Le temps des balades.

48731948353_0b57eb0896_c

Chaque matin, le soleil sort de la mer tout brillant et tout propre : il va faire beau.

48744414656_a3a62b82ca_c

Le grand mur de l’Ouest est bien blanc et bien net, on a bien travaillé, on a donc bien droit à quelques loisirs.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Alors on musarde le long de la côte, au gré d’une petite route sinueuse qui nous fait découvrir quelques jolies petites plages tranquilles (mais elles le sont toutes à cette saison…)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Après l’action, un peu d’inaction ne nous fait pas de mal.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Encore des petites routes sinueuses pour aller découvrir le très vieux et très impressionnant monastère de Sant Pere de Rodes.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

De là, on domine la côte que l’on peut surveiller jusqu’au Cap Cerbère, à la frontière française, plus loin que Portbou.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Redescendant dans la plaine, nous voici maintenant à Peralada : pour la première fois, nous allons visiter le musée du château.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le cloître, pour commencer. Gothique, il date du XIVe siècle, comme l’église.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La porte de l’église, dont les statues qui ornent le tympan datent de la même époque.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’intérieur, maintenant.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le sol, visiblement bien plus récent.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le plafond à caissons de bois, splendide.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les dragons, que l’on retrouve à divers endroits dans la région, comme motifs de fers forgés notamment. Hou !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Une dalle gravée d’une tête de mort. Ça, on l’a déjà vu aussi, mais chez les Mayas…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le musée renferme aussi une grande collection d’objets en verre.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et une splendide bibliothèque du XIXe siècle.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ainsi qu’un musée du vin, le domaine de Peralada étant bien connu pour ses Cavas, autrefois appelés, un peu abusivement, Champañas.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et justement, avec la visite du musée, nous avons droit à une coupe offerte au « cafe del centre » voisin. Elle est pas belle, la vie ?

Vals.

21 septembre 2018, nous quittons l’Ariège pour la côte catalane. Mais nous avons prévu de nous y rendre via un petit détour amical par le Minervois, ce qui fait que nous allons passer très près du village de Vals et de son église. Certes, il y a de nombreuses églises intéressantes dans tout le Sud-Ouest et bien au-delà, mais celle-ci mérite bien un petit détour, suivez-moi donc !

48664132247_9e5bd1bbed_z

Bâtie sur et en partie dans le rocher, elle est dite « semi-rupestre ». Le site très particulier de ces amas de « poudingues » découpés par de larges fentes semble avoir été occupé depuis fort longtemps, puisque des fouilles ont révélé une sépulture collective datant de la fin du néolithique, soit 2500 ans avant notre ère. Quant au bâtiment actuel, ses parties les plus anciennes remontent sans doute au Xe siècle, ce qui leur donne plus d’un millier d’années d’occupation, pas mal déjà !

48663978351_64f8894de9_c

Commençons par inspecter les extérieurs : un terre-plein permet, par la gauche, d’accéder au cimetière. Le rocher y est soutenu par des contreforts maçonnés.

48663977871_52245d823c_z

Un passage dans la masse rocheuse est bouché au fond par un grand mur de pierre.

48664131972_d321710da4_z

Et au bout, c’est la porte du cimetière.

48663629983_5c832a24e0_z

Revenons maintenant à la porte d’entrée. On y accède par quelques marches…

48664131652_7ab2d3c9b1_z

…bientôt suivies d’une vingtaine d’autres, aménagées dans un étroit passage entre deux parois naturelles…

48663978046_f54fd2cb0b_z

…qui nous amènent jusqu’à une deuxième porte, celle de l’église proprement dite.

48664131292_1861be5222_c

On pénètre dans la partie la plus ancienne, très sombre, où se trouve une cuve taillée dans la pierre qui doit ou a dû servir pour les baptêmes.

