Wakatipu.

Vous l’aurez peut-être deviné, nous sommes toujours en Nouvelle-Zélande ce 2 mars 2017, et Wakatipu est le nom, d’origine maorie, d’un immense lac de la chaîne des Alpes du Sud au bord duquel se trouve la petite ville de Queenstown où nous avons passé la nuit.
Je ne saurais pas dire pourquoi, les mots maoris me semblent toujours bien plus en harmonie que les autres avec ce qu’ils désignent.
Difficile choix pour cette petite journée ici, car les activités possibles sont innombrables. Après mûre réflexion, nous parcourrons d’abord la route du bord du lac jusqu’à son extrémité supérieure à Glenorchy.

Lacs et montagnes, une association toute en contrastes dont la réussite n’est plus à démontrer, et nous en trouvons ici un nouvel exemple.

En regardant vers le haut du lac, c’est-à-dire vers le Nord, on peut voir deux îlots (pig island et pigeon island, l’ile au cochon et l’île au pigeon) et aussi les hautes montagnes enneigées en arrière-plan, dont j’ai pu identifier celle qui semble la plus haute à droite comme étant le mont Earnslaw, de 2830m d’altitude, dont le nom maori est Pikirakatahi (et je confirme ma remarque précédente).

Même perspective, en zoomant sur Pikirakatahi et son glacier.

Nous voici arrivés à Glenorchy ! C’est ici que la Dart River se jette dans le lac, qu’elle alimente en eau. Du coup, la zone accumule sables et graviers descendus des montagnes, et l’endroit est idéal pour notre pique-nique.

Un ponton de bois, sans doute destiné à accueillir les bateaux de promenade, s’avance dans le lac non loin de nous.

On s’installe sur le sable pour pique-niquer, sous le regard intéressé d’une petite troupe de « black-billed gulls » ou mouettes de Buller, encore une espèce endémique de Nouvelle-Zélande, et qui possède le triste privilège d’être l’espèce de mouettes la plus menacée du monde.

Étrange regard, avec ces yeux blancs cerclés de noir.

Theo adore les oiseaux. Il les nourrit, leur parle, les gronde si nécessaire, car il faut bien reconnaître qu’ils ne sont pas toujours parfaitement sages.

Glenorchy, c’est juste quelques maisons entre le lac et les montagnes. Un endroit tranquille, certainement.
Mais il est maintenant temps de revenir à Queenstown pour la deuxième partie de notre programme.

En effet, il y a, tout près de la petite ville, un téléphérique qui permet d’accéder à une plate-forme dominant le lac de plus de 400m ! Nous y voilà.

Il y a assez de place pour nous 5 dans une cabine.

Depuis là-haut, la vue sur la ville et le lac est époustouflante : en face de nous…

… puis vers la droite…

… puis un peu plus à gauche avec en arrière-plan la chaîne des Remarkables et son point culminant le Double Cone, et des parapentistes en plein survol…

… et enfin complètement à gauche le plateau de Queenstown Hill qui domine la route qui mène à Arthurs Point, un quartier de Queenstown.

Tandis que nous redescendons tranquillement dans notre télécabine, je ne résiste pas à photographier l’abominable construction métallique ouverte à son extrémité depuis laquelle les zinzins fortunés payent pour se jeter dans le vide accrochés à un élastique, en espérant fermement qu’il ait été mesuré suffisamment court pour éviter le crash.
Allons, ne pensons plus à ces horreurs, il est temps de prendre la route pour rentrer à Dunedin.