Parenthèse hivernale.

Premier départ vers l’Ariège le 10 janvier, en 2019, on n’est pas en retard ! Les conditions sont normales pour la saison, hivernales, tout simplement.

49216647306_6227f0620a_c

Le départ de la route annonce qu’il va faire bien frais, on s’y attendait.

49216874322_6d265e1149_c

Un petit manteau neigeux bien mince recouvre le paysage. Il suffit à donner une bonne ambiance de saison.

49216647241_759dfd82ff_c

Le froid est bien là, mais les manœuvres ne nécessitent ni pelle à neige pour déblayer le parking,  ni chaînes pour la voiture.

49216172913_965424355d_z

On est les premiers à fouler la neige fraîche, sur l’escalier !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Mais ce n’est pas le cas partout. C’est un moment où les promeneurs laissent des traces partout où ils sont passés. Je pense qu’ici il devait s’agir d’un blaireau !

49225219121_9b85d7a075_c

Les plus présents, bien qu’ils ne laissent que peu de traces au sol, ce sont bien sûr les oiseaux, toujours ravis qu’on leur amène des graines de tournesol.

49234815368_e208a7e465_c

Les plus petites, et aussi les plus assidues à la mangeoire, ce sont les mésanges nonnettes, avec leur bonnet noir.

49225229511_ed3a95feea_c

Pas d’intempéries depuis notre arrivée, en quelques jours le Mirabat a perdu presque toute sa neige.

49224736683_d17580edd5_c

Et les mésanges bleues tentent vainement de monopoliser l’accès à la mangeoire.

La première neige.

Automne, saison des récoltes, encore fin octobre. Retour vers l’Ariège pour les pommes, les haricots en grains, les butternuts, les toutes dernières tomates peut-être. Et encore quelques blettes, herbes aromatiques… Mais la surprise, c’est que…

48896502162_f98d9ea7d6_c

…la neige est arrivée ! Zut alors, c’est un peu tôt, quand même ! On n’est que le 28 octobre, et même la Nature est prise par surprise.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’affaire se calme dès le lendemain, mais le revêtement blanc ne disparaît pas instantanément !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Du coup, le niveau de l’eau est bien remonté dans le ruisseau. Avec la fonte des neiges, forcément…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Elle reste quand même d’une belle limpidité. Elle donnerait presque envie d’aller s’y plonger, s’il faisait un peu plus chaud.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Au fond de la vallée, le Mirabat prend son air hivernal, alors que les feuilles des arbres commencent à peine à vraiment roussir.

Vous avez dit changement climatique ? Peut-être bien, en effet.

28 février, neige à Anglet.

Au vu du titre, et en le comparant à la date de publication, on pourrait croire que je me lance dans la voyance ou dans la météo au long cours ! Qu’on se rassure, c’est juste la météo de 2018 dont il s’agit ici, il n’y a donc rien d’extra-lucide dans mon propos. Enfin… en réalité, c’est l’avenir qui nous le dira.
Ce jour-là, donc, était un mercredi, ce qui n’a pas la moindre importance. Et voilà qu’au saut du lit, en jetant un œil vague par la fenêtre…

46942428621_7202e1566b_c

Ouaaaah ! Il a neigé !
Je descends l’escalier pour aller à la cuisine…

39978121303_9ecbc2f58a_c

Aaaaah ! Ici aussi il a neigé ! Il y a un gros coussin blanc posé sur chaque pot de fleur !

46942434381_376bf42952_c

Et c’est pareil dans le jardin, il y a de la neige PARTOUT !

46031712685_13ccb98084_z

De la neige sur les catalpas…

32004757027_b825138ae1_z

et sur tous les arbustes aussi…

46945866391_cb2004fae9_c

…et il a même neigé sur Biarritz, comme on peut le voir en allant se promener jusqu’au phare.
La neige est vraiment partout, et elle nous réinvente un monde entièrement repeint en gris et blanc, ou presque. Car malgré tout…

33023493848_e28e719035_c

bien cachés au fond de leur petit coin de jardin, les camélias font de la résistance.

Vacances d’hiver.

Nous avançons comme tout le monde en âge, et en ce qui nous concerne dans les années de retraite ; malgré tout nous voici encore concernés par les congés scolaires ! Ceux de l’Académie de Toulouse maintenant, et ce n’est pas le meilleur plan pour profiter de l’éventuelle neige ariégeoise, mais il faut bien faire avec, puisqu’on ne peut pas délocaliser Estours.