48663628883_cf08ef9807_c

 

Puis on monte jusqu’à l’abside, du XIe siècle (au centre de la photo). C’est là que des fresques romanes, du début du XIIe siècle, ont été mises à jour et restaurées.

48664131222_d04127a5c7_c

Les couleurs ne sont pas très fidèles, mais cela donne une idée de la beauté et de la finesse des tracés.

48664131172_2f4ec64a56_z

Je crois bien que celui-ci est l’ange Gabriel pendant l’Annonciation. N’a t’il pas un petit air sarcastique ??? Pauvre Saint Joseph…

48664131067_c752fb47aa_c

Tout en haut, au troisième niveau, il y a encore une chapelle dédiée à Saint-Michel (encore un archange…), avec une porte donnant sur une terrasse, au pied de la tour.

48664130987_9bebfb1905_z

Et sur la tour, savez-vous ce qu’il y a ? Il y a une stèle discoïdale en provenance du cimetière, qui ressemble beaucoup à celles que l’on voit au Pays Basque… et je me demande bien pourquoi elle se trouve à cet endroit.

48663630253_0cec53d7b3_c

De l’autre côté, on a une jolie vue sur les toits de tuiles du village, dont on profite un petit moment avant de reprendre la route.

Et pour ceux qui voudraient profiter encore un peu de ce lieu fascinant, je recommande une petite vidéo de quelques minutes en compagnie de notre conteur ariégeois Olivier de Robert :  Vals

 

 

Une journée en Aragon (suite).

Si on apprécie l’art roman, l’Aragon est une destination de choix. Nous en avons déjà vu un bel échantillon dans la visite du château de Loarre.
Pour notre deuxième journée, on restera dans un registre plus classique avec du roman religieux. Nous avons aperçu le joli village d’Agüero au pied de ses propres Mallos. Voyons un peu plus en détail les deux églises romanes (au moins en partie) de cette métropole de 166 habitants.

église San Salvador d'Agüero

Celle-ci, c’est l’église San Salvador. C’est celle du village, placée au centre, et dont le clocher (du XVIe-XVIIe) domine la situation. Bien qu’elle ait été maintes fois remaniée, ses parties les plus anciennes remontent au XIIe siècle.

portail de l'église San Salvador d'Agüero

Le plus remarquable étant son portail d’entrée avec ses pilastres et ses arcades sculptées,

christ en majesté

et dont le tympan représente un Christ en majesté entouré des quatre évangélistes représentés par leurs symboles, ange, lion, taureau et aigle.
Visiblement, à Agüero, il y a un millier d’années, le sculpteur de service (el Maestro  de Agüero) n’avait jamais vu de lion (en bas à gauche). Peut-être pas d’ange non plus, mais là comme c’est également mon cas je ne juge pas.

Santiago de Agüero

Quittant le bourg, nous arrivons maintenant, quelques centaines de mètres plus loin, à l’église Santiago, solitaire, et restée inachevée. De ce qui aurait dû être une église en forme de croix latine n’existe que la croisée et les trois absides semi-circulaires, du XIIe siècle, le tout limité par le mur que nous voyons ici en arrivant. Et qui ne lui donne guère l’aspect d’une église, à vrai dire.

Santiago de Agüero, façade

Sur le côté droit, c’est la façade et le portail, abondamment décorés.

portail de Santiago de Agüero

De chaque côté, quatre pilastres avec des chapiteaux sculptés.

chapiteaux sculptés

Des sculptures remarquables, d’ailleurs.

tympan de Santiago

Le bas-relief du tympan représente la visite des Rois Mages à l’enfant Jésus. J’aime bien la tête de Saint Joseph, qui attend patiemment que ces trois casse-pieds s’en aillent.

monstre mangeur de femme

Du côté droit de la porte, il y a un monstre mangeur de femme…

monstre mangeur d'homme

tandis que celui de gauche mange plutôt un homme, qui essaie de se défendre avec une épée.

marque du tailleur

Le chantier a dû employer beaucoup de monde, car les marques laissées par les tailleurs sur leurs pierres sont nombreuses, plus de cinquante différentes.

une des absides de Santiago

Et voici pour finir l’une des trois absides du côté Est de l’édifice.
Trois absides, pas de nef, pas de clocher… que s’est-il passé pour que ce grand projet soudain s’arrête ?
Les mystères de cette construction inachevée semblent bien définitivement enfouis dans le temps.

