Alquézar

Revenons une fois encore au mois de juin dernier et à nos tribulations en Espagne ; après la découverte du « congost » de Mont Rebei, notre programme nous ramenait vers la belle région de la Sierra de Guara où nous devions refaire une balade autour du village d’Alquézar. Arrivée en fin d’après-midi à l’appartement, qui s’avère fort agréable, nous inaugurons la terrasse extérieure :

terrasse alquézar

avant de nous rendre pour le dîner à l’un des restaurants en terrasse un peu plus loin, d’où nous profitons de la vue sur l’ensemble château-collégiale bien illuminé

collégiale éclairée

Le lendemain matin, c’est le départ pour la balade prévue :

les randonneurs

Mais je ne vais pas me joindre au reste de la troupe, car l’état de mes genoux ne me permet pas d’envisager une troisième balade consécutive, et je vais donc me contenter de me promener un peu dans le vieux village, et d’aller visiter la collégiale. Si vous voulez bien me suivre…

ruelle d'Alquézar

Ici, les principales ruelles ont toutes été refaites proprement, avec une rigole centrale bien cimentée.

banc escamotable

Les gens aiment bien s’asseoir devant chez eux, et comme c’est très étroit, il faut parfois prévoir des sièges escamotables.

la place d'Alquézar

Ici c’est la vieille place, la plupart des petits commerces n’en sont pas bien loin.

balcon végétalisé

On voit bien que le village reste habité, il y a beaucoup de balcons bien décorés de plantes.

l'hirondelle

Ici, les hirondelles ont encore le droit de nicher en construisant leurs nids sous les balcons ou les avancées des maisons. Celle-ci s’est posée sur un banc près de son nid, peut-être un jeune qui apprend seulement à voler ?

chapelle Na Sa de las Nieves

Entre deux maisons, c’est l’entrée d’une petite chapelle, dédiée à Nuestra Señora de las Nieves. Elle date du XVIe siècle.

collégiale1

Me voici maintenant au pied de la collégiale.

collégiale2

Après avoir franchi la première porte, je gravis une rampe qui m’amène à la deuxième…

collégiale3

…avant de me retrouver devant l’entrée du cloître, où commence la visite.

cloître1

L’intérieur est très bien restauré et très bien entretenu.

chapiteau

Sur l’un des côtés ont été regroupés des chapiteaux très anciens, et donc très intéressants. Celui-ci montre en haut le sacrifice d’Isaac, et en bas l’accouchement d’une ânesse…

cloître2

Du côté opposé à l’entrée, une porte décorée dans le style arabe donne accès à l’escalier qui mène au deuxième niveau du cloître.

fresque

Des fresques anciennes décorent les murs intérieurs, représentant des scènes bibliques.

l'orgue

Dans l’église attenante se trouve un orgue remarquable ; il date du XVIIe siècle.

Christ roman

Il y a aussi un étonnant Christ roman en bois sculpté.

cloître3

Un petit passage au deuxième niveau du cloître, plus sobre et aussi très restauré.

le campanile

On y accède par un escalier qui passe dans la tour du campanile.

sortie de la collégiale

La visite terminée, je redescends par le même chemin, en sens contraire, la vue est bien différente.

les mojitos

Mais ne quittons pas Alquézar sans avoir dégusté un excellent « mojito » avec les randonneurs de retour, enchantés de leur balade dans le rio Vero !

Sierra de Guara 2

Encore un peu de tourisme en Sierra de Guara pour ce dernier jour off (dimanche 30 juin) avant de reprendre le chemin de nos pénates respectives car l’un de nous travaillait le lundi. Au programme : remontée le long de la vallée du rio Vero avant de rejoindre la vallée du rio Cinca puis la France par le tunnel d’Aragnouet-Bielsa.

Premier arrêt dès la sortie d'Alquezar au puente de Campanachal ou de la Albarda, sur le rio Vero. Construit aux XIIIème et XIVème siècles sur le vieux chemin de Barbastro à Colungo, il a été dernièrement restauré en 1993.

Premier arrêt dès la sortie d’Alquezar au puente de Campanachal ou de la Albarda, sur le rio Vero, toujours avec ses eaux vertes et translucides. Construit aux XIIIème et XIVème siècles sur le vieux chemin de Barbastro à Colungo, il a été récemment restauré, en 1993.

Son arche est mince et élégante.

Son arche est mince et élégante (comme les deux passants).

J'admire la délicatesse des fleurs de chicorée sur la berge du rio Vero.

J’admire la délicatesse des fleurs de chicorée sur la berge du rio Vero.

Notre route continue ensuite vers le nord jusqu'au belvédère signalé par la flèche rouge sur la carte ci-dessus.

