fer sur lequel descendaient les wagonnets de minerai.

49684738792_487efdf391_z

Sur le bord du chemin, des euphorbes attirent le regard, avec leur couleur si particulière.

49684738677_0bdb623898_z

Pendant que je photographie, mes compagnons ont fini la grimpette et m’attendent en haut, et c’est sacrément raide !

49684458976_67678b75b9_c

Après cette première partie où les wagonnets étaient manifestement actionnés par des câbles, le chemin devient presque plat. Toute cette zone est désormais un parc naturel et a été entièrement reboisée.

49683923013_a15ac38867_z

Un bois mort un peu rigolo, sur le bord du chemin. C’est un garçon, apparemment !

49683922848_018132b3fe_c

Le débourrage printanier touche certaines espèces avant les autres, ce qui donne cet aspect si particulier aux forêts.

49683922728_4646ec8c8d_c

Après une nouvelle grimpette, nous rejoignons un nouveau chemin presque à plat, qui nous offre quelques beaux aperçus sur le paysage environnant, et jusqu’à l’Océan.

49683955953_9f398ab09b_c

Il est temps de casser la croûte !

49684757287_2521c88b25_c

Les impressionnantes falaises des Peñas de Haya (Aiako Harria en basque) ne sont pas bien loin de nous.

49683952098_d8ff8fa532_c

On reprend notre itinéraire, qui passe maintenant dans des zones d’habitation et de pâturages.

49684790852_2e54a8e6c5_c

Et de cerisiers, aussi : on connaît la célèbre confiture de cerises noires qui accompagne agréablement le fromage de brebis, dans la région.

49683955433_c92dedd069_c

Puis on retraverse une zone boisée pour terminer notre boucle. Il y a là sur le talus des fleurs jaunes que je ne saurai pas vous nommer malheureusement, des composées en tous cas.

49684789892_0882a17015_c

Puis on passe devant une entrée de galerie condamnée. Ici les rails n’ont pas été enlevés.

49683953023_d9c6a15fd5_c

Petite halte en face des fours, que nous longeons cette fois par en bas.

49684788557_b3d289a99c_c

Ils sont de formes et de matériaux divers, mais tous possédaient les mêmes fonctions et caractéristiques : un vaste foyer de calcination, une alimentation par le sommet et des bouches inférieures pour le déchargement.

49684787577_869128b921_z

Pour le potager, c’est de l’autre côté du ruisseau !

49684787437_d76754338b_z

Aaaah ! C’était le bon temps, quand on pouvait encore se faire des câlins, sans masque ni distance de sécurité…

Balade printanière.

Hé oui, c’était le 16 mars 2019 seulement, mais comme le printemps météorologique commence déjà le 1er mars, ai-je appris en écoutant la miss météo dans le poste, je peux donc sans mentir parler d’une balade printanière.

49596176941_26cec831d6_c

Qui a reconnu le début de la balade ? Quand « il suffit de passer le pont » ?

49595676078_e297c6097c_c

Nous revoilà au Pays Basque, au pied de la Rhune, en train de profiter de cette belle journée pour grimper jusqu’à Yasola et aller y prendre notre casse-croûte avec vue.

49595675583_a0a9ea2848_z

Et en effet, les signes du printemps sont là !

49596176306_ac2c54bd23_z

Les violettes…

49595675958_ef0202af74_c

…les premières asphodèles…

49595675463_b725062195_c

…les ajoncs en grande floraison.

49596423112_508404066e_c

Même les mélèzes commencent à retrouver leur couleur verte.

49595675728_e501383e82_c

Nous y voilà ! Et pas seuls, comme vous voyez.

49596423507_8d06738f9f_z

Le 16 mars était un samedi, bien calculé !

49596423022_f8da8072d4_c

Un houx et un roux, mais pas de hibou ni de chou.

49596422967_5ff494e419_c

On salue le pottok avant de redescendre.

49596177086_80c802c1ff_c

La Rhune a encore ses couleurs rousses, elle aussi. Elle attend sûrement le printemps astronomique pour se rhabiller de vert !

Autour du lac d’Irabia (2)

Après une halte réparatrice, nous reprenons notre chemin.

48981317486_d5699a9a69_c

Le barrage est maintenant tout proche et il y a un accès pour les véhicules, depuis l’Espagne. Nous avons d’ailleurs croisé nos premiers promeneurs.
Après avoir contourné les bâtiments, nous prenons la route qui descend jusqu’au mur du barrage.

48980757238_c0b1cef903_c

Il faut passer dessus pour continuer le tour du lac, bien sûr. C’est l’occasion d’observer un peu les installations de production électrique.

48981501732_b0a6f60e77_c

Les mécanismes qui doivent permettre d’actionner des vannes pour réguler les sorties d’eau.