Balade culturelle.

Avoir des visiteurs, c’est vraiment formidable, car ça oblige à s’extraire un peu du bricolage pour leur proposer des activités plus ciblées localement, sous peine de ne plus les revoir. Du coup, on découvre des lieux que l’on ne s’est jamais donné la peine d’aller voir. Merci donc à Nanou et Serge grâce à qui, le 13 mai, nous avons enfin découvert le charmant village médiéval de Castelló, avant de les emmener découvrir Sant Quirze, où nous n’étions pas revenus depuis quelques années.

Castelló, c’est la plaine de l’Ampurdán. Et à côté coule une rivière, la Muga. Elle doit pouvoir devenir vraiment énorme , en cas de fortes précipitations, car le Pont Vell (le pont vieux) possède pas moins de 7 arches, alors qu’en temps ordinaire la seule arche centrale suffit très largement à enjamber le petit cours d’eau. D’ailleurs les archives locales mentionnent divers remaniements apportés à cet ouvrage au fil du temps, pour réparer les dégâts causés par les inondations successives.

Regardez ce petit cours d’eau innocent capable de se muer pour quelques heures en fleuve redoutable.

Nous allons maintenant visiter le vieux village, dont la pièce maîtresse est sans nul doute l’église Santa Maria, deuxième de la province par sa taille après celle de Gérone. Sa construction a débuté au XIIIe siècle, sur l’emplacement de l’ancienne église romane.

Le tympan de son porche est vraiment admirable, malgré les dégradations subies au fil du temps.

De chaque côté, les statues des apôtres. Enfin, c’est ce que j’ai lu, ne croyez pas que je sois capable de les reconnaître.

A l’intérieur, c’est la hauteur qui impressionne. Et l’architecture aussi, bien sûr.

Filtrant à travers les vitraux, un rayon de soleil vient éclairer singulièrement ce que j’imagine être une statue de Saint Pierre, à cause de la clé qu’il a l’habitude de trimballer.

Impressionnants, ces fonts baptismaux taillés dans un seul bloc de roche !!!! J’ai lu qu’ils avaient été récupérés de l’ancienne église romane, ils ont donc largement plus d’un millier d’années sans doute.

Pfiou ! Tout ça est bien fatigant, les amis.

L’église est gothique, mais le clocher roman de l’édifice précédent a été conservé, et il est magnifique avec ses colonnes blanches.

Une petite place sympathique, en se promenant dans la vieille ville.

Après ça, en route pour Espolla où nous cherchons en vain le restau que l’on nous avait indiqué, pour finir par en adopter un autre, pas mal quand même.

On n’est plus très loin du monastère de Sant Quirze, désormais bien restauré. Sur la gauche, c’est la façade de l’église, avec son campanile cassé.

Vu dans l’autre sens, avec une tour défensive et les enceintes.

Tout près, la petite chapelle romane Santa Maria, comme sa grande sœur de Castelló. Superbe voûte !

De retour à la maison, et à l’esclavage domestique. Ils sont résignés…

Pendant ce temps, je peux aller traîner dehors et étudier les meilleurs angles pour capter la nature environnante.

Et réussir finalement à surprendre le chanteur que j’entendais depuis un moment sans réussir à le localiser.

Dernier matin, je me glisse dehors doucement pour surprendre le lever du soleil sur la mer, petit instant magique suspendu entre la nuit et le jour.

La Bastide Clairence, village basque.

