Tree hunting en Pays Basque.

Nous voilà encore au mois de février, et encore en 2019. Il fait beau, et nous sommes au Pays Basque.
Mes lecteurs fidèles auront sans doute remarqué, à travers les choix de photos qui illustrent ce blog, que j’aime bien les arbres. Ce jour-là, ayant cherché sur le site « les têtards arboricoles » s’il se trouvait des arbres remarquables dans notre coin des Pyrénées, j’y avais trouvé mention d’un certain nombre des spécimens intéressants du côté de Saint-Jean-Pied-de-Port. Et si on allait y regarder de plus près ?

49488915118_65cb1ce895_z

Nous voilà au village d’Hosta. Ce n’est pas une métropole, mais il y a tout de même une église, comme il se doit.

49110375861_4b2420fb73_c

Des maisons basques, aussi, avec une belle porte d’entrée, celle-ci.

49489644392_e0fbfc4fba_c

On arpente des petites routes à la recherche de nos arbres. Pour les moutons, il semble que ce soit l’heure de la sieste.

49489055563_1469f0cf42_c

Voilà notre premier spécimen ! D’après mon site de référence, il s’agit d’un érable champêtre très gros (plus de 5m de tour si je me souviens bien), mais nous n’avons pas sauté la clôture pour aller le mesurer.

49493405713_72e2767767_c

Il partage son pré avec des brebis basques Manech aux cornes exceptionnelles.

49489553626_64eae6f8dd_c

Nous sommes sur la petite route qui mène au pic de Belchou. Mais en allant plus loin, nous finissons par nous trouver très près des écobuages en cours, et donc dans un nuage épais de fumée, et nous faisons demi-tour pour retrouver un endroit respirable pour pique-niquer. On s’arrête au pied d’un gros hêtre dans lequel est bâtie une palombière.

49489764842_1a9db8fc93_z

4,36m, pas mal !

49492919183_048ee0be38_c

Février, c’est encore l’hiver, mais les jours allongent déjà sérieusement, et les hellébores sont déjà en fleurs.

49493918271_66cea12949_c

Il fait beau, mais ça fume de partout !

49493432548_5f8ba5dd30_c

Autour de nous, les vieux hêtres têtards sont nombreux. On va les mesurer !

49494145177_62e0bc6222_c

Combien, celui-ci ?

49494144852_b8dc5699ac_z

Haha ! Il dépasse les 5m !

49494145537_ac8b321ab2_c

Le cyclope est magnifique, mais un peu moins gros.

49352754208_faaef60123_c

En redescendant vers la vallée, on voit des feux de tous les côtés !

49493988271_041802ab7c_z

Il y même des panneaux. Une pratique ancestrale, ouais… légèrement polluante, peut-être ?

49066471101_2043be3c97_z

Nous voici maintenant sur le chemin du retour, en passant par le col des palombières où se trouve un autre arbre signalé sur le site. Encore un hêtre.

49494203792_c8aae50013_c

Ah oui, c’est un bel arbre !

49494204092_1363cc088e_z

En 2012, son tour de taille était de 5,20m…

49494203512_06ba8b4bda_c

Et pour finir, retour vers la côte dans des paysages bien enfumés…
Le lendemain, la presse racontait que les pompiers avaient dû intervenir à plusieurs endroits pour sécuriser des bâtiments menacés par les flammes…

Aaaah, les pratiques ancestrales !

Auprès de la Nive.

Retour du côté de la plaine d’Ansot, un peu plus en amont, toujours le long de la Nive maritime, non loin du pont de l’autoroute, une petite balade juste en quelques images…

Il peut faire beau au Pays Basque !

Balade autour du phare.

49348069002_aa37652285_z

Hé oui, le revoilà, le phare de Biarritz, vigie fidèle à son poste de la pointe Saint-Martin. Il fait encore un beau soleil vers 17h ce 13 février, et c’est l’heure de la balade.

49347381013_81fa5c759e_c

L’équipe de surveillance est bien là à son poste, en toute discrétion. Chuuuuut !…

49388383078_7f6255d5ff_c

Depuis l’esplanade dédiée à sa Majesté Elizabeth II (!), les falaises biarrotes sont toujours impressionnantes. Le Régina, avec ses cinq étages, domine la scène.

49399374563_8143afe64f_c

On voit aussi toujours, bien sûr, sur la plage, les restes de l’éboulement du 2 janvier 2000 … Au-delà, c’est la plage Miramar, avec le Sofitel.