Pour ces congés 2017, qui commençaient le samedi 4 février, nous avions donc un droit de garde des enfants d’une semaine à partir de cette date, avant que toute la famille toulousaine s’en aille vers les Alpes comme elle en a maintenant l’habitude. Il était donc prévu que les petits s’en aillent avec Papy dévaler les pentes enneigées de Guzet, mais c’était sans compter sur une malencontreuse glissade au pied des falaises de Zumaia, avec pour conséquence un pauvre Papy avec une côte cassée, et pour lequel il n’était plus question d’aller faire le malin avec les jeunes sur les pistes.

Sans solution de rechange pour les petits, nous voici donc tout de même partis pour l’Ariège avec quelques jours d’avance sur les vacanciers, histoire de rendre les lieux confortablement habitables pour nos hôtes.

Nous y voilà !

Pas de neige à notre arrivée, si ce n’est le reste de l’avalanche au bas du toit de la Mairie, que les employés municipaux n’ont pas jugé utile de déblayer.

Il faut donc franchir ou contourner l’obstacle pour se rendre jusqu’aux quartiers Sud.

On peut aussi emprunter la rocade Est, bien dégagée.

Le ruisseau de Fonta, comme d’habitude à cette saison, coule abondamment en jolies petites cascades.

Les perce-neige sont au rendez-vous des premières fleurs de l’année.

Le Chat, gardien du village, profite d’un rayon de soleil fugitif pour réchauffer son épaisse fourrure. On notera qu’il s’est installé sur la plancha, peu utile à cette saison, mais que nous ne l’avons pas fait cuire.

Il fait un temps bien de saison…

… et les oiseaux s’approchent, attirés par la mangeoire et ses graines de tournesol : les mésanges charbonnières

les petites mésanges nonnettes

des mésanges noires, pas souvent vues par ici

…et un superbe bouvreuil gourmand, et pas trop farouche !

Première montée à Guzet le lundi, les petits ont leur cours ! Après avoir envisagé de s’occuper à la lecture du Canard, Papy-handicapé se laisse tenter pour se joindre aux racketteurs (oh pardon, aux raquetteurs !), à savoir Nanou, Serge et la blogueuse de service. Il ne fait pas bien beau, mais la neige ne manque pas, et ça fait du bien de s’aérer un peu.

Le mercredi, la perturbation neigeuse atteint notre fond de vallée, et ça peut être amusant quand on se couvre bien.

Jeux de société de rigueur !

Le temps change vraiment vite en montagne ! Regardez ce beau ciel bleu à Guzet le lendemain !

Et regardez qui dépoussière sa planche de surf et le matériel qui va avec !

On récupère Jérémy aux pioupious, qui n’a pas l’air de trouver ça fantastique…

On lui donnera quand même son flocon, et à Gabriel son étoile.

Vacances d’hiver, en effet, mais on voit déjà les signes qui annoncent le printemps…

Autre temps…

Le lendemain, jeudi 29 janvier, changement de décor survenu pendant la nuit :

neige le jeudi matin

il neige, et il doit y avoir un moment que ça dure, au vu des boules qui surmontent les poteaux de clôture.

les chalets et la voiture

C’est le grand blanc, et la voiture est toute seule sur la route disparue.

le chalet sous la neige

Non, non, ce n’est pas une photo en noir et blanc, mais les couleurs ont pratiquement disparu du décor. Les garçons hésitent à dépasser l’abri du toit du chalet !

à la pelle

Tiens ! Un petit bonhomme bleu !

la boîte aux lettres

La boîte aux lettres a un joli petit coussin blanc sur le toit.

Que faire donc par une journée comme celle-ci ? Quelques courses au village, dégager la neige des voitures et des abords de la maison, lire et bavarder au coin du feu, et aussi…

les côtelettes

déguster quelques excellentes côtelettes cuites sur la braise, mmmmm !…

Et le lendemain matin…

la neige sur la rambarde

la hauteur de la neige sur la rambarde extérieure a sérieusement augmenté,

Maya et Baloo

Maya et Baloo regardent tomber la neige

la boîte aux lettres 2

la taille du coussin de neige de la boîte aux lettres a nettement épaissi

une mésange huppée

et une mésange huppée vient profiter du ravitaillement disposé dans la mangeoire extérieure.