Promenade familiale au Pays basque, le 12 novembre, avec Stéphanie et Philippe venus se faire thalassothérapier par ici. Malgré le temps maussade de novembre, nous optons pour le petit village de La Bastide Clairence où il pluviote un petit peu, nous y voilà.

On essaie de repérer les principales curiosités sur ce joli plan paysagé. A noter, le nom en basque est Bastida, remarquablement simple et facile à retenir, ce n’est pas si fréquent !

On s’est garé dans la rue principale, qui traverse le village dans sa longueur. Les bastides, dont il existe plusieurs centaines dans tout le Sud-Ouest de la France, furent des villes nouvelles créées de toutes pièces entre 1250 et 1350 à peu près. Ici, la charte de fondation date de juillet 1312, ses 700 ans ont été célébrés il y a peu.

Toutes les portes racontent un peu d’histoire, et celle-ci semble avoir un rapport avec le pélerinage de Compostelle, si l’on considère la coquille représentée sur l’enseigne qui la surmonte. Mes faibles connaissances en basque me permettent aussi de vous informer qu’il s’agit ici de l’entrée de la Maison Blanche (bordaxuri).

Beaucoup de maisons sont à encorbellements (l’étage avance par rapport au rez de chaussée) ce qui tend à prouver qu’elles ne datent pas d’hier. Avec en plus l’avancée du toit, et une orientation favorable, cela doit pouvoir suffire à protéger le banc des petites intempéries.

Au centre de la Bastide, il y a forcément une place (une seule exception  répertoriée), et celle-ci ne fait donc pas exception. Les maisons y comportent une partie couverte.

A un angle de rues, le salon de thé d’une amatrice de plantes.

Il y en a une belle collection tout le long du trottoir.

Une autre porte un peu plus loin. Celle-ci aussi doit raconter une histoire, mais je ne la connais pas.

Nous voilà à l’entrée du cimetière juif que nous avons vu signalé sur le plan.

Certaines pierres tombales sont très abîmées, et les inscriptions souvent illisibles.

Il ne se trouve pas bien loin de l’église, qui a la particularité d’être entourée de galeries couvertes abritant les tombes de nombreuses familles du village. En ce début novembre, l’ensemble est évidemment abondamment fleuri.

Un coup d’œil à l’intérieur : l’église, bâtie semble-t-il un peu vite aux débuts de la Bastide, a dû être presque entièrement reconstruite au XVIIIe siècle, car elle menaçait ruine. Nous voyons ici le retable.

Et pour terminer, les trois étages de tribunes de bois qui entourent la nef. Réservées aux hommes, elles étaient destinées à augmenter la capacité d’accueil des églises lors de l’augmentation de la population au XVIIIe siècle.

Le prieuré de Marcevol.

Après le retour à Anglet, nous voilà hélas de nouveau à Argelès le 17 octobre pour l’adieu à Gaby.

Comme il n’est pas question de faire un aller-retour trop rapide, et qu’il y a encore de l’occupation dans la maison d’Argelès pour Daniel, j’étudie la carte de la région pour me trouver une petite balade culturelle le lendemain après-midi. Mon choix se porte sur un monument dont je n’ai même jamais entendu parler, le prieuré de Marcevol, sur les hauteurs de la vallée de la Têt, à peu près à mi-chemin entre Ille-sur-Têt et Prades. En route !

Le prieuré se trouve sur la commune d’Arboussols, un joli village que voici, et que je dois traverser avant de poursuivre vers mon but. La route, le village, les montagnes alentour où s’accrochent des nuages potentiellement menaçants, et même la lumière qui baigne le tout, cela n’est pas sans me rappeler mes vagabondages en Corse autour de Corte, pendant que Daniel tentait d’apporter la bonne parole statistique à des étudiants bien peu motivés. Mais poursuivons notre chemin.

