Nature et jardin.

Après cette petite crise mystique, nous sommes de retour en Ariège pour une semaine très agricole, à partir du 20 mai.

49796555386_421cee8fed_c

Le temps est au beau, on va pouvoir s’activer.

49802298351_ba037bf02c_c

Les renoncules sont en pleine forme ! On aperçoit aussi quelques véroniques et autres orties qui traînent au milieu. La débroussailleuse ne va pas avoir beaucoup le temps de refroidir.

49796555451_0119d53924_c

Il y a aussi quelques fleurs civilisées : les iris (vous avez vu la mouche ?)

49802298261_475e840126_z

la rose rouge (comme c’est bizarre, d’être en même temps rose et rouge…)

49796555211_7f4d4d0105_c

les céraistes cotonneux, à tendance invasive, mais qui font de jolies bordures, surtout à cette saison

49796555311_8b99bb7296_c

les ancolies communes, des natives locales que je favorise et transplante régulièrement

49796011213_a6575db8fd_z

et aussi les coquelicots, que je ne sais pas cultiver, juste les aider par des désherbages sélectifs. Ce sont des vagabonds qui poussent où ça leur plaît.

49801746203_e3b1bc8ce2_c

Côté cultures, ce n’est pas la grande saison des récoltes, même si quelques salades ou oignons verts peuvent fournir un peu de verdure.

49796011528_00ee481a03_z

C’est la grande saison des plantations. Voilà, on a installé les plants de tomates dans la nouvelle serre. Pour les semis, c’est encore moins spectaculaire, puisque ça se passe sous terre, les photos seront pour plus tard, éventuellement.

49801783803_b6a2dc14c6_c

Pas de mois de Mai sans muguet. Celui d’Estours n’en fait qu’à sa tête, il fleurit à la fin du mois si ça lui plaît. Qu’il vous porte bonheur quand même, ce muguet de 2019, on en a bien besoin par les temps qui courent !

Un petit tour et puis s’en va…

Vendredi 26, on doit ramener les garçons à Toulouse ce soir, car il y a un projet de voyage avec les parents pour leur deuxième semaine de vacances. Avant de partir, il faut faire le point sur l’avancement de la saison.

49740294172_6cd28dd663_c

Le terrain est toujours en pente, pas de changement au verger. Les trois étagères à patates sont dûment ensemencées.

49739969251_9b25d7baac_c

Les pommiers ont des fleurs, mais on sait bien que la production ne sera pas aussi abondante qu’en 2018.

49739422868_f10c66737e_c

Certaines plus ouvertes que d’autres. Mais toujours beaucoup de délicatesse.

49739968971_a226766b0c_c

Le pommier « belle de Boskoop ». C’est le plus éloigné de la maison. Il a survécu tant bien que mal à la chute d’un gros saule qui l’avait gravement endommagé.

49740293882_c4f9e52315_c

Le cognassier a des fleurs ! Il est malade, et ne fait plus de fruits, mais s’il refait des fleurs, peut-être qu’un jour …

49749046062_5e18959678_c

Oooooh ! Vous la voyez, la petite verte, dans la fleur ?

49749024947_e656f2e85f_c

Le poirier qui a été déplacé a beaucoup fleuri. Maintenant, il porte pas mal d’embryons de poires, aussi. Il réussira même à vraiment nous faire UNE poire, mais bien plus tard, évidemment.

49748699636_b11b1de78b_z

Un peu plus haut dans les jardins, c’est la saison des orchis. Je pense que ce sont des orchis mâles, elles refleurissent tous les ans.

49748721631_6838d88752_c

Regardez un peu ce qui se cache sous le lierre !!!!

49110468433_004a249c61_c

Quelle intéressante découverte !

49749045992_0561c5d7a0_c

Le lilas est en fleurs, à cette saison. Peu de chances que je le voie cette année, hélas.

49748177303_7615223f05_z

Et là, ce sont les fleurs de groseillier. Ceux-ci sont censés donner des groseilles rouges, mais ils n’en font pratiquement pas, et je ne sais pas pour quelle raison, c’est assez pénible.

49749045932_c77ab8236b_z

Et voilà, c’est la fin du tour des jardins, où les pissenlits allument partout leurs petits soleils, à cette saison. Des petits soleils qui se referment le soir pour le confinement nocturne. Demain, le jour reviendra…

Balade printanière.

Hé oui, c’était le 16 mars 2019 seulement, mais comme le printemps météorologique commence déjà le 1er mars, ai-je appris en écoutant la miss météo dans le poste, je peux donc sans mentir parler d’une balade printanière.

49596176941_26cec831d6_c

Qui a reconnu le début de la balade ? Quand « il suffit de passer le pont » ?

49595676078_e297c6097c_c

Nous revoilà au Pays Basque, au pied de la Rhune, en train de profiter de cette belle journée pour grimper jusqu’à Yasola et aller y prendre notre casse-croûte avec vue.

49595675583_a0a9ea2848_z

Et en effet, les signes du printemps sont là !

49596176306_ac2c54bd23_z

Les violettes…

49595675958_ef0202af74_c

…les premières asphodèles…

49595675463_b725062195_c

…les ajoncs en grande floraison.

49596423112_508404066e_c

Même les mélèzes commencent à retrouver leur couleur verte.

49595675728_e501383e82_c

Nous y voilà ! Et pas seuls, comme vous voyez.

49596423507_8d06738f9f_z

Le 16 mars était un samedi, bien calculé !