Que faire de cette nouvelle journée de neige ? Construire un igloo et se blottir au fond en attendant que les beaux jours reviennent ? Non, soyons fous, équipons-nous en conséquence et retournons au col du Festre pour une petite rando – raquettes !

la fontaine du col du Festre

Nous retrouvons la fontaine sous le panneau du col ; ici aussi il a bien neigé depuis deux jours.

paysage de neige

Il y a un vent glacial, et la neige passe presque à l’horizontale. Véro et Chris décident de nous attendre dans la salle chauffée du refuge du col, tandis que nous ajustons nos équipements et nous lançons raquettes aux pieds sur notre chemin présumé, complètement disparu.

l'arbre

Après avoir péniblement parcouru quelques centaines de mètres, nous décidons de faire demi-tour au niveau d’un pin qui n’a rien de vraiment remarquable, si ce n’est de se trouver sur notre chemin. Même faire la moindre photo devient compliqué car il faut éviter de trop exposer l’appareil à la neige.

le réconfort

Ouf ! On est mieux là bien au chaud que dehors dans le blizzard ! Enfin, on aura essayé…

Et le lendemain matin…

retour du soleil

Ouaaaaah ! Le retour du soleil ! Pour le jour du départ, dommage… Un décor féérique, quand même.

le chalet dans la neige

Le soleil redonne des couleurs au décor, il éclaire les gros œufs de neige sur les poteaux.

Louis sculpteur

Nettoyage du chalet, chargement des voitures, démarrage de la nôtre à l’aide des câbles de Louis (merci pour le dépannage, l’ami !), ce dernier trouve encore un peu de temps pour faire une jolie sculpture dans la neige avant de partir

le départ

et c’est le départ, et cette fois les chaînes vont nous être bien utiles !

la route du retour

« Conditions hivernales » sur la route, elles sont rares sur la côte basque. On roule prudemment…

la Béoux

…et il nous faudra parcourir ainsi une vingtaine de kilomètres avant de pouvoir déchaîner, et terminer ainsi cette superbe semaine amicale et de découverte du Dévoluy. Merci Hélène et Chris, Véro et Louis, d’avoir organisé tout cela avec nous.

Randonnée au Collet du Tat.

Encore une belle journée le lendemain mercredi, bien que quelques nuages continuent toujours à errer dans le ciel et le long des parois montagneuses. L’après-midi fut donc consacré à une jolie petite randonnée, depuis La Joue du Loup jusqu’au Collet du Tat remarqué précédemment. Le Collet du Tat, c’est juste un col au-dessus de La Joue, que l’on doit franchir si l’on veut rejoindre Superdévoluy, mais on n’avait pas envie de rejoindre Superdévoluy après la description faite par nos trois skieurs du mardi qui n’avaient pas trouvé ça super. Seulement envie de rejoindre le col.

En bons randonneurs paresseux, commençons par descendre en voiture jusqu’au parking, ce qui nous évitera deux traversées pédestres du « centre » de La Joue, que nous commençons à bien connaître, et préparons-nous à marcher. Raquettes, pas raquettes ? Difficile de prévoir, même si nous savons qu’elles ne nous seront pas nécessaires au départ. Nos braves sherpas vont bien nous les porter, au cas où…

préparatifs

Attention au départ !

les traîneaux

Nous n’avons guère avancé lorsque nous rencontrons les traîneaux en balade. Au-dessus d’eux, on aperçoit déjà au loin le col, but notre l’expédition.

 chalets à La Joue du Loup

Sur notre droite, les derniers chalets de La Joue, un peu à l’écart du village.

la vieille grange

Nous passons près d’une vieille grange en pierres enfouie dans la neige.

à gauche !

Pour nous, c’est vers la gauche, le sentier C. Mais nous n’irons pas à Superdévoluy !

la table de pique-nique

Une table pour le pique-nique ! Les garçons sont déjà installés…

la crête des Baumes

Au-dessus de nous, la crête des Baumes et son pylône, et la Lune qui est déjà bien haut dans le ciel.

lumière sur la neige

La couche de neige n’est pas énorme, et elle est bien tassée sur le chemin, pas besoin de raquettes.

cônes d'épicéa

En plus des pins et des mélèzes, il y a aussi des épicéas, avec leurs cônes décoratifs.

bergerie du Forest du Puy

Nous parvenons maintenant à la bergerie du Forest du Puy, nous l’avions en vue depuis le début de la balade. Véro, fatiguée, nous attendra ici au soleil, pendant que nous terminerons la balade jusqu’au col.