Me voilà arrivée ! Une seule autre voiture sur le grand parking, ce n’est pas la foule des grands jours, et pourtant c’est bien ouvert. Mais je commence par m’intéresser à cette étonnante façade de l’église, que l’on peut approcher en pénétrant dans le petit cimetière.

Vraiment incroyable, ce portail de marbre rose ! Il est dit qu’il provient de la carrière de Villefranche-de-Conflent, c’est à 6km de Prades, soit à une douzaine de km d’ici. Le contraste entre les pierres qui forment ce portail ainsi que la fenêtre qui le surplombe et le reste de l’appareillage du mur est saisissant.

Juste au-dessus du portail, la fenêtre est de la même facture, surmontée d’une archivolte ornée de dents d’engrenage. Le décalage du campanile vers la droite serait dû à sa reconstruction à la suite du tremblement de terre de 1428, ayant occasionné ici comme en beaucoup d’autres endroits de Catalogne d’importants dégâts.

La porte, avec ses pentures ornées de spirales, est elle aussi étonnante.

L’ensemble, comme les détails, est très sobre et très géométrique, et met en valeur la beauté de la pierre.

Ce n’est pas seulement une différence de couleur !

Mais entrons maintenant à l’intérieur du prieuré ; pour cela, il faut faire assez vite, car la tramontane s’engouffre vivement dans la porte ouverte dans la façade ouest. L’accès permet surtout d’entrer à l’intérieur de l’église, le reste des constructions étant d’une époque plus récente, rien ne subsiste des anciens bâtiments du prieuré.

L’église, romane, a été bâtie entre 1129 et 1160 par les chanoines du Saint-Sépulcre. On voit ici la nef centrale, couverte d’une voûte en plein cintre, et ouverte sur l’abside.

La nef latérale côté Nord : elle aurait été reconstruite elle aussi à la suite du tremblement de terre.

Ultime témoignage du décor ancien de peintures qui recouvrait l’église, un Christ Pantocrator entouré d’anges a été restauré dans l’absidiole sud, on voit ici son visage que j’ai trouvé d’une grande beauté.

Après cette visite, finalement assez rapide, je ressors dans la tramontane pour faire le tour des bâtiments.

Il me reste encore le temps d’aller jeter un œil au hameau de Marcevol tout proche.

Il est dominé par la petite église romane Nostra Senyora de las Grades (Notre-Dame des Escaliers), datant des XIe et XIIe siècles.

Pour y accéder, il faudrait passer derrière le mur, mais la porte est fermée et le panneau bleu indique que la restauration est en cours ; mais il n’y a pas de restaurateur à l’horizon.

Dépitée, je redescend les marches qui m’ont permis d’accéder à la porte fermée. Est-ce là l’escalier de Nostra Senyora ?

Pas facile d’avoir une vue d’ensemble du bâtiment, avec la végétation environnante.

Un passage entre deux vieux murs me permet de rejoindre la route. Une grande vigne vierge le pare de ses couleurs d’automne.

Un dernier regard vers Arboussols avant de reprendre la voiture…

…et aussi vers la vallée de la Têt, juste en contrebas, où le soleil porte un coup de projecteur sur un village que j’imagine être Vinça.

Si nous allions dans l’Allier …

Chez les humains que nous sommes, l’été reste la principale saison des mariages. C’est ainsi que, début août, nous voilà en route vers la lointaine Auvergne pour participer à la fête autour du grand fils Thibaut de ma petite cousine Brigitte, et de sa douce Madeleine. Nous commençons par découvrir un peu cette bien jolie région, non loin de Montluçon  : notre logis (la grange du bourg) se trouve au petit village de Deneuille-les-Mines, en pleine campagne, et nous y sommes très bien accueillis, dans un environnement superbe.

le gîte de Deneuille

Un vrai petit paradis pour amateurs de jardins !

Nous sommes arrivés assez tôt pour aller faire un petit tour au village, dont nous avons remarqué l’église, et il n’y a pas bien loin à aller.

