En cherchant les petites bêtes.

Nous voilà début septembre et toujours en Ariège. C’est quand même bien, la retraite ! Aujourd’hui 2 septembre, Dany et Gérard m’emmènent avec eux pour une sortie organisée par le Parc Naturel Régional d’Ariège, à la découverte des libellules et autres bestioles autour de l’étang de Lhers. Le rendez-vous est fixé à 9h sur le parking de l’étang, et nous ne sommes pas en retard.

48455914901_d8028bd14d_c

Mais l’étang lui-même, trop fréquenté, n’est pas un bon lieu d’observation. Nous reprenons donc nos véhicules pour aller, pas beaucoup plus loin, jusqu’à l’Estagnon, bien plus petit et moins spectaculaire, et qui n’attire donc pas les foules.

48452392701_e3e67b4851_z

A peine descendus des voitures, on se trouve en pleine nature de montagne.

48452547097_0b3a20b639_z

Avec le beau temps, chercher la petite bête est vraiment un jeu d’enfant. Presque chaque plante en accueille toute une flopée.

48452546957_04cfa4ce39_c

Libre-service dans les cirses laineux.

48452442581_8d1b1b7df2_c

Pour s’approcher de l’Estagnon, il faut passer sur une petite passerelle de bois, en regardant bien où on met les pieds.

48452597397_3b3027ec32_z

C’est Jean qui guide le groupe à la découverte, dans un premier temps, des criquets et sauterelles. Il nous montre comment les tenir pour ne pas les blesser.

48452442441_e62833310e_c

Antennes courtes, c’est un criquet !

48452443021_b8311f02e2_c

Nous voici tout près de l’Estagnon, plein de nénuphars.

 

48452642257_4b68c810e0_c

Il est petit, mais bien joli, cet Estagnon !

48452675772_a2b05cfc94_c

Antennes longues, cette fois c’est une sauterelle.

48452690432_fe9684d34f_z

Une coccinelle très ordinaire…

48452664597_81450d891d_c

…et aussi tout plein d’escargots, Jean dit qu’ils sont d’une espèce particulière.

48452534346_78959ca5ae_z

Un petit champignon au passage.

48454793881_711969040a_c

Un papillon que je crois être un moyen nacré, mais je n’en suis pas bien sûre.

48454892396_8a4759f4d0_c

Nous surprenons un accouplement dans une position qui peut sembler originale, mais qui ne l’est pas tellement pour des insectes.

48455047762_4c8b25f5eb_c

Nouvel arrêt près du col d’Agnes, où pâture un troupeau de vaches.

48454892841_fe08aeeda0_c

On monte jusqu’à la table d’orientation.

48454891751_643f2f59d1_c

Dernier stop dans la vallée du Garbet, en redescendant vers Aulus. Je réussis enfin à tirer le portrait de deux libellules accouplées, elles aussi dans une position acrobatique.

48454893231_a63b391124_c

C’est là que se termine cette belle séquence de découverte, un grand merci à Yves Rougès et Jean Maurette pour cette superbe journée.

Sur la route…

La route qui monte d’Aulus-les-Bains au col d’Agnes n’est pas déneigée l’hiver, ce qui donne la possibilité de la parcourir à pied sans être dérangé par les voitures. C’est donc avec plaisir que je me suis jointe à la balade de Dany et Gérard ce 4 mars, pendant que les skieurs s’éclataient sur les pistes de Guzet.

Nous parcourons le début de la route en voiture, jusqu’à l’endroit où elle devient interdite à la circulation.

le départ

Respectons la signalisation et continuons à pied.

Dany et Gérard

Il n’y a pas beaucoup de neige sur la route, raquettes inutiles aujourd’hui !

un petit ruisseau

En parcourant une route à pied, on voit plein de choses qui restent invisibles depuis une voiture en mouvement, et en particulier de bien jolis petits ruisseaux.

castel minier

Ici c’est un panneau qui signale le sentier d’accès à un site minier datant du moyen âge, où se faisait l’exploitation et le traitement de minerai de plomb argentifère.

la haute vallée

Plus à gauche, les pentes bien blanches qui bordent la haute vallée du Garbet, la rivière dont nous longeons ici la vallée, et qui se jette dans le Salat à Oust.

avertissements

Nous atteignons un petit replat pouvant servir de parking au bord de la route, à l’endroit où un chemin permet d’accéder à la rivière au niveau d’Agnesserre. Il y a de la lecture, ici !

Agnesserre

Agnesserre, c’est cet endroit où la vallée s’élargit et où le Garbet traverse ce qui est l’été un beau pâturage.

Pic de Caumale

En amont, on reconnaît bien la forme de la haute vallée glaciaire, dominée par les crêtes enneigées.

ordonnance

Nous atteignons maintenant l’endroit où le chemin du Garbet quitte la route. On peut y consulter l’ordonnance plantée au départ du chemin (les curistes d’Aulus doivent venir marcher ici, mais je ne crois pas que la prescription soit valable en hiver).

le virage

C’est au niveau du virage en épingle à cheveux, mais nous allons continuer sur la route en ignorant l’ordonnance.

la forêt

Sur notre droite, c’est une forêt bien dénudée qui recouvre les pentes, là-haut le bleu du ciel est vraiment intense.

la route

Sur la route et au bord, on peut dire que ça fond comme neige au soleil.

le col

Une fois passé le prochain virage, nous apercevons le col d’Agnes là-haut, mais nous n’y parviendrons pas aujourd’hui.

traces

Des traces de passage sur le bas-côté. Je ne suis pas capable d’en déterminer l’auteur, malheureusement.

vers Guzet

En regardant vers l’Ouest au-delà de la vallée du Garbet, c’est la station de Guzet-Neige, et le Mont Valier en arrière-plan plus à droite.

Aulus

En laissant glisser son regard le long de la pente, c’est Aulus-les Bains que l’on découvre en bas, entourée de verdure.

pic de Caumale

Les journées sont encore très courtes à cette saison, et il est temps de faire demi-tour et de rejoindre la voiture, en profitant encore un moment de ce beau paysage glacé.