48981500687_ffc7366b95_c

Au-dessous, c’est l’usine hydro-électrique elle-même.

48980806733_d00031fbf9_c

Sur l’autre berge, deux constructions en assez mauvais état qui pourraient servir de trop-plein au lac, (en fait je n’en sais absolument rien, j’avoue), accessibles par des petites passerelles souples, bien sûr interdites aux promeneurs curieux. A vrai dire, pour ma part, je n’étais pas vraiment tentée…

48981576037_4a94c74491_z

Nous suivons maintenant un sentier plus étroit, à travers une hêtraie qui semble encore plus jeune que celle du matin.

48981575537_85d0ffacc8_z

« Prohibido el paso » ! Bah, tant pis…

48980830058_7c0defc048_z

Une feuille morte, parmi tant d’autres… mais celle-ci n’est pas de hêtre, c’est bizarre.

48982251653_2361da35c1_c

Par ici, le chemin est du côté de l’ombre, et c’est la berge éclairée qui se reflète dans l’eau du lac.

48983001972_435cd6cb2e_c

Il y a plus de mousses sur les troncs, aussi.

48982876426_e0393871f7_c

Une échappée entre les arbres permet de saisir les reflets sur l’eau tranquille.

48982876271_25ff72ea54_z

Nous arrivons à une passerelle qui permet de franchir un autre ruisseau qui vient alimenter le lac.

48982315588_5cc4e72c73_c

Le niveau est bas mais il y a quand même un peu d’eau au fond du ravin.

48982876606_dc50bc96c2_c

Changement de couleurs : nous avons retrouvé le soleil, tandis que la rive d’en face est maintenant à l’ombre. Il reste le bleu de l’eau, entre les deux.

48983117892_f6d1f1dab4_c

Et là, c’est un arbuste qui n’a pas encore perdu toutes ses feuilles qui vient apporter une touche dorée dans le tableau.

48982927316_b02debe1c8_c

Le sentier, pour finir, rejoint un chemin plus large, carrossable, au bord duquel ce double panneau nous indique, moyennant un calcul pas trop compliqué, que le tour complet du lac doit faire 10 km .

48982388673_33c0329a0f_c

La dernière partie de la balade ressemble assez à la première, mais la lumière n’est plus la même maintenant.

48983138872_3b1be88c47_c

Avant de retrouver la voiture, au bord du ruisseau, nous traversons une plantation de thuyas, on se met un peu au vert.

48982388873_848303e509_c

Retour vers la côte à travers les pâturages et les cabanes de bergers de la montagne basque…

48983179002_8ff8dfae61_c

… en profitant encore un peu d’une splendide vue panoramique sur notre bout de Pyrénées avant de plonger vers la vallée de la Nive qui nous ramènera jusque chez nous.

Autour du lac d’Irabia (1)

En route pour un tour de lac, comme promis.

48980188398_080a692c80_c

Suivons la flèche ! 4 kilomètres jusqu’au barrage, si elle dit vrai. Quant au panneau supérieur, dont la partie en espagnol signale que là est la limite d’accès des véhicules, mes minces connaissances de la langue basque ne me permettent pas de vous dire s’il signale la présence de champignons, le seul mot que j’y reconnais étant « ez » qui veut dire non.

48944411057_9323ef52f1_c

A première vue, les hêtres semblent très majoritaires dans le boisement. Ils ont maintenant perdu presque toutes leurs feuilles, laissant passer les rayons filtrés du soleil du matin.

48980746571_0c631c50d3_c

Sur la droite, une montagne dont je n’ai pas réussi à déterminer le nom avec certitude. Les curieux resteront donc encore un peu sur leur faim.

48944238071_9353b1fe71_z

Les brumes matinales ont déposé partout de fines gouttelettes, qui alourdissent, en les rendant aussi bien visibles, les toiles d’araignées.

48980187433_7694a7afb4_c

Mon poisson pilote chemine devant moi, comme toujours.

48980926802_bf2fc5edc5_c

Tandis qu’il trace la route, j’en profite pour admirer les effets des rayons de soleil sur les fines branches des arbres toutes chargées de gouttes d’eau.

48980969651_77f61433a2_c

En avançant, on peut maintenant découvrir le bras du lac que nous longeons sur notre chemin.

48980969026_b2480273e5_c

L’eau est turquoise, dans le soleil.

48981202027_9bbf4d1cb8_z

Deux hêtres jumeaux, serrés l’un contre l’autre pour affronter ensemble les intempéries.

48981201572_5c09289eec_z

En ce mois de décembre 2018, les ajoncs aussi ont mis leurs gilets jaunes, mais c’est juste pour attirer l’attention des insectes pollinisateurs.