église Saint-Martial

Elle est dédiée à saint Martial et date du XIIe siècle, presque un millénaire !

portail église

La porte principale n’est pas immense, mais son tympan festonné est remarquable.

puits à Deneuille

Autour, des maisons basses, un vieux puits…

la tour de l'église

Impossible de rentrer pour visiter, c’est fermé, mais on peut faire le tour sans problème et observer l’architecture : la tour est carrée, et la flèche du clocher octogonale, l’ensemble est bien proportionné et harmonieux.

Le samedi matin, suivant les conseils de notre hôtesse, c’est au village de Hérisson que nous nous rendons pour une petite visite, en attendant les festivités de l’après-midi.

l'Aumance àHérisson

J’ignore l’origine de ce nom, mais j’avoue qu’il m’a bien plu. Nous arrivons donc à Hérisson, où il faut commencer par franchir le pont sur l’Aumance.

Hérisson social club

Nous découvrons avec amusement le Hérisson social club, qui a remplacé une ancienne boutique de confection dont la devanture a été conservée.

clocher Saint-Sauveur

Hérisson est un très vieux village, avec de nombreux vestiges de son passé médiéval ; ici, c’est le clocher Saint-Sauveur, dernier reste de l’église du XIIe siècle.

la forteresse des Bourbon

Par dessus les toitures à l’ancienne, nous apercevons les ruines de la forteresse des ducs de Bourbon, édifiée au XIVe siècle sur l’emplacement d’un premier château du Xe.

porte de Gateuil

Non loin de la rivière, la porte médiévale de Gateuil, l’une des trois qui permettaient l’accès à l’intérieur des fortifications.

Hérisson, vue d'ensemble.

Comme nous quittons Hérisson, nous profitons encore d’une belle vue d’ensemble de ce charmant village dominé par sa vieille forteresse, témoignage des temps anciens.

 

 

 

De l’hiver brésilien à l’été catalan.

Et voilà, le lendemain 4 juillet c’était déjà pour nous l’heure du départ : aéroport de Guarulhos, puis aéroport de Madrid de longues heures plus tard, et pour (presque) finir aéroport de Fontarrabie où José nous attendait pour nous ramener chez nous.

Abbadia vu du ciel

Le temps n’est pas bien terrible à l’arrivée, mais on peut quand même se repérer, et comme l’avion a préparé son atterrissage en faisant un grand virage au-dessus de l’Océan, cela nous permet de découvrir le domaine d’Abbadia depuis le ciella baie de Txingudi

…puis la baie de Txingudi parsemée de petits bateaux, juste avant l’atterrissage.

Quelques jours à Anglet pour se remettre du voyage, et du décalage horaire (5h à cette période de l’année). Mais l’été est là, par chez nous, et nous ne tardons pas trop à commencer notre migration saisonnière en direction de l’Est.

Apolline

Premier arrêt à Serres-Castet où l’on fête le premier anniversaire d’Apolline ; elle est un peu intimidée, mais elle finit par oser toucher la barbe de Daniel.

les groseilles

Deuxième arrêt à Estours où les tâches agricoles sont nombreuses, après cette longue absence. Et d’abord, le ramassage des groseilles de l’éclipse pour la gelée. Elles sont mûres à point.

les pensées

Le ciel a subvenu aux besoins en eau cette année. Les petites pensées bleues qui repoussent dans les pots d’une année à l’autre sont bien fleuries.

fougères

Les fougères ont beaucoup grandi, elles se plaisent là.

rose trémière

Quant aux roses trémières, c’est vraiment leur grand moment début juillet. Comme d’habitude, celles que j’ai plantées sont minables, et celles qui ont poussé toutes seules sont magnifiques.

le château de Foix

Je m’échappe un soir pour aller assister à une réunion à Foix avec Dany et Gérard. On trouve le stationnement au pied du château (mais on est toujours plus ou moins au pied du château, dans cette ville).

abbatiale Saint-Volusien

Comme nous sommes un peu en avance, on trouve le temps d’aller jeter un œil à l’abbatiale Saint-Volusien toute proche. Il y a un bel orgue !

sculpture

Mais ce que j’ai le plus aimé, ce sont les stalles en bois sculpté, avec des visages très variés et très expressifs. J’ai lu qu’elles provenaient de Saint-Sernin à Toulouse, et qu’elle dataient de 1670.

