Anglet et les visiteurs de janvier.

49311991808_82cd6a66b2_c

J’ai l’impression qu’en hiver les couchers de soleil sont plus souvent très colorés que ce n’est le cas en été. Celui-ci, par exemple. En janvier 2019…
…qu’il accompagne donc mes vœux pour une bonne année 2020 à chacun de mes lecteurs !
Quant aux visiteurs dont je voulais rappeler la présence à cette période, les voici maintenant
49056188623_a5834e1b53_c
49305055921_aa705a0d1a_c
49312458276_c13f1048b2_c
49304550948_8e90744f42_z
49305243197_8d41c53ac3_c
49304575728_effc95e869_c
Pinsons et rouge-gorges assuraient le spectacle derrière la fenêtre du salon. Peut-être devrais-je dire « pinsonnes » d’ailleurs, car il n’y avait que des femelles, les pinsons des arbres ayant la curieuse habitude hors des périodes de reproduction de se déplacer en bandes unisexuées. Drôles de bêtes…

Parenthèse hivernale.

Premier départ vers l’Ariège le 10 janvier, en 2019, on n’est pas en retard ! Les conditions sont normales pour la saison, hivernales, tout simplement.

49216647306_6227f0620a_c

Le départ de la route annonce qu’il va faire bien frais, on s’y attendait.

49216874322_6d265e1149_c

Un petit manteau neigeux bien mince recouvre le paysage. Il suffit à donner une bonne ambiance de saison.

49216647241_759dfd82ff_c

Le froid est bien là, mais les manœuvres ne nécessitent ni pelle à neige pour déblayer le parking,  ni chaînes pour la voiture.

49216172913_965424355d_z

On est les premiers à fouler la neige fraîche, sur l’escalier !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Mais ce n’est pas le cas partout. C’est un moment où les promeneurs laissent des traces partout où ils sont passés. Je pense qu’ici il devait s’agir d’un blaireau !

49225219121_9b85d7a075_c

Les plus présents, bien qu’ils ne laissent que peu de traces au sol, ce sont bien sûr les oiseaux, toujours ravis qu’on leur amène des graines de tournesol.

49234815368_e208a7e465_c

Les plus petites, et aussi les plus assidues à la mangeoire, ce sont les mésanges nonnettes, avec leur bonnet noir.

49225229511_ed3a95feea_c

Pas d’intempéries depuis notre arrivée, en quelques jours le Mirabat a perdu presque toute sa neige.

49224736683_d17580edd5_c

Et les mésanges bleues tentent vainement de monopoliser l’accès à la mangeoire.

Une petite dose d’Ariège et de nature.

Déjà le 10 mars ! Bientôt le printemps officiel ! Retournons vite pour quelques jours en Ariège, histoire de jardiner un peu avant que la végétation envahisse tout.

le jardin

Grand ménage de printemps dans les framboisiers cette année : je sépare en deux rangées bien distinctes, j’en arrache, je replante, je mets du BRF, …
Au final, les résultats sont loin d’avoir été fabuleux, on verra pour 2019.
Comme je suis bien incapable de jardiner pendant 8h par jour, je dois faire des pauses. Alors, je prends l’appareil photo et…

une mésange dans le buis

…je m’aperçois que l’on me surveille attentivement depuis les buissons, qui à l’époque avaient encore leurs feuilles. Hé bien, allons donc voir ensemble les petits signes de renouveau.

pulmonaire en train de s'ouvrir

Voici les premières pulmonaires qui commencent à fleurir, un peu…

pulmonaire

…ou davantage !

ficaire

Et les ficaires (boutons d’or) aussi, qui commencent à épanouir leurs petits soleils dans l’herbe tendre !

la charbonnière

Les petits espions ailés sont partout. Et en plus, ils protestent quand la mangeoire est vide.

corydale solide

Si on traverse le ruisseau, il y a les mêmes fleurs, ou presque. Celle-ci s’appelle corydale solide (?) Pourtant, elle ne l’est pas plus que ça, solide. Les belles feuilles à ses pieds ne sont pas les siennes, mais celles d’une hellébore.

observation

Décidément, les services de renseignement peuvent être partout !

mousses et fougères

A cette saison, comme les arbres n’ont pas encore leurs feuilles, la lumière du soleil peut rentrer jusqu’au sol. Un vrai coup de projecteur sur les mousses, lichens, lierres et autres fougères qui ont choisi de pousser dans l’ombre des grands.

hépatiques bleues

Les petites hépatiques forment par endroits sur le sol de vrais  tapis lumineux. Il y en a des bleues et des blanches, bien plus nombreuses, mais j’ai un faible pour les premières.

tussilages

Les tussilages sont en pleine floraison, sur le bord de la route. Pendant que je suis en train de les prendre en photo, un papillon cabotin vient prendre la pose devant l’objectif. Impossible de lui résister !

pinson des arbres

Et ici, devant la maison, il n’y a pas que des mésanges ! Ce pinson vient picorer au sol les nombreuses graines délaissées par ces gourmandes. En regardant la forme de son ventre, on peut même se demander s’il n’a pas un peu abusé.

Bah ! Ce n’est pas moi qui le mettrai au régime…

Coromandel balades.

12 et 13 mars 2017 : nous poursuivons nos pérégrinations autour de la maison bleue de Coromandel.

Retour sur la route côtière en direction de Thames pour commencer ; après le long épisode pluvieux, les lumières sont exceptionnelles.

La route tournicote autour de Manaia Harbour.

On a échappé de peu à la coupure totale !

Les zoziaux mangeurs d’huîtres sont toujours dans le même coin.

Au loin, Castle Rock (525m) domine la région de son profil de géant endormi.

Deuxième passage autour de Manaia Harbour, avec vue sur les zones de mangrove cette fois.

Derrière notre presqu’île, Motukakarikitahi Island et d’autres îlots…

…et la vigie perchée en haut de son panneau près de chez nous.

Initié par un potier local à la créativité débordante, puis transformé en attraction touristique, un petit train offre une balade reposante et originale à travers la forêt.

Il permet d’admirer la profusion de fougères arborescentes, dont beaucoup sont les fameuses « silver ferns » au dessous des feuilles argenté, emblématiques de la Nouvelle Zélande,

et aussi certaines espèces endémiques d’arbres ou de palmiers.

Au sommet de la colline, un belvédère est aménagé, d’où l’on a une belle vue panoramique sur les environs.

Posée sur la rambarde, l’une des cigales dont le crissement strident nous empoisonne les nuits profite elle aussi du spectacle.

Puis nous redescendons par le même chemin, ou presque. Le long des voies, de nombreuses poteries disposées là avec bonheur par l’artiste potier ou par ses disciples.

Simples briques cuites ou plaques sculptées, le travail de la terre est ici omniprésent.

Papy récupère Theo à la sortie du petit train

pendant que Maman et Mamie s’en vont dans la boutique admirer quelques œuvres du Maître et d’autres potiers du cru.

Mais la journée n’est pas finie ! Ce soir, la marée est favorable pour une partie de pêche !

Et le poisson est bien là, incroyable et splendide !