49596423022_f8da8072d4_c

Un houx et un roux, mais pas de hibou ni de chou.

49596422967_5ff494e419_c

On salue le pottok avant de redescendre.

49596177086_80c802c1ff_c

La Rhune a encore ses couleurs rousses, elle aussi. Elle attend sûrement le printemps astronomique pour se rhabiller de vert !

Les pluies d’Ariège au mois de juin.

Impossible pour le moment de savoir si juin 2019 sera ensoleillé ou pluvieux, mais notre nouveau séjour en Ariège à la mi-juin 2018, alors que nos brésiliens étaient partis pour une petite visite en Tunisie, fut vraiment bien arrosé.

dégagement de brumes

Au mois de juin, le soleil est au sommet de son efficacité, et dès qu’il arrive à se faufiler dans un trou de nuages, la forêt toute humide se met soudain à fumer.

fougère mâle

Les fougères adorent cette ambiance et en profitent à fond.

40704820533_7d66c53a03_z

Accalmie, éclaircie ? Pour sortir sans courir le risque de revenir trempé, il faut s’équiper correctement. Je vous présente ici ma triplette de frênes, après l’averse.

ombres et lumières

Hourrah ! Un rayon de soleil !

la fleur suspendue

Mais la pluie a transformé ce coquelicot en fleur suspendue…

ombelles

Tant qu’il ne pleut pas ou pas trop, on peut vagabonder le long du chemin, et observer les fleurs.

hirsute

En voici une qui s’est coiffée avec un pétard !

orchidée

Ici, une orchidée, mais pour son nom exact, cela dépasse mes compétences, car les différences sont souvent minimes entre deux espèces.

le barrage

Comme je vous disais, il a vraiment plu, ce n’est pas une blague.

la forêt qui fume

Et revoilà la forêt qui fume…

le jardinier

et le jardinier qui profite de l’accalmie pour buter ses patates !

l'arbre aux 40 écus

Un peu plus loin, dans la pente, le ginkgo biloba des 40 ans (et des 40 écus) vit son premier printemps ariégeois.

les roses

Et vive la rose !

Regards sur la nature.

Nous voici maintenant au mois de juin.

clérodendron

Jolie surprise, la bouture de Lágrima-de-Cristo venue de Toulouse a décidé de nous faire quelques fleurs. Je les trouve vraiment exceptionnelles !

marguerite du Cap

Les marguerites du Cap ont résisté à l’hiver et se sont remises à fleurir.

ancolie

Les ancolies ariégeoises sont au rendez-vous, même si certaines semblent un peu malades : on peut apercevoir une fleur desséchée sur la gauche de l’image. Bizarre…

les pommes

La saison des pommes s’annonce plutôt favorable, échapperont-elles aux calamités naturelles ?

une pomme

Nous aurons peut-être nos premières Bramley, youpi !

les haricots

Les haricots à rames sortent timidement de terre, il faut dire qu’entre campagnols et limaces leurs débuts dans la vie ne sont pas très faciles.

sur le perron

En 2018 de nouveau, les petites pensées ont trouvé un endroit inattendu pour pousser et fleurir.l'ouverture

Un coquelicot en train de s’ouvrir, et de se débarrasser discrètement de son enveloppe. Mais les paparazzi sont partout !

œillet de poète

Un œillet de poète…

les orties

Les orties aussi fleurissent à ce moment. Qui a vu le lézard qui passe la tête entre deux planches, là-haut ?

le dessert

Et un super dessert pour terminer, mmmmm…..

Le point agricole début mai.

Nouveau passage en Ariège ! Fini les morilles, l’herbe a commencé à pousser, s’il en reste elles sont totalement invisibles. C’est le moment où la végétation explose, bientôt les célèbres « Saints de glace » vont marquer la fin officielle du risque de gelées et on pourra mettre en terre les courges et autres cucurbitacées (j’adore ce mot).

stellaires

Ça y est ! Les stellaires (je ne les cultive pas, mais je les préserve un petit peu) épanouissent un peu partout leurs petites étoiles blanches.

le cognassier

Le cognassier, malade depuis plusieurs années, semble en meilleure forme ce printemps, il a même des fleurs. Aurons-nous de nouveau des coings ? L’avenir nous dira que non, malheureusement.

fleur de pommier

Les pommiers aussi sont en fleurs, mais je ne les trouve pas resplendissantes. Pourtant, 2018 s’avérera une bonne année pour les pommes, les Belchard en particulier.

les poires

Les poiriers, qui fleurissent un peu plus tôt, arborent déjà des bouquets de petites poires. Nous n’en aurons pas une seule !!!!

la cathédrale des haricots

La cathédrale des haricots est déjà fin prête à recevoir les graines soigneusement récoltées l’an dernier : runner beans issus d’un voyage en Irlande, robin’s eggs descendants de graines kokopelli, tarbais d’Ariège, haricots verts à perches achetés il y a quelques années en Espagne, rien que des immigrés !

les ruches de Gérard

Un peu plus loin, les ruches de Gérard, sentinelles des jardins. Elles aussi subissent chaque année désormais les nuisances des pesticides « modernes ».

le sequoia 2018

Quant au séquoia des 25 ans de Sandra et Jérôme, il a maintenant franchi le cap des 10 mètres ! C’est dire à quel point il est heureux de se trouver là !

S’agissant d’un arbre millénaire, ce n’est encore qu’un tout petit bébé…