Portbou

C’est le 16 juillet que nous arrivons finalement à Portbou, où nous allons nous poser pour les deux semaines à venir.

la maison

J’aime bien monter le chemin à pied lorsque nous arrivons.

la pomme de pin

J’inspecte les arbres, ont-ils bien poussé, souffrent-ils de sécheresse ? C’est souvent le cas… mais pas trop cette année !

les agaves

L’état des agaves témoigne de la violence de la tramontane, tellement habituelle ici.

figuier de Barbarie

Les figuiers de Barbarie s’adaptent très bien, eux. Si le vent casse une raquette, elle repousse un peu plus loin !

le port

Au-dessous de nous, au port, il y a toujours un peu d’activité. Et bien peu de places libres.

le Claper

Mais quand on veut surveiller ce qui se passe au large, c’est d’abord le Claper qui arrête le regard. D’ici, on devine à peine le haut des impressionnantes falaises noires qui tombent à la verticale depuis la crête dans la mer.

le bateau

Cette année, grande innovation, et génial cadeau de Jérôme : ce frêle esquif qui va nous permettre de nous évader de la plage, et même, peut-être, de nous rendre à la cova foradada où se trouve la dernière croix frontière des Pyrénées…

le village

Les premiers essais me permettent déjà de faire quelques photos avec un point de vue original, comme celle-ci, prise depuis la baie.

Sant Llorenç del Munt.

Rencontre familiale à Argelès, le 12 mai, et petite promenade familiale à la découverte du patrimoine argelésien.

Le temps est maussade, beaucoup de nuages ; mais j’ai repéré sur la carte TOP 25 une « chapelle Saint Laurent » au Sud-Ouest du château de Valmy, facilement accessible dans le genre promenade digestive, et que nous ne connaissons pas. Maïthé, toujours prête pour une petite marche, se joint à nous pour l’occasion.

fleur rose

Le printemps est là, et malgré les nuages menaçants de jolis petits soleils roses s’épanouissent au bord du chemin.

église Sant Llorenç del Munt

Un bout de piste, un bout de sentier forestier, et nous y voilà ! Nous avons la surprise de reconnaître un bâtiment déjà vu parmi les dessins de Sauveur, sans que nous sachions le situer. Peu d’indications sur place, mais un petit tour sur wikipédia nous apprend qu’il s’agit d’un édifice roman (ça, on l’avait bien vu, avec les beaux arcs plein cintre) construit au XIIe siècle, et même consacré le 8 mai 1164 !

abside

« Le chevet est orné d’un rang d’arcatures lombardes sur modillons, d’un rang de dents d’engrenage et d’une corniche à gorge. »

…je n’aurais pas pu mieux l’exprimer 🙂

la fenêtre

La fenêtre est bien jolie, mais ne doit pas donner beaucoup de lumière à l’intérieur.

Le site de l’office du tourisme d’Argelès nous apprend aussi que l’endroit servit d’abri aux réfugiés espagnols.

fraternité

Une petite photo de famille avant de redescendre.

le château de Valmy

Dans ce sens, le chemin offre une belle vue sur le château Art nouveau de Valmy, construit à la fin du XIXe siècle pour l’industriel perpignanais Pierre Bardou (les papiers à cigarette JOB) par l’architecte danois Dorph-Petersen.

orobanche

Des fleurs un peu étrange le long du chemin, on dirait presque des orchidées, mais il s’agit d’orobanches, plantes parasites et qui possèdent la curieuse propriété d’être dépourvues de chlorophylle.

un p'tit coin de parapluie

Allons à Arles.