Notre route continue ensuite vers le nord jusqu’au belvédère signalé par la flèche rouge sur la carte ci-dessus.

De là nous découvrons dans le lointain la région du Mont Perdu bien enneigée avec ses sommets à plus de 3000m.

De là nous découvrons dans le lointain la région du Mont Perdu bien enneigée avec ses sommets à plus de 3000m.

Un petit coup de zoom sur le massif du Mont Perdu, avec ses trois sommets principaux aussi appelés "les trois soeurs" : le plus à gauche, le cylindre (3348m), puis le Mont Perdu soi-même (3355m) et le Soum de Ramond ou pico del Añisclo (3263m).

Un petit coup de zoom sur le massif du Mont Perdu, avec ses trois sommets principaux aussi appelés « les trois soeurs » : le plus à gauche, le cylindre (3348m), puis le Mont Perdu soi-même (3355m) et le Soum de Ramond ou pico del Añisclo (3263m).

Le belvédère permet aussi de découvrir une vue splendide sur le canyon du Vero, que l'on aperçoit ici en bas.

Le belvédère permet aussi de découvrir une vue splendide sur le canyon du Vero, que l’on aperçoit ici en bas.

Les falaises qui nous font face sont percées de trous qui servirent d'abris à nos ancêtres, ici on en aperçoit deux qui sont accessible à l'aide d'échelles métalliques et abritent des peintures rupestres. Ce sera pour une prochaine visite !

Les falaises qui nous font face sont percées de trous qui servirent d’abris à nos ancêtres, ici on en aperçoit deux qui sont accessibles à l’aide d’échelles métalliques et abritent des peintures rupestres. Ce sera pour une prochaine visite !

Toutes ces falaises sont idéales pour l'habitat des vautours qui y vivent nombreux.

Toutes ces falaises sont idéales pour l’habitat des vautours qui y vivent nombreux.

Nous quittons ensuite la route peu après un vieux pont sur le Vero et atteignons le vieux village de Sarsa de Surta, avec son église.

Nous quittons ensuite la route peu après un vieux pont sur le Vero et atteignons le vieux village de Sarsa de Surta, avec son église romane qui date du XVIème siècle.

Le toit de lauzes de cette église a un côté envahi de plantes fleuries.

Le toit de lauzes de cette église a un côté envahi de plantes fleuries.

Il y a là un homme en train de préparer du mortier, il se propose pour nous faire visiter l'intérieur, il fait partie des rénovateurs.

Il y a là un homme en train de préparer du mortier, il se propose pour nous faire visiter l’intérieur, il fait partie des rénovateurs du bâtiment.

Il nous explique que chaque visiteur est tenu de sonner la cloche qui a pu être récupérée, nous nous exécutons donc chacun à notre tour.

Il nous explique que chaque visiteur est tenu de sonner la cloche qui a pu être récupérée, nous nous exécutons donc chacun à notre tour.

Ce village a perdu tous ses habitants d'origine, mais d'autres sont venus et ont restauré des maisons, aussi on peut y trouver des appartements à louer pour les vacances.

Ce village a perdu tous ses habitants d’origine, mais d’autres sont venus et ont restauré des maisons, aussi on peut y trouver des appartements à louer pour les vacances.

On s'arrête ensuite pour casser la croûte en évitant les touffes de Erizon (genêt hérissé, redoutable !) et le plein soleil. Plus loin, la route redescend vers un plateau vallonné autour de Las Bellostas.

On s’arrête ensuite pour casser la croûte en évitant les touffes de Erizon (genêt hérissé, redoutable !) et le plein soleil. Plus loin, la route redescend vers un plateau vallonné autour de Las Bellostas.

Le paysage s'étale des touffes de Erizon à nos pieds jusqu'aux sommets du Mont Perdu à l'horizon.

Le paysage s’étale des touffes de Erizon à nos pieds jusqu’aux sommets du Mont Perdu et de Gavarnie à l’horizon (au centre de la photo, c’est le Taillon, on devine la brèche de Roland en descendant la crête sur sa droite).

Continuant notre route malgré les conseils du GPS de Nanou, nous rejoignons ensuite notre itinéraire d'arrivée, qui passe tout près du joli village de Laspuña dominé par la Peña Montañesa.

Continuant notre route malgré les conseils du GPS de Nanou, nous rejoignons ensuite notre itinéraire d’arrivée, qui passe tout près du joli village de Laspuña dominé par la Peña Montañesa.

La route serpente le long du magnifique rio Cinca avant de monter vers le tunnel qui nous permettra de rejoindre la France.

La route serpente le long du magnifique rio Cinca avant de monter vers le tunnel qui nous permettra de rejoindre la France.