Du côté de Portbou.

C’est bien par là que se poursuit notre mois de juillet 2018, comme chaque année depuis pas mal de temps déjà. Le temps est au beau, et donc passablement chaud. Pour se promener un peu sans que ce soit tout de suite l’enfer, il faut se lever très très tôt, et c’est ce que nous faisons ce 19 juillet, car j’ai la prétention de refaire l’ascension redoutable du Puig del Claper (100 et quelques mètres au-dessus de la maison…)

48003249631_08563e817e_c

Le soleil n’est donc pas levé depuis bien longtemps lorsque nous quittons la maison, mais il est bien clair et baigne déjà presque tout le village.

48003257616_0238d904df_c

Petite descente sur la route, que l’on quitte avant le grand virage dit « des ordures » bien qu’elles n’y soient plus déversées depuis bien longtemps. Le départ du sentier n’est pas très visible, mais il reste bien dégagé.

48003349767_2d650af75d_z

On passe maintenant au niveau de la maison, qu’il serait bien difficile d’atteindre en coupant à travers la végétation, particulièrement agressive. C’est là le bon endroit pour l’avoir en perspective avec le Querroig, qui, lui, dépasse déjà les 600m.

48003349371_5679bd4e23_c

Côté mer, le soleil n’est pas encore très haut. Il dessine sur l’eau un chemin de lumière.

48003329248_7462fde12e_c

Ici, presque toute la végétation a du piquant, comme ces premiers figuiers de Barbarie dont les fines épines peuvent facilement gâcher toutes les vacances du randonneur assez imprudent pour s’y frotter.

48088351996_2aa1256e4d_z

Le sentier suit d’assez près le bord de la falaise et permet de voir le phare du Cap Cerbère, invisible depuis la maison.

48094105358_9429a9f686_c

Il n’y a pas que des figuiers ! Les euphorbes ne piquent pas. Cependant, mieux vaut ne pas trop les tripoter car le suc qui apparaît sur leurs cassures est très corrosif.

48094514088_10bcfd443f_c

La pointe du Claper, au-dessous de nous.

48116817133_1888ee70d9_c

Au mois de juillet, les cistes n’ont plus de fleurs. Ce sont les graines qui se forment.

48116880412_4a9f3b407b_c

Vraiment piquants eux aussi, les ajoncs de Provence font partie du décor.

48119794058_aba5724296_c

On découvre maintenant le reste de la côte, jusqu’au Cap de Creus, qui est me semble-t’il  l’extrémité la plus orientale de l’Espagne continentale.

48119778891_95a7dc6027_c

Tiens ! Encore des figuiers de Barbarie.

48122878988_92ef474710_z

Pas facile de répertorier tout ce qui pique par ici, les chardons en font partie. Quant aux abeilles, il suffit de ne pas les embêter ! D’ailleurs, le miel de Portbou est délicieux.

48122904756_f52c830d36_z

Maintenant, du village, on ne voit plus que le quartier de la montagne, au-dessous des plantations de pins.

48122904571_1fa0365e68_z

Sur les lavandes « papillon », il n’y a plus que des fleurs fanées.

48123030422_411258d29f_z

Des chênes kermès… et on approche du sommet.

48122991928_695ca8ea80_c

Des touffes d’immortelles s’intercalent entre les figuiers barbares.

48123013568_569cd978be_c

Et c’est en arrivant sur la crête que l’on découvre le village voisin de Colera, au fond de son anse…

48123021948_8f7b85c080_z

…ainsi que les abominables antennes qui nous apportent la modernité.

Arrêtons-nous là pour souffler un peu avant de poursuivre la balade.

Publicités

Trois ans à Anglet.

3 juillet 2018 : Theo devient grand, il a trois ans aujourd’hui. Le voici qui entame sa quatrième année à Anglet, avec un peu d’avance (décalage horaire oblige), et pour la première fois en été.

32900261317_6a8f070e55_c

Short, T-shirt et tongs, repas au jardin, voilà qui change de l’ambiance de trois années auparavant : https://coxigrue.wordpress.com/2015/10/16/le-passager-de-la-pluie/
Jean-Marie s’est même déplacé spécialement pour cette grande occasion.

33972934338_50c50ac0e1_z

Le saumon fumé de Peyrehorade, c’est super bon !

47037331904_881cc84cb9_z

Comme c’est jour de fête, Maman a acheté des ballons pour faire des sculptures. Peut-être bien que c’est elle qui s’amuse le plus !

46927958525_0305bc4895_c

On a eu un mal fou à trouver un camion conduit par un loup (hé oui !). Même dans un magasin de jouets, la tête de la vendeuse à qui l’on fait cette demande n’annonce pas grand chose de bon. Pas sûr que l’objet trouvé était celui de ses rêves, mais il s’en est accommodé.