48981203247_5194eb932f_z

En regardant vers le haut, on est surpris par la taille de ces arbres, dont les troncs sont encore bien minces.

48981331307_788314e0bd_z

Sur le bord du chemin, un panneau présente les 5 sortes de pics que l’on peut rencontrer ici.

48981332712_e2af0eb0f7_z

On peut d’ailleurs observer leurs travaux sur les arbres proches.

48981146306_b01020812d_c

On arrive maintenant à un belvédère aménagé, où une belle rampe toute neuve a été placée.

48980586898_6294ff51a1_c

De là, on a une vue dégagée sur le lac, dont le niveau est bien bas.

48981331192_4878d1698f_z

Une carte installée près du barrage nous permet de découvrir le chemin parcouru, ainsi que ce qu’il nous reste à parcourir. C’est la petite flèche verte qui montre la position de la carte. Elle me permet aussi de supposer que ma précédente photo de montagne sans nom pourrait être le Mozoloandi. Mais je n’en ai pas trouvé de confirmation par ailleurs.

48980586358_3e08a18e12_c

De là, en direction du nord-est, nous découvrons les pentes légèrement enneigées du pic d’Orhy, première montagne à dépasser 2000 mètres d’altitude à partir de l’Océan.

48980757778_4209617f46_c

Nous découvrons aussi qu’il faudrait une permission écrite de la commissaire des eaux pour naviguer sur cette retenue, et que nous avons bien fait de ne pas amener d’embarcation avec nous 😉

Et maintenant, une petite pause avant de poursuivre la balade.

Errozaté, Egurgi et quelques bornes.

Par cette belle journée de début décembre 2018, nous voilà partis vers les confins du Pays Basque français. Il y a bien longtemps que nous n’avons plus visité de nouvelle borne frontière (enfin, nouvelle pour nous je veux dire), et j’ai repéré un lac côté espagnol auquel on peut accéder en longeant une partie de la frontière, ce qui va nous permettre, en une seule journée de balade, de découvrir quelques bornes et de faire le tour du lac. Allez, en route !

48941062723_99484b1958_c

Comme nous arrivons dans le secteur d’Errozaté, le soleil n’est pas encore très haut et les ombres dessinent nettement les reliefs de la montagne.

45470622124_9909cca6d8_c

Un pottok au bord de la route s’enfuit pour ne pas nous voir, nous troublons sa tranquillité manifestement.

48941736876_2127b3e346_c

Les fonds de vallées sont encore tout embrumés à cette heure-là.

48941220571_fc5c0df01e_c

C’est sur le bord de la route que nous trouvons notre première borne, elle porte le numéro 221.

48941564688_3e606f7c25_c

La route continue dans le même genre de décor : pentes herbeuses et quelques cabanes pastorales, inoccupées à cette saison.

48941617183_18ff4ed8cd_z

Voilà la borne 222, pas bien loin de la route non plus. Un modèle à étages.

48942476952_6e6864e201_c

On the road again….

48942403841_38dcb0a013_c

… et encore une borne ! Numéro 223, celle-ci. Plantée près d’une source…

48942958027_173df45f32_c

…et tout près de la route, encore.

48942768226_acd147a2fd_z

La route longe le ruisseau, qui marque la frontière avec l’Espagne,et devient maintenant plus large, au fur et à mesure qu’il reçoit les eaux des affluents. C’est près d’un confluent justement que se trouve la borne 224.

48943382793_e13beefaf5_c

Au-delà, le ruisseau et la route continuent leurs parcours parallèles.

48943382608_6bd2b3ede2_c

Un peu en retrait, une grande bâtisse en pierre, fermée. Nous sommes maintenant dans le secteur d’Egurgi. Cela semble être le nom du ruisseau, et aussi des montagnes autour.

48943930241_da8c0d4f39_c

En reprenant la route, on retrouve vite le soleil, et les brumes en train de fondre.

48944306547_b0b749d7a7_z

Comme nous atteignons notre parking final, à l’endroit où la frontière va cesser de suivre notre ruisseau pour continuer vers l’est, un panneau multiple nous indique les différentes possibilités de balade.

48944325282_c39cb69e38_c

Un petit pont enjambe la rivière pour permettre de changer de pays.

48944339452_35e6c5a401_c

Une grosse aubépine hirsute borde le parking, où notre voiture est la seule. Il est vrai que notre route est plus ou moins interdite à la circulation à cette époque…

48944167461_02305c5b4a_z

Notre dernière borne du jour est là près du ruisseau, elle aussi. Après l’avoir mise en boîte, nous allons démarrer pour faire le tour du lac qui commence un peu en amont sur le ruisseau. A bientôt pour la suite de nos aventures !

Arditurri.

