Congost de Mont Rebei (II)

Comme promis, voici maintenant la suite et fin de cette superbe balade.

Comme je traverse à mon tour la passerelle qui permet de changer de rive, deux embarcations approchent et passent finalement au-dessous de moi !
les canoes jaunes
Deux canoës jaunes perdus sur cet immense lac ! Bizarre…
Le chemin se poursuit maintenant sur l’autre rive, et on s’élève de nouveau bien au-dessus du lac.
l'escalier et la passerelle

En se retournant, on aperçoit à la fois le dernier escalier qui zigzague le long de sa falaise, puis la descente jusqu’au lac, et enfin la passerelle.

passerelle à travers les arbres
On traverse de nouveau une partie boisée, en apercevant encore la passerelle à travers les arbres.

entrée du défilé
Nous approchons maintenant de l’entrée du « congost », le défilé, la partie la plus étroite où le rio Noguera Ribagorzana a creusé son chemin entre les parois rocheuses de la Sierra de Montsec. On aperçoit notre chemin creusé dans la paroi de droite !
21043407591le lac et les couches rocheuses_4c1f7b6a49_c
Nous continuons à longer ce lac magnifique, où les couches de roches inclinées plongent en face de nous dans l’eau turquoise.
le bateau à moteur
Un étrange bruit de moteur trouble le calme du lieu : c’est un bateau qui arrive du bout du lac et passe près de nous, on n’avait pas imaginé qu’il soit possible de visiter l’endroit de cette façon !
entrée du défilé
Nous abordons maintenant la partie la plus étroite de l’itinéraire, le « congost ».
le sentier du congost
Le chemin, nettement visible dans la paroi de droite, a été creusé après la mise en eau du barrage de Canelles dans les années 60, qui avait englouti l’itinéraire initial.
le sentier creusé dans la paroi

Encore une fois, il ne faut pas trop craindre le vertige : du côté gauche, c’est raide et il n’y a pas de garde-fou.

le banc le long du sentier

Il y a même de temps en temps un banc, scellé au bord du vide. On doit pouvoir y pique-niquer, mais il ne faut pas laisser échapper son couteau !

la sortie nord de la gorge

Nous sortons maintenant de la partie la plus étroite de la gorge. Devant nous, le lac serpente encore loin, épousant le tracé de la rivière.

l'autre passerelle

Nous arrivons maintenant à une autre passerelle, qui permet de franchir un petit ravin latéral. Comme la précédente, elle bouge pas mal quand on passe dessus.

le bras de lac sous la passerelle

Le bras de lac que nous franchissons a la même couleur que le reste.

mon ombre

Au passage, je peux m’amuser à photographier mon ombre et celle de la passerelle, sur la paroi verticale qui plonge dans le bras de lac.

le papillon

Le chemin est facile et bien tracé, heureusement, car mes genoux sont bien fatigués maintenant. Un papillon provocateur se pose sur une fleur d’ail, tout près du chemin.

herbes ondulantes

J’observe aussi des herbes formant de longs plumets ondulants très légers, je ne peux pas dire de quelle espèce il s’agit.

le bout du lac

Enfin, nous parvenons au bout du lac. Le niveau doit être relativement haut, puisque des arbres vivants dépassent de la surface, pourtant on voit bien que cela peut monter davantage. Il ne nous reste plus qu’à remonter dans les voitures qui nous attendent sagement depuis le matin, et à reprendre la route en direction de la Sierra de Guara, où nous attendent d’autres découvertes.

Congost de Mont Rebei (I)

Après la belle balade à Riglos, et un petit passage rapide autour du château de Loarre, en route pour le hameau perdu de La Clua, aux confins de la Catalogne et de l’Aragon, où se trouve la Casa Blasi et notre logement du soir. Nous sommes les derniers arrivés, on nous attend !
casa blasi 1
Heureusement, l’endroit est civilisé, et nos amis ont pu se désaltérer en nous attendant.
Nous prenons possession de nos appartements, au premier étage de la vieille maison, joliment restaurée.
casa blasi 2
Gérard teste les fauteuils !
Le lendemain matin, un solide petit déjeuner avant le départ :
casa blasi 3
On a même droit au « pa amb tomate », pas de doute, nous sommes bien en Catalogne !
Puis c’est le départ, première étape: on se rend jusqu’au parking terminal où un taxi doit venir nous chercher pour nous amener jusqu’à notre point de départ.
rio noguera ribagorzana
La route longe le rio Noguera Ribagorzana, en amont de la zone de notre balade. Une belle rivière, qui descend des Pyrénées dont nous apercevons au loin les plus hauts sommets. Il nous faut une bonne heure de route pour arriver à notre point de départ.
embalse de Canelles
C’est à l’auberge de Montfalco, d’où nous pouvons déjà apercevoir le lac de Canelles, un barrage construit dans les années 1960 ; la couleur de l’eau est extraordinaire !
Nous prenons alors le sentier en direction du « congost », l’entaille dans la montagne par laquelle nous devrons passer pour rejoindre les voitures.
les chardons
De beaux chardons encore bien verts poussent sur le bord du chemin, tout près du départ.
dans le bois
Puis le sentier s’engage dans un joli sous-bois clair, en descente plus ou moins rapide suivant les endroits.
le "congost" au loin
Au loin, nous apercevons déjà les falaises du « congost » vers lequel nous nous dirigeons. C’est encore loin !
lac de Canelles
Nous commençons à apercevoir la partie haute du lac, avec encore cette incroyable couleur de l’eau. Nous ne nous en éloignerons plus beaucoup désormais.
le sentier sous la falaise
Le sentier descend toujours, dominé maintenant par une haute falaise.
Nous arrivons au premier escalier !
premier escalier
Houuuuuu ! Serge est déjà là-haut ! Il va falloir le rejoindre…
depuis l'escalier
Nous grimpons le long d’une falaise complètement à pic, et c’est haut ! Gare au vertige !
le premier escalier (2)
Personne n’est resté paralysé sur place au milieu de la falaise, ouf !
embalse de canelles
D’ici, la vue sur le lac est splendide, la couleur rappelle les lacs parcourus en Patagonie, au pied des Torres del Paine.
sentier vers le défilé
Après la montée des marches, le sentier redescend de nouveau vers le lac, avec le défilé en perspective.
la passerelle
Nous apercevons maintenant la passerelle qui nous permettra de passer sur l’autre rive du lac !
deuxième escalier
Mais avant d’y arriver, il va falloir franchir une nouvelle falaise, et donc un deuxième escalier…
passage délicat
Pour les grands équipés de sacs à dos, le passage peut être un peu délicat.
depuis le haut de l'escalier
Nous arrivons en haut de l’escalier, il va maintenant falloir redescendre jusqu’à la passerelle tout en bas.
deuxième escalier (2)
Petit regard en arrière vers le deuxième escalier, pendant la descente, plutôt pénible pour mes genoux, vers la passerelle.
la passerelle
Et nous y voilà enfin !…
Mes genoux sont déjà bien en vrac, pourtant il reste encore un bon bout de chemin à parcourir, jusqu’au parking final.
Arrêtons-nous ici pour aujourd’hui, en attendant de terminer la balade très prochainement…