47774691222_3c3a404817_c

Oscar, lui, s’en fiche pas mal de l’anniversaire. Regardez plutôt à quoi il s’amuse maintenant… Une…

47774690442_a1cc0fbd99_c

…deux…

47774691682_85c2550565_c

…et trois !
Le retournement, il maîtrise déjà très bien, le loustic.

47844255751_9105943e0c_c

Pendant ce temps, Theo et Papy tiennent leur petit colloque privé…

47844267691_51ae134756_c

…tandis que le visiteur, après s’être habilement placé pour avoir la tête à l’ombre et les jambes au soleil, récupère de son voyage.

32906286067_47ceb8dbe2_z

On espérait que quelques tours de jardin en poussette allaient endormir Oscar, mais ce n’est pas un succès. Jouer au ballon semble bien plus intéressant !

46927958175_792f76d124_z

Chiens, serpents, souris, et j’en passe, la voiture à bascule est bien décorée maintenant !

46910692615_7d791210b5_c

Premier anniversaire d’été, et aussi le premier avec un petit frère ! Trop bien !

Avril et les visiteurs.

Au mois d’avril, ça recommence chaque année, il y a les vacances dites « de Pâques », qui s’appellent en réalité, et ceci depuis de nombreuses années, les vacances de printemps. D’ailleurs, en 2018, les vacances commençaient le 14 avril alors que Pâques, c’était le 1er du mois.
Bref, c’étaient les vacances et Raph est venu avec ses deux nanas, histoire de passer un peu de temps avec sa sœur et ses p’tits mecs.

la venta elizalde

Allez, on se bouge un peu ! Direction le col d’Ibardin, ses ventas (les boutiques où on peut acheter toutes sortes d’alcools un peu moins chers qu’en France) et ses restaurants à touristes. Nous voici chez Elizalde, la venta la plus haute du col (en altitude) et donc la préférée des marcheurs (n’oublions pas que nous sommes aussi le long du GR10 !).

Theo et Papy chez Elizalde

En attendant son repas, Theo s’amuse avec son cheval playmobil.

Caroliine, Julie, Raphaël

Julie joue avec Raph.

Theo rigole

Julie

Dodo

Qu’on ne m’embête pas, je dors !

repas au jardin

Nous voilà le 24, avec d’autres visiteurs. Et du beau temps pour manger au jardin !

Michel et Danièle

On dirait l’été !

le jasmin

Pour me remercier de l’avoir enfin mis en pleine terre, le jasmin a poussé comme un fou et il fleurit abondamment, quelle merveille ce parfum, qui nous ramène en Tunisie il y a bien des années.

Marguerite du Cap

Là ce sont les marguerites du Cap, qui portent aussi le vilain nom de « dimorphotéca » (on dirait un nom de maladie, ou plutôt de handicap). Elles sont issues de graines récoltées à Argelès !

la lecture

Une fois les visiteurs repartis, on peut se remettre à la lecture avec Maman.

Aaaaaaaaah

Oscar trouve ça un peu rasoir, aaaaaaah, ça me fait bâiller, moi.

Le jour des poissons.

En 2018, il a coïncidé avec le jour de Pâques : c’était le dimanche 1er avril. Pour l’occasion, Danièle et Michel étaient venus nous rendre visite, et faire connaissance avec leur nouveau petit neveu. Au menu, poisson et agneau, évidemment. Pas très photogénique tout ça, surtout quand la photographe est aux fourneaux.

Danièle et Theo

Avant de passer à table, Danièle captive Theo en lui montrant des photos de sa cousine Apolline, qui a le même âge que lui. Ah, si elle pouvait être là !

la forêt de Chiberta

Pour la promenade dominicale, et aussi pascale, on choisit pour une fois la forêt de Chiberta, parce que l’Océan, ça commence à bien faire maintenant.

Michel et Oscar

Oscar profite des nouvelles paires de bras. Comme il est un nourrisson bien nourri, on se le repasse volontiers au bout d’un moment, car il joue dans la catégorie poids lourds.

conversations

Heureusement, les bancs ne sont pas rares et permettent les commodités de la conversation.

genêts

Le printemps officiel est là autour de nous, avec son cortège de fleurs : genêts…

cône de pinet cônes de pin : chacun aura bien sûr reconnu que celui-ci est un mâle, de ceux qui font plein de poudre jaune quand on les secoue un peu, comme le fait le vent.

Papy et Theo

Outre les bancs, dans la forêt, on trouve aussi des jeux pour les Papys et les Mamies, et ça plaît bien à Theo.

en marchanten courant

En se lançant depuis le plan incliné, après ça court bien loin si on en a envie, et c’est bien marrant.

je bulle

Et quand on ne sait pas courir, on peut toujours faire des bulles, c’est marrant aussi.

le grand pin

Ils sont sacrément hauts, tous ces pins maritimes ! Heureusement que les écureuils n’ont pas le vertige.

Theo

Elle est pas super, notre forêt ? Avec un petit lutin qui court partout en rigolant ?