Balade autour du phare.

49348069002_aa37652285_z

Hé oui, le revoilà, le phare de Biarritz, vigie fidèle à son poste de la pointe Saint-Martin. Il fait encore un beau soleil vers 17h ce 13 février, et c’est l’heure de la balade.

49347381013_81fa5c759e_c

L’équipe de surveillance est bien là à son poste, en toute discrétion. Chuuuuut !…

49388383078_7f6255d5ff_c

Depuis l’esplanade dédiée à sa Majesté Elizabeth II (!), les falaises biarrotes sont toujours impressionnantes. Le Régina, avec ses cinq étages, domine la scène.

49399374563_8143afe64f_c

On voit aussi toujours, bien sûr, sur la plage, les restes de l’éboulement du 2 janvier 2000 … Au-delà, c’est la plage Miramar, avec le Sofitel.

49399921846_df50c34146_c

Il reste encore dans ce quartier quelques-une des maisons bourgeoises de la fin du XIXe ou du début du XXe siècle, bien qu’elles soient nombreuses à avoir été détruites pour l’édification de ce que l’on voit en arrière-plan. Que voulez-vous, c’est le progrès…

49399374338_7bc19323cd_z

Pour se diriger vers le centre ville, on n’est pas dans l’obligation de suivre la route, on peut descendre le long des petits chemins bien agréables aménagés dans les espaces verts en haut des falaises. Mais certains passages sont désormais interdits à cause des risques d’éboulement.

49399373833_ef5770f6c6_c

Une échappée entre les arbres permet soudain d’apercevoir une vire dans la falaise du cap Saint Martin, occupée par trois personnes qui ont sûrement emprunté des passages interdits pour y parvenir.

49399373583_5467ac6a20_c

Sur ce petit belvédère, un arbre bousculé par les tempêtes a trouvé un appui contre la balustrade.

49399849231_ae569d0cee_z

De là, on aperçoit encore le sommet du phare au-dessus des tamaris dénudés.

49399921431_c54b546027_c

Pour continuer vers Biarritz, il faut ensuite rejoindre un moment la route avant de prendre sur la droite la descente de l’Océan dont les escaliers nous amènent jusqu’à la plage Miramar. En face de nous, c’est la Roche Ronde, zone Natura 2000 pour la protection des oiseaux.

49399921351_c0404a4b88_c

Inattendu au vu du lieu et de la saison, ce petit lézard gris qui tire le nez à la fenêtre de son bunker !

49399445983_a6fa5f3426_c

Tandis que nous parcourons l’allée Winston Churchill qui longe la plage, on peut admirer au passage la splendide villa Bégonia.

49400125317_1bf7d8d2a2_c

Mais zut ! Interdit de poursuivre par le bord de mer jusqu’à la Grande Plage ! Il y a des travaux ! Il faut rejoindre la rue où on peut admirer au passage l’église orthodoxe dans les rayons dorés du soleil couchant.

49399494988_228752011f_c

Nous remontons maintenant vers le phare, car la nuit va venir vite. A la bifurcation, voilà la villa « le Cap » (que l’on trouve aussi sous d’autres noms, villa Martine par exemple). Je crois bien que c’est ma préférée, parmi toutes ces vieilles bâtisses, avec son enchevêtrement de toitures.

49400176367_7f2ec03dce_z

L’éclairage public est déjà activé, ce qui donne au phare un aspect assez différent.

49400176332_7a66e321f3_b

A cette saison, c’est derrière les montagnes espagnoles que le soleil va se coucher. Un instant à déguster pour finir en beauté la petite balade !

Collioure.

Mercredi après-midi, il s’avère que les travaux ont bien avancé, alors,dans sa grande générosité, le patron nous accorde une demi-journée de loisirs. Youpi !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

C’est Collioure qui est choisie pour la balade, il fait très beau et il y a un peu de vent marin encore, comme l’indique le drapeau.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les barques catalanes sont à quai, toujours aussi belles.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Quelque chose attire les regards de nos trois touristes.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Peut-être le clocher de l’église Notre-Dame des Anges, ancien phare reconverti, tellement emblématique du village.

48744351007_48f42017a1_c

Ou peut-être le fort Saint-Elme, tout là-haut, dont une légende familiale raconte que le grand-père de Daniel avait failli l’acheter.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Il paraît que les anges ont des ailes. Ce doit être un de leurs cousins qui surveille ici leur clocher.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Spectacle assez rare, il y a des vagues à la plage !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En continuant jusqu’au bout du vieux quartier, on passe en bas de ce curieux château de la Rocasse, avec ses volets verts et ses murs crénelés. J’ai vu qu’on pouvait y louer des appartements.

48744362817_79c9d4ea0b_c

Et au bout du bout, bâtie sur ce qui fut autrefois un petit îlot rocheux, il y a la chapelle Saint-Vincent.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Un petit univers entièrement minéral.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Serge partage un moment le point de vue de Jésus sur sa croix.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ça saute, ma parole !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les trois touristes m’accordent une petite pose.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et je peux aussi utiliser le cadre fourni par les autorités responsables pour tirer le portrait officiel du village.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Mais je peux aussi m’en passer, qu’en dites -vous ?

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et je peux même pousser le mauvais esprit jusqu’à l’utiliser pour cadrer une autre partie du village. Il me semble qu’il s’agit de l’église des dominicains.
A bientôt, Collioure !

Vals.