Revenons maintenant au Pays Basque. Au Pays Basque sud, comme on dit quand on est un vrai nationaliste pour qui le Pays Basque espagnol n’a pas le droit d’exister, même juste dans le langage. Ce n’est pas mon cas.
Pour rejoindre Arditurri et ses mines désormais abandonnées, il faut prendre des petites routes tortueuses dans les vallées, un peu vers l’intérieur, et on finit par arriver du côté sud des Peñas de Haya, alias les Trois Couronnes en français, et qui ont aussi un nom basque bien sûr mais que je n’ai pas retenu pour le moment.

48917161931_078d48aa15_c

L’accès se fait depuis le parking par un petit tunnel dont la voûte a été doublée, sans doute pour éviter les chutes de morceaux sur les passants, ça le fait ressembler à un chemin de Saint Jacques, avec la perspective.

48914318713_32e4399d55_z

A la sortie du tunnel, le soleil !

48917368477_e4d233cdf9_c

Une belle barrière en bois comme j’en rêve…

48930349892_50222bfd4c_z

Nous sommes là au pied des Peñas de Haya (Aiako Harria, en basque, j’ai retrouvé !), dont on ne reconnaît pas exactement la forme dans ce sens. Ce sont les roches les plus anciennes du Pays Basque.

48930163681_76864db019_c

On s’avance dans un espace qui était occupé par l’industrie minière, qui a cessé ses activités en 1984. Ici cela semble être une entrée de galerie restaurée.

48929622518_19d74a494d_z

Là on découvre un wagonnet de transport du minerai.

48929622393_4f54fe43be_c

Sur la gauche, un espace muséal consacré au site. Il y a de quoi faire, car ces mines étaient déjà exploitées par les romains, pour le plomb, l’argent, le fer, le cuivre. 44 galeries retrouvées, dont la plupart avaient été détruites par les exploitations ultérieures, plus un aqueduc souterrain de 400m de longueur, encore actif aujourd’hui !

48930164086_884ee87524_c

L’un des sentiers proposés à la visite remonte le cours du ruisseau.

48929709033_be162069b7_z

On aperçoit même des petites cascades plus loin.

48929708833_af4aea5197_c

Une retenue permet d’alimenter un canal artificiel.

48930435027_9fcdb89376_z

On passe près de l’entrée d’une galerie.

48929850013_233fcb0a5d_c

Le chemin traverse le ruisseau à gué.

48930578152_bc10f76b71_c

Il passe près d’un ancien four.

48929850558_c420ef8e90_c

L’eau est limpide…

48930392851_c901e16755_z

…et la forêt dissimule désormais sous son manteau végétal les blessures infligées par les siècles d’exploitation.

 

Sur la crête du Mandalé.

Une petite balade avec vue et pas trop loin de chez nous, ce 4 novembre 2018 ? En route pour le col d’Ibardin, où l’on rejoint le parking tout en haut. De là, il ne reste plus qu’à suivre plus ou moins la crête jusqu’au sommet (modeste, c’est vrai, 573m) du Mandalé. Mais… au-dessus du monde, quand même !

48905207523_2416d0c781_c

Premier replat, celui des cromlechs. Debouts sur la crête, et visiblement éprouvés par les vents, la série de pins se découpe sur le ciel.

48905747071_cfcc942e8e_c

Il est beau, le ciel, tout strié de nuages !

48905252383_7818141cca_c

En regardant vers le nord, c’est la côte basque qui s’étend à nos pieds, puis la côte des Landes, au-delà de la pointe Saint-Martin où se trouve le phare de Biarritz.

48905263658_32918973f6_c

On monte en longeant pratiquement la ligne frontière, avec sur notre gauche une plantation de mélèzes, dont les aiguilles sont bien rousses à cette période de l’année : le mélèze, c’est le sapin qui perd ses aiguilles en hiver !

48905789336_f8ecf7c8f4_c

Comme on monte encore, la Rhune dépasse maintenant au-dessus des sommets des arbres.

48906040302_bd501293ec_c

Vers la gauche, on aperçoit maintenant la baie de Txingudi, et une partie de la chaîne du Jaizkibel.

48906056172_0e146aa49d_c

La Rhune, encore…

48905852151_96fcaa329a_c

Vers le sud, on reconnaît la silhouette des Peñas de Haya (les Trois Couronnes, en français).

48906093337_db0556f50c_c

Les voilà toutes seules, avec leurs sommets multiples caractéristiques.

48906105182_40e881ee02_z

Et nous voilà au sommet, youpi !

48906125712_5ef43f9a73_c

En redescendant, nous croisons d’autres promeneurs, le nez au sol.

48905414133_0d3511642f_z

Ici, c’est les fougères que l’on met en rouleaux.

48905388148_23df76a603_c

Un dernier rayon de soleil jette un coup de projecteur sur Biarritz, alors que nous rejoignons la voiture.