Un petit tour et puis s’en va…

Vendredi 26, on doit ramener les garçons à Toulouse ce soir, car il y a un projet de voyage avec les parents pour leur deuxième semaine de vacances. Avant de partir, il faut faire le point sur l’avancement de la saison.

49740294172_6cd28dd663_c

Le terrain est toujours en pente, pas de changement au verger. Les trois étagères à patates sont dûment ensemencées.

49739969251_9b25d7baac_c

Les pommiers ont des fleurs, mais on sait bien que la production ne sera pas aussi abondante qu’en 2018.

49739422868_f10c66737e_c

Certaines plus ouvertes que d’autres. Mais toujours beaucoup de délicatesse.

49739968971_a226766b0c_c

Le pommier « belle de Boskoop ». C’est le plus éloigné de la maison. Il a survécu tant bien que mal à la chute d’un gros saule qui l’avait gravement endommagé.

49740293882_c4f9e52315_c

Le cognassier a des fleurs ! Il est malade, et ne fait plus de fruits, mais s’il refait des fleurs, peut-être qu’un jour …

49749046062_5e18959678_c

Oooooh ! Vous la voyez, la petite verte, dans la fleur ?

49749024947_e656f2e85f_c

Le poirier qui a été déplacé a beaucoup fleuri. Maintenant, il porte pas mal d’embryons de poires, aussi. Il réussira même à vraiment nous faire UNE poire, mais bien plus tard, évidemment.

49748699636_b11b1de78b_z

Un peu plus haut dans les jardins, c’est la saison des orchis. Je pense que ce sont des orchis mâles, elles refleurissent tous les ans.

49748721631_6838d88752_c

Regardez un peu ce qui se cache sous le lierre !!!!

49110468433_004a249c61_c

Quelle intéressante découverte !

49749045992_0561c5d7a0_c

Le lilas est en fleurs, à cette saison. Peu de chances que je le voie cette année, hélas.

49748177303_7615223f05_z

Et là, ce sont les fleurs de groseillier. Ceux-ci sont censés donner des groseilles rouges, mais ils n’en font pratiquement pas, et je ne sais pas pour quelle raison, c’est assez pénible.

49749045932_c77ab8236b_z

Et voilà, c’est la fin du tour des jardins, où les pissenlits allument partout leurs petits soleils, à cette saison. Des petits soleils qui se referment le soir pour le confinement nocturne. Demain, le jour reviendra…

Pendant ce temps, en Ariège

Comme chacun le sait, avril, c’est le printemps.

Dans la vallée d’Estours, les prunelliers sont en fleurs…

…et les pommiers ne vont visiblement plus tarder. ce 14 avril. A ce stade, c’est l’incertitude la plus totale : aurons-nous des fleurs, quelques pommes, ou beaucoup, ou pas du tout…mystère. Cependant, mon compte-rendu de blog en différé me permet de vous communiquer un bon élément de réponse à toutes ces questions, regardez :

juste à côté de mon ordinateur, à l’instant où j’écris ceci, il y a… un verre de jus de pommes.

Mais revenons à 2018

En effet, le mois d’avril dans les Pyrénées centrales, c’est aussi ceci. Qui c’est qui a trouvé la plus grosse ??? Celle-ci était d’une taille intéressante ! Mmmm, le parfum des morilles dans la sauce du poulet…

Pour sa part, le nouveau petit brésilien suit le mouvement sans se poser de question, du moment que sa mère est là.

Quant à Theo, il suffit qu’on l’amène au bord de la rivière dans un endroit plein de cailloux, alors tout va bien pour lui.

Et puis le Couserans.

Revenons maintenant à l’ordre chronologique cher à mon esprit cartésien et partons donc, en cette fin du mois de mars 2017, vers la fraîcheur des montagnes du Couserans.

Là-bas, des écharpes de brume s’accrochent aux forêts du Mirabat.

Et lorsqu’un rayon de soleil paraît, il est capturé par la profusion de samares toutes neuves de l’orme.

A propos de profusion, l’arrivée du printemps s’accompagne cette année d’une véritable invasion de souris. A l’intérieur, à l’extérieur, elles sont partout et ont même perdu toute crainte. On les voit passer dans la maison, se courir après, c’est la foire aux souris. Autant dire que notre unique piège fonctionne à plein temps, Daniel a même fabriqué avec un tuyau métallique un centre de rétention destiné à les stocker avant d’aller les libérer loin de chez nous.

Les enfants s’y intéressent évidemment beaucoup. Ils aimeraient bien en ramener une à Toulouse, mais Maman n’est pas DU TOUT d’accord. A vrai dire, Maman a horreur des souris…

En tous cas, Jérémy nous en a fait un superbe dessin !

Et en plus, pour son anniversaire, Taty Fanny lui a envoyé un superbe onezee de dragon bleu qui le fait ressembler un peu à une grosse souris, à la couleur près. Il adooooore.

Dehors, le petit pêcher nous gratifie d’une superbe floraison, et réussira d’ailleurs à produire une dizaine de fruits. En septembre, il faut être patient !

Quant aux morilles, fin mars, elles sont plutôt en avance, la saison officielle étant le mois d’avril. Mais qui va s’en plaindre ? Il me semble qu’elles ont tenu compagnie à un rôti de veau, mais je n’en suis plus très certaine maintenant.

Les parents repartis à Toulouse, nous avons la visite de Maïthé et Lily, et on se promène en bande jusqu’à la centrale de Joël.

Avant de repartir, je vais jusqu’à un panneau tout neuf déposé là « à l’attention des randonneurs », et découvre une organisation toute nouvelle avec dépose hivernale des passerelles du bois du Pouech. Alors les amis, méfiez-vous si vous voulez randonner vers la cabane d’Aula avant le mois de juin, ça risque d’être un peu périlleux pour traverser les ruisseaux !

Avril, gare aux morilles !

Après la ville, la montagne ! Après la fin de mars, c’est le début avril, et comme chacun sait, avril, c’est le mois des poissons, et dans les Pyrénées c’est aussi le mois des morilles.

Comme toujours à cette saison, on guette les signes du réveil de la Nature, et ils ne manquent pas.

bourgeons à fleurs

Sur le vieux cerisier, les bourgeons à fleurs sont tout ronds et prêts à s’ouvrir.

fleur de pêcher

Un peu au-dessous, le petit pêcher a ses toutes premières fleurs. Portera-t’il des fruits ? Au moment où j’écris ceci, l’arbre porte encore deux petites pêches…

pissenlits

Le jaune éclatant des pissenlits attire déjà les premiers papillons.

violettes

Les violettes, connues pour leur timidité, sont en effet plus discrètes.

le jardin

Le potager numéro 3 se prépare à accueillir les patates de l’année, bientôt la plantation !

les fèves

Les fèves, elles, semées en hiver, commencent à pousser.

mésange bleue

Les oiseaux sont nombreux à venir nous visiter, attirés par les graines de tournesol dont je remplis leur mangeoire : mésanges bleues…

mésange nonnette

mésanges nonnettes, toutes petites…

mésange charbonnière

…mésanges charbonnières (celle-ci a dû laisser échapper sa graine)…

pinson des arbres

…et pinsons des arbres incapables de s’accrocher au perchoir de la mangeoire, mais qui viennent picorer au sol les graines tombées.

la morille

Et tout de même, fidèle au rendez-vous d’avril, la voilà, la morille tant espérée !

le Mirabat

Salut à toi, ô pic du Mirabat, continue à veiller sur notre vallée !