21 septembre 2018, nous quittons l’Ariège pour la côte catalane. Mais nous avons prévu de nous y rendre via un petit détour amical par le Minervois, ce qui fait que nous allons passer très près du village de Vals et de son église. Certes, il y a de nombreuses églises intéressantes dans tout le Sud-Ouest et bien au-delà, mais celle-ci mérite bien un petit détour, suivez-moi donc !

48664132247_9e5bd1bbed_z

Bâtie sur et en partie dans le rocher, elle est dite « semi-rupestre ». Le site très particulier de ces amas de « poudingues » découpés par de larges fentes semble avoir été occupé depuis fort longtemps, puisque des fouilles ont révélé une sépulture collective datant de la fin du néolithique, soit 2500 ans avant notre ère. Quant au bâtiment actuel, ses parties les plus anciennes remontent sans doute au Xe siècle, ce qui leur donne plus d’un millier d’années d’occupation, pas mal déjà !

48663978351_64f8894de9_c

Commençons par inspecter les extérieurs : un terre-plein permet, par la gauche, d’accéder au cimetière. Le rocher y est soutenu par des contreforts maçonnés.

48663977871_52245d823c_z

Un passage dans la masse rocheuse est bouché au fond par un grand mur de pierre.

48664131972_d321710da4_z

Et au bout, c’est la porte du cimetière.

48663629983_5c832a24e0_z

Revenons maintenant à la porte d’entrée. On y accède par quelques marches…

48664131652_7ab2d3c9b1_z

…bientôt suivies d’une vingtaine d’autres, aménagées dans un étroit passage entre deux parois naturelles…

48663978046_f54fd2cb0b_z

…qui nous amènent jusqu’à une deuxième porte, celle de l’église proprement dite.

48664131292_1861be5222_c

On pénètre dans la partie la plus ancienne, très sombre, où se trouve une cuve taillée dans la pierre qui doit ou a dû servir pour les baptêmes.

48663628883_cf08ef9807_c

 

Puis on monte jusqu’à l’abside, du XIe siècle (au centre de la photo). C’est là que des fresques romanes, du début du XIIe siècle, ont été mises à jour et restaurées.

48664131222_d04127a5c7_c

Les couleurs ne sont pas très fidèles, mais cela donne une idée de la beauté et de la finesse des tracés.

48664131172_2f4ec64a56_z

Je crois bien que celui-ci est l’ange Gabriel pendant l’Annonciation. N’a t’il pas un petit air sarcastique ??? Pauvre Saint Joseph…

48664131067_c752fb47aa_c

Tout en haut, au troisième niveau, il y a encore une chapelle dédiée à Saint-Michel (encore un archange…), avec une porte donnant sur une terrasse, au pied de la tour.

48664130987_9bebfb1905_z

Et sur la tour, savez-vous ce qu’il y a ? Il y a une stèle discoïdale en provenance du cimetière, qui ressemble beaucoup à celles que l’on voit au Pays Basque… et je me demande bien pourquoi elle se trouve à cet endroit.

48663630253_0cec53d7b3_c

De l’autre côté, on a une jolie vue sur les toits de tuiles du village, dont on profite un petit moment avant de reprendre la route.

Et pour ceux qui voudraient profiter encore un peu de ce lieu fascinant, je recommande une petite vidéo de quelques minutes en compagnie de notre conteur ariégeois Olivier de Robert :  Vals

 

 

En flânant à Biarritz.

Encore une belle journée d’automne, quelques images prises en se promenant le long du littoral biarrot, il y a longtemps que je ne vous en avais pas montré, pourtant c’est toujours bien agréable de flâner par là. C’était le 30 novembre 2015…

une villa

En descendant depuis la pointe Saint-Martin où se trouve le phare, il reste encore de nombreuses villas du début du XXe siècle, bien que beaucoup aient été détruites  pour laisser place aux immeubles des promoteurs, mais des associations de défense du patrimoine ont fini par se mettre à l’œuvre et ont réussi à ce que quelques-unes soient sauvegardées.

Miramar

Ici c’est la plage Miramar, la première après les falaises de Saint-Martin, et sur la droite la villa Begonia construite en 1909 sur des lots de l’ancien domaine impérial, autrefois résidence d’été de l’impératrice Eugénie, l’épouse de Napoléon III.

la frégate

En face de la plage Miramar, le rocher de la frégate, l’un des nombreux écueils du littoral biarrot.

villa Cyrano

Un peu en retrait de l’océan, le long de l’avenue de l’impératrice, la villa Cyrano et ses splendides mansardes. Celle-ci, initialement bâtie en 1900 à l’initiative de Félix Labat, un peu au-dessous de l’église orthodoxe, fut rachetée, entièrement démontée, jusqu’à sa clôture, et rebâtie à une cinquantaine de mètre de là dans la même rue en 1908, son propriétaire Labat récupérant l’emplacement pour y construire l’hôtel Carlton.

le phare de Biarritz

Une vue très classique sur le phare de Biarritz depuis la plage Miramar.

mélange de styles

Sur le front de mer de la grande plage, les styles d’architecture voisinent plus ou moins heureusement, le style néo-basque fait un peu figure de bastion de résistance…

le rocher de la Vierge

L’Océan est en effervescence ce jour-là, comme souvent. Là-bas, c’est le rocher de la Vierge et sa passerelle.

les étourneaux

Les oiseaux marins sont rois ici, bien sûr, mais les étourneaux ont quand même trouvé un poste de surveillance à leur convenance…