Lune barrée

C’est drôle, au-dessus de nous, un avion a barré la Lune !

paysage vers l'Ouest

Nous voilà arrivés ! En nous retournant, nous pouvons voir La Joue du Loup en bas, puis la vallée et les montagnes barrées par leur nuage.

au Collet

Voici Chris et Daniel pris au Collet (haha !) sur fond de Pic de Bure et son impressionnante falaise.

paysage côté Est

Le paysage côté Est, bien enneigé là aussi.

Collet du Tat

On n’est pas perdus, ouf !

Il est temps de redescendre, maintenant.

à la bergerie

Nous retrouvons Véro à la bergerie, sans avoir dû sortir les raquettes, que l’on voit toujours sur les sacs à dos.

l'Obiou

Le paysage est toujours aussi somptueux autour de nous, je m’arme du zoom pour un gros plan de l’Obiou, plus haut sommet du Dévoluy avec ses 2789m, caressé par les rayons du soleil couchant.

montagne de Saint Gicon

Encore avec le zoom, mais direction Nord, la montagne de Saint Gicon avec sa forme carctéristique.

irisations des nuages

Nous sommes presque revenus à notre point de départ, la nuit n’est plus bien loin maintenant, les nuages s’irisent délicatement au-dessus des sommets.

la Lune

Un dernier coup de zoom vers la Lune, qui a accompagné toute notre balade avec sa discrétion habituelle. Bonne nuit les petits !

Une journée en Dévoluy.

Le lendemain mardi (le 27 janvier, autrement dit), était programmé comme journée officielle de ski. Très peu pour moi, par conséquent, quant à Chris, après pas mal d’hésitations, elle finit par se joindre à moi plutôt qu’aux fous de la glisse. Une seule image des trois sportifs en train de se chausser :

départ skieurs

Quelle horreur, ces chaussures de ski, la mort des parquets, (mais ils ont fait très attention, bien sûr), et aussi des genoux, en ce qui me concerne !

Les voilà donc partis tous les trois vers les cimes enneigées pour s’adonner aux joies de la glisse, quant à nous, nous optons également pour les cimes enneigées, mais version soft pour les pieds et les genoux : nous allons nous rendre là-haut en empruntant l’une des cabines qui circulent sur le télésiège, et aller déjeuner au restaurant d’altitude à proximité.

le télésiège

Nous voilà au télésiège !

Chris dans l'oeuf

On est dans l’œuf … (c’est comme ça qu’on appelle les cabines, je n’invente rien).

la station du haut

Et voici la station d’arrivée du télésiège, véritable chef d’œuvre architectural.

paysage au sommet

Heureusement, on a la possibilité de lui tourner le dos, et là, le paysage est vraiment formidable.

paysage au sommet2

Mais où donc est passé notre restaurant ?

le restaurant

Le voilà, tout là-bas. Houlala, catastrophe, ce n’est pas vraiment à côté, et en plus c’est beaucoup plus bas ! Descendre les pistes à pied pour aller y casser  la croûte et remonter ensuite pour reprendre une cabine, ça ne nous inspire rien de bon… Et comme il n’y a pas alentour la moindre échoppe ou terrasse pour faire une pause agréable en profitant du paysage, nous décidons tout de même de nous rendre jusqu’à la table d’orientation à une centaine de mètres de là, avant de redescendre déjeuner en bas.

vers la table d'orientation

la table d'orientation

On repère bien l’Obiou, plus haut sommet du Dévoluy. Et comme il fait un petit vent plutôt frisquet, on ne s’attarde pas plus que ça et on rejoint sans trop traîner le télésiège pour y reprendre une cabine descendante et rejoindre le peuple d’en bas, ainsi que notre chalet bien chauffé…

stalagtites de glace

et heureusement, car les jolies stalactites de glace pendues aux avant-toits donnent une petite idée de la température ambiante.

Pour l’après-midi, notre programme est maintenant culturel : nous allons nous rendre à « Mère Église », à Saint Disdier en Dévoluy, ce n’est pas très loin. Mais curieusement, cette vieille petite église est à l’écart du village, elle le domine. Et pour y accéder, il faut prendre une petite route sur la droite bien avant le village. Nous y voilà :

mère église

Quel décor somptueux ! Nous traversons le cimetière et faisons le tour du bâtiment. La porte en est bien fermée, on ne visite pas l’intérieur, malheureusement.

mère église, la façade

mère église, clocher

mère église depuis st disdier

Depuis Saint Disdier, on la voit de nouveau au-dessus de nous, elle semble veiller sur le village du haut de son promontoire, et on s’arrête pour admirer sa silhouette qui se découpe sur la montagne encore ensoleillée.