Le lendemain, 6 mai, suite de nos visites et excursions : Arles est au programme, un aperçu tout au moins, car bien sûr il n’est pas possible de connaître en quelques heures une ville qui existe depuis plus de 2000 ans.

Départ pas trop matinal tout de même, il ne faut jamais exagérer avec ça.

fleur de béton

Un signe favorable dès le début : un coquelicot s’est épanoui ce matin juste en face de la sortie de notre immeuble, entre béton et bitume. Pourtant, quoi de plus fragile qu’une fleur de coquelicot ?

canal de Craponne

En nous éloignant légèrement des hauts lieux historiques, nous trouvons facilement à nous garer à Arles ; la rue longe ce canal destiné à l’irrigation, le canal de Craponne, du nom de l’ingénieur qui a conçu le projet au XVIe siècle.

statue de Niobé

Premier monument : le théâtre antique, devant lequel se trouve cette belle statue de Niobé pleurant ses enfants morts, tués, selon la légende, par Apollon et Diane, pour la punir de son orgueil de mère. La statue elle-même date de 1897.

le théâtre antique d'Arles

Nous longeons ensuite le site du théâtre antique.

rue du vieil Arles

Un porche qui enjambe l’une des rues avoisinantes, avec une vierge à l’enfant bien à l’abri dans l’angle du haut.

les arènes d'Arles

Puis ce sont les arènes, impressionnantes et superbement restaurées ; il y a foule pour les admirer.

Pierre d'angle

La clé qu’il porte me fait penser qu’il pourrait s’agir de Saint Pierre ; en tous cas il n’est pas ici à la porte du Paradis, mais simplement à l’angle de deux rues. Pierre d’angle ?

la fontaine d'Amédée Pichot

Un peu plus loin c’est une fontaine, construite autour d’un médaillon de Paul Balze, et inaugurée en 1887 : très récent, au regard du passé de la ville !

les lions du pont détruit

Nous avons maintenant rejoint les quais du Grand Rhône, où notre attention est attirée par ces superbes lions, en haut de leurs piliers. Il s’agit là des vestiges du pont de chemin de fer détruit pas les bombardements de la ville en 1944.

le Rhône et Arles

De cet endroit où s’amarrent les bateaux qui font croisière sur le fleuve, nous reconnaissons quelques-uns des monuments que nous venons de voir.

les thermes de Constantin

Quelques belles bâtisses en longeant les quais, dont les thermes de Constantin ici. L’empereur Constantin, c’est déjà le IVe siècle !

ancienne rue neuve

« Ancienne rue neuve », ça ne serait pas un genre d’oxymore ? Le docteur Fantôme pourrait-il nous en dire plus ?

ancien forum

Ces deux colonnes avec ce morceau de fronton sont tout ce qu’il reste du forum antique, dommage…

portail de Saint Trophime

Revoilà une église Saint Trophime, avec une certaine logique puisque ce dernier aurait été le premier évêque d’Arles. Il est d’ailleurs représenté ici : sur la gauche du portail, c’est celui qui est le plus à droite. Le thème étant celui du jugement dernier, on s’étonne de l’air serein des badauds…

Hôtel de Ville

Sur la même place de la République, pour le côté républicain, voici l’Hôtel de Ville, où l’on attend la sortie des mariés.

le carosse

Leur carrosse les attend.

l'obélisque

Au centre de la place se dresse un obélisque d’origine romaine, qui se trouvait à l’origine au cirque d’Arles.

détail du socle de l'obélisque

Sur le socle de l’obélisque, de belles sculptures qui ne crachent plus d’eau, potable ou pas.

Quittons maintenant Arles et ses monuments pour une visite plus « nature », à suivre …