49399921846_df50c34146_c

Il reste encore dans ce quartier quelques-une des maisons bourgeoises de la fin du XIXe ou du début du XXe siècle, bien qu’elles soient nombreuses à avoir été détruites pour l’édification de ce que l’on voit en arrière-plan. Que voulez-vous, c’est le progrès…

49399374338_7bc19323cd_z

Pour se diriger vers le centre ville, on n’est pas dans l’obligation de suivre la route, on peut descendre le long des petits chemins bien agréables aménagés dans les espaces verts en haut des falaises. Mais certains passages sont désormais interdits à cause des risques d’éboulement.

49399373833_ef5770f6c6_c

Une échappée entre les arbres permet soudain d’apercevoir une vire dans la falaise du cap Saint Martin, occupée par trois personnes qui ont sûrement emprunté des passages interdits pour y parvenir.

49399373583_5467ac6a20_c

Sur ce petit belvédère, un arbre bousculé par les tempêtes a trouvé un appui contre la balustrade.

49399849231_ae569d0cee_z

De là, on aperçoit encore le sommet du phare au-dessus des tamaris dénudés.

49399921431_c54b546027_c

Pour continuer vers Biarritz, il faut ensuite rejoindre un moment la route avant de prendre sur la droite la descente de l’Océan dont les escaliers nous amènent jusqu’à la plage Miramar. En face de nous, c’est la Roche Ronde, zone Natura 2000 pour la protection des oiseaux.

49399921351_c0404a4b88_c

Inattendu au vu du lieu et de la saison, ce petit lézard gris qui tire le nez à la fenêtre de son bunker !

49399445983_a6fa5f3426_c

Tandis que nous parcourons l’allée Winston Churchill qui longe la plage, on peut admirer au passage la splendide villa Bégonia.

49400125317_1bf7d8d2a2_c

Mais zut ! Interdit de poursuivre par le bord de mer jusqu’à la Grande Plage ! Il y a des travaux ! Il faut rejoindre la rue où on peut admirer au passage l’église orthodoxe dans les rayons dorés du soleil couchant.

49399494988_228752011f_c

Nous remontons maintenant vers le phare, car la nuit va venir vite. A la bifurcation, voilà la villa « le Cap » (que l’on trouve aussi sous d’autres noms, villa Martine par exemple). Je crois bien que c’est ma préférée, parmi toutes ces vieilles bâtisses, avec son enchevêtrement de toitures.

49400176367_7f2ec03dce_z

L’éclairage public est déjà activé, ce qui donne au phare un aspect assez différent.

49400176332_7a66e321f3_b

A cette saison, c’est derrière les montagnes espagnoles que le soleil va se coucher. Un instant à déguster pour finir en beauté la petite balade !

Ansot de chevreuil.

49336619681_c749af8330_z

Nous voici début février 2019. Quelques belles journées, pas de grosses précipitations sur le Pays Basque intérieur, bonne occasion pour aller se promener à Bayonne à la plaine d’Ansot, ce qui n’est pas toujours faisable, surtout en hiver.
Je vous y ai déjà emmené par le passé, c’était ici : https://coxigrue.wordpress.com/2017/05/29/un-petit-saut-plaine-dansot/
je ne reviens donc pas sur le système des barthes qui se remplissent et se vident ici au rythme des marées. Contentons-nous de nous promener et d’observer, et même de tenter de photographier les bestioles aperçues… hum, pas toujours facile !

49336642281_72b917d8ec_c

Nous arrivons visiblement à marée basse ! Il n’y a plus qu’un petit filet d’eau dans le ruisseau.

49336871662_47d60f70c4_c

Cet objet bizarre disposé là est un piège à ragondin. Cette espèce importée et invasive a tendance à faire disparaître les espèces locales, on cherche donc ici à l’éliminer pour favoriser ces dernières.

49342005237_f90419540e_z

Les platanes sont nombreux, particulièrement le long de la Nive. Celui-ci a une drôle de tête avec ses petits yeux et son nez creux tubulaire !

49341781551_acd9eb8fb8_c

Nous voilà à la « maison des Barthes », grande bâtisse rénovée au rez-de-chaussée de laquelle se trouvent les espaces dédiés au public.

49341780916_a0622427e5_z

49341873491_c14955aaf9_c

Pas facile de saisir les oiseaux, ils s’enfuient ou se cachent dans les branchages dès que l’on s’approche un peu trop d’eux. Les corbeaux (ou corneilles?) quoique méfiants, sont plus visibles que les autres à cause de leur taille.

49342004632_e09e72047d_c

Sur l’autre rive, un ponton privé.

49341882706_ebe0933bb5_c

Un reflet presque parfait…

49110336282_6f643cc92a_c

La marée basse découvre des dépôts limoneux.

49341664828_80a308fd84_c

Voilà maintenant un adepte de l’Aviron Bayonnais qui passe dans un léger bruissement d’eau.

49342069901_c1fb4523fd_c

Au-delà de la limite de la zone protégée, on retrouve les champs cultivés ; du maïs, ici.

49342320132_40ac9c9475_c

Quelques fanes qui traînent …

49342097756_e1890540f6_c

La ligne à haute tension n’est pas beaucoup plus loin.49341647258_3a25c6036d_z

Gare au pêcheur imprudent !

49109999626_e883e59d06_c

Comme le soir approche, en revenant vers la maison des Barthes, on découvre des habitants nouveaux.

49342117567_fbbbe7ac34_c

La marée s’est inversée pendant notre promenade ! Il est temps de rejoindre la sortie pour ne pas se faire enfermer !

Anglet et les visiteurs de janvier.

49311991808_82cd6a66b2_c

J’ai l’impression qu’en hiver les couchers de soleil sont plus souvent très colorés que ce n’est le cas en été. Celui-ci, par exemple. En janvier 2019…
…qu’il accompagne donc mes vœux pour une bonne année 2020 à chacun de mes lecteurs !
Quant aux visiteurs dont je voulais rappeler la présence à cette période, les voici maintenant
49056188623_a5834e1b53_c
49305055921_aa705a0d1a_c
49312458276_c13f1048b2_c
49304550948_8e90744f42_z
49305243197_8d41c53ac3_c
49304575728_effc95e869_c
Pinsons et rouge-gorges assuraient le spectacle derrière la fenêtre du salon. Peut-être devrais-je dire « pinsonnes » d’ailleurs, car il n’y avait que des femelles, les pinsons des arbres ayant la curieuse habitude hors des périodes de reproduction de se déplacer en bandes unisexuées. Drôles de bêtes…

Autour du lac d’Irabia (2)

Après une halte réparatrice, nous reprenons notre chemin.

48981317486_d5699a9a69_c

Le barrage est maintenant tout proche et il y a un accès pour les véhicules, depuis l’Espagne. Nous avons d’ailleurs croisé nos premiers promeneurs.
Après avoir contourné les bâtiments, nous prenons la route qui descend jusqu’au mur du barrage.

48980757238_c0b1cef903_c

Il faut passer dessus pour continuer le tour du lac, bien sûr. C’est l’occasion d’observer un peu les installations de production électrique.

48981501732_b0a6f60e77_c

Les mécanismes qui doivent permettre d’actionner des vannes pour réguler les sorties d’eau.

48981500687_ffc7366b95_c

Au-dessous, c’est l’usine hydro-électrique elle-même.

48980806733_d00031fbf9_c

Sur l’autre berge, deux constructions en assez mauvais état qui pourraient servir de trop-plein au lac, (en fait je n’en sais absolument rien, j’avoue), accessibles par des petites passerelles souples, bien sûr interdites aux promeneurs curieux. A vrai dire, pour ma part, je n’étais pas vraiment tentée…

48981576037_4a94c74491_z

Nous suivons maintenant un sentier plus étroit, à travers une hêtraie qui semble encore plus jeune que celle du matin.

48981575537_85d0ffacc8_z

« Prohibido el paso » ! Bah, tant pis…

48980830058_7c0defc048_z

Une feuille morte, parmi tant d’autres… mais celle-ci n’est pas de hêtre, c’est bizarre.

48982251653_2361da35c1_c

Par ici, le chemin est du côté de l’ombre, et c’est la berge éclairée qui se reflète dans l’eau du lac.

48983001972_435cd6cb2e_c

Il y a plus de mousses sur les troncs, aussi.

48982876426_e0393871f7_c

Une échappée entre les arbres permet de saisir les reflets sur l’eau tranquille.

48982876271_25ff72ea54_z

Nous arrivons à une passerelle qui permet de franchir un autre ruisseau qui vient alimenter le lac.

48982315588_5cc4e72c73_c

Le niveau est bas mais il y a quand même un peu d’eau au fond du ravin.

48982876606_dc50bc96c2_c

Changement de couleurs : nous avons retrouvé le soleil, tandis que la rive d’en face est maintenant à l’ombre. Il reste le bleu de l’eau, entre les deux.

48983117892_f6d1f1dab4_c

Et là, c’est un arbuste qui n’a pas encore perdu toutes ses feuilles qui vient apporter une touche dorée dans le tableