Figueres

Autrefois, on allait à Figueras, maintenant, catalanitude oblige, on va à Figueres.
Cette fin juillet 2019, nous voilà donc en route pour Figueres avec nos deux moussaillons, pour les emmener visiter non pas le célèbre musée Dali, mais le nettement moins célèbre musée du jouet.
Cependant, chemin faisant, qui rencontrons-nous ?

Vous l’avez reconnu ! Non pas son à portrait dessiné sur le sol, mais le reflet sur le miroir cylindrique ne laisse pas de doute : c’est bien le grand Salvador qui nous accueille dans sa ville.

Pas besoin d’aller très loin pour trouver notre but, et nous y voilà.

Une poupée articulée du IVe siècle avant JC ! La Barbie de l’Antiquité !

Nettement plus récents sans doute, mais tout de même avant le XIIe siècle, des jeux gravés sur une pierre, découverts dans une église bâtie à cette époque… une pierre de réemploi, par conséquent.

Plus près de nous, de 1935, cet âne à roulettes à traîner, avec sa ficelle et ses récipients pour le chargement.

Celui-ci n’est pas exactement un jouet, puisqu’il s’agit d’un santon, typiquement catalan, caganer se traduisant littéralement par « le chieur ». J’avoue qu’il m’a bien fait rire. Évidemment, ce n’est pas d’un grand raffinement.

Un des jouets les plus épatants pour les enfants, c’est le train électrique dans sa salle particulière.

L’intérêt est tout autant dans les décors que dans le train.

On passerait des heures à regarder tous les détails, même les troupeaux de vaches !

Séquence rafraîchissante sur la Rambla après la visite.

A cette heure-là,elle est presque déserte.

En face de nous, une belle maison Art Déco.

Et en revenant à la voiture, on passe devant l’office du tourisme qui occupe les anciens abattoirs de la ville ! Place de l’Escorxador, on devine la signification…

…et pour le soir, ça vous dirait un petit restau à Colera ?

Rodez

Pour le dimanche est prévue la visite du musée Soulages à Rodez. Il y a un bon bout de chemin, mais on va voir que ça en vaut la peine !

49768569868_bdd663f5ae_c

Nous y voilà. L’entrée du bâtiment est protégée par un immense auvent suspendu, assez étonnant.

49768569858_1e6b562623_z

Dans l’entrée, et malgré ma faible culture artistique, je reconnais tout de suite une sculpture de Christian Lapie, nous en avions vu plusieurs au musée de « la Caverne du Dragon » sur le chemin des Dames.

49769103396_2bd4b50d14_c

Les tableaux de Soulages, à l’intérieur, ont une capacité étrange à capter les lumières, ils changent complètement suivant l’angle de vision. On pourrait donc faire une infinité de photos différentes du même tableau !

49769103761_c7bdc28bf5_z

Bien sûr, le noir est partout.

49769103331_a8c4f564a9_c

49769103611_f36820da2b_c

Les incidences de la lumière ne doivent rien au hasard.

49769103566_f02565f9e4_z

Et le bâtiment lui-même est une réussite, en acier corrodé.

49769103876_8b5c704b2e_c

Une fois achevée notre visite, il nous reste un peu de temps pour aller jusqu’à la cathédrale, toute proche.

49769475637_5a9b641b09_c

Contrairement à celle d’Albi, elle n’est pas en briques mais en pierres, du grès rose plus précisément. On arrive par le côté ouest, qui donne sur une grande place bien dégagée.

49769476392_080a8f1676_z

C’est haut !

49769476187_3000cae967_c

Ici aussi il y a des gargouilles sculptées, j’aime bien…

49769150906_90169e83b7_c

Elle est de style gothique, la construction ayant débuté au XIIIe siècle comme à Albi. Ici c’est le chœur, du XVIIIe.

49768616318_9c1d4648c0_z

Un bel orgue, bien sûr.

49768616793_e145f56876_z

Et la rosace, vue depuis l’intérieur.

49769475467_08a66b359f_c

La voilà de plus près. Mais la photo ne rend pas bien l’effet produit par les vitraux, dommage.

49769151386_891aa1eed9_c

Toujours sur la cathédrale, une jolie sculpture qui, me semble-t’il, pourrait bien représenter un membre de la famille de corona, non ?

Albi.

49762195866_bb95c68362_c

Ce dernier weekend d’avril, nous voilà maintenant partis pour Albi et ses environs : Marie-Paule et Jean, amis de longue date des parents de Daniel, souhaitaient depuis longtemps nous recevoir, et nous avions enfin pu trouver une date qui convenait à tout le monde. Nous arrivons chez eux.

49750396343_64961c3da2_z

Notre séjour est très bien organisé, Jean a prévu pour nous les visites aux environs. Commençons par Albi, et le musée Toulouse-Lautrec que voici, installé dans le palais médiéval de la Berbie, autrefois résidence des évêques.

49756332152_c422f0db25_z

Il y a une exposition temporaire sur Giacometti. Et bien sûr tout ce qui concerne Toulouse-Lautrec.

49716523328_e0f7f38265_c

La place où se trouve le musée est aussi celle de la cathédrale.

49762509867_096aa4095c_z

Ce qui frappe, c’est sa hauteur ! Le choix de la brique, également. Le début de sa construction remonte au XIIIe siècle.

49761638393_bdea8f4a60_z

L’entrée est surmontée d’un baldaquin de pierre.

49762485587_6e9640c6cf_c

Tout l’intérieur est décoré de peintures datant du XVIe siècle.

49756316957_b8a89c973b_z

Là, c’est le Jugement Dernier qui est représenté.

49762485842_73339c6daa_c

Le grand orgue, restauré tel qu’il était au XVIIIe siècle.

49762169711_87f9c9d6ed_c

On m’attend patiemment pendant que je traîne à faire des photos, hum…

49762500007_95cc8800f7_c

Une contorsionniste d’antan.

49762509662_e71c6aff15_z

Une cour intérieure, au hasard des rues de la vieille ville.

49762526082_cf8c431732_c

Une maison à encorbellements.

49762525312_f28c8f1733_c

Et le marché couvert, dans  un pavillon de style « Baltard » bâti en 1903.

49761664758_eec47a91da_c

Pour finir, la belle vue classique avec le Tarn, les ponts et la cathédrale dont la stature imposante domine l’ensemble.

Le temps des balades.

48731948353_0b57eb0896_c

Chaque matin, le soleil sort de la mer tout brillant et tout propre : il va faire beau.

48744414656_a3a62b82ca_c

Le grand mur de l’Ouest est bien blanc et bien net, on a bien travaillé, on a donc bien droit à quelques loisirs.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Alors on musarde le long de la côte, au gré d’une petite route sinueuse qui nous fait découvrir quelques jolies petites plages tranquilles (mais elles le sont toutes à cette saison…)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Après l’action, un peu d’inaction ne nous fait pas de mal.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Encore des petites routes sinueuses pour aller découvrir le très vieux et très impressionnant monastère de Sant Pere de Rodes.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

De là, on domine la côte que l’on peut surveiller jusqu’au Cap Cerbère, à la frontière française, plus loin que Portbou.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Redescendant dans la plaine, nous voici maintenant à Peralada : pour la première fois, nous allons visiter le musée du château.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le cloître, pour commencer. Gothique, il date du XIVe siècle, comme l’église.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La porte de l’église, dont les statues qui ornent le tympan datent de la même époque.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’intérieur, maintenant.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le sol, visiblement bien plus récent.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le plafond à caissons de bois, splendide.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les dragons, que l’on retrouve à divers endroits dans la région, comme motifs de fers forgés notamment. Hou !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Une dalle gravée d’une tête de mort. Ça, on l’a déjà vu aussi, mais chez les Mayas…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le musée renferme aussi une grande collection d’objets en verre.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et une splendide bibliothèque du XIXe siècle.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ainsi qu’un musée du vin, le domaine de Peralada étant bien connu pour ses Cavas, autrefois appelés, un peu abusivement, Champañas.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et justement, avec la visite du musée, nous avons droit à une coupe offerte au « cafe del centre » voisin. Elle est pas belle, la vie ?

Eureka !

On a fini par le trouver, et cela en valait la peine. Le Zientzia Museoa de Donastia (comprenez le Musée des Sciences de Saint-Sébastien), qui s’appelle donc « EUREKA ! », fut enfin l’objet d’une visite familiale le 2 mai dernier, en compagnie de Sandra et Gabriel. Entre le film sur les dinosaures (en français, chouette !) et les nombreuses activités du musée, pas le temps de s’ennuyer, même à quatre ans et demi.

Avant d'entrer dans le bâtiment, Gabriel et Papy s'asseyent un moment avec Albert.

Avant d’entrer dans le bâtiment, Gabriel et Papy s’asseyent un moment avec Albert.

Près de l'entrée, les aquariums renferment des poissons bizarres, mais ceux que l'on voit ici sont juste des espèces tropicales multicolores, ils ont l'air de former un bouquet aquatique mouvant.

Près de l’entrée, les aquariums renferment des poissons bizarres, mais ceux que l’on voit ici sont juste des espèces tropicales multicolores, ils ont l’air de former un bouquet aquatique mouvant.

Celui-ci a un air bien revêche !

Celui-ci a un air bien revêche !

Un peu plus loin, les terrariums, avec aussi des bestioles bizarres, ici je pense qu'il s'agit d'un iguane.

Un peu plus loin, les terrariums, avec aussi des bestioles bizarres, ici je pense qu’il s’agit d’un iguane.

Côté optique, lentilles et miroirs convexes ou concaves, ici Gabriel rigole en voyant Mamy à travers la lentille.

Côté optique, lentilles et miroirs convexes ou concaves, ici Gabriel rigole en voyant Mamy à travers la lentille.

Ce qu'il a le plus aimé : le labyrinthe de glaces, mais il s'y est cogné, aussi, bien sûr.

Ce qu’il a le plus aimé : le labyrinthe de glaces, mais il s’y est cogné, aussi, bien sûr.

Quelle drôle d'allure on a, dans une caméra thermique !

Quelle drôle d’allure on a, dans une caméra thermique !

Une vis d'Archimède, très vieil outil, et très ingénieux, pour faire monter de l'eau.

Une vis d’Archimède, très vieil outil, et très ingénieux, pour faire monter de l’eau.

En partant, je m'attarde un peu à regarder les maquettes de quelques monuments régionaux, disposées dans le gazon alentour.

En partant, je m’attarde un peu à regarder les maquettes de quelques monuments régionaux, disposées dans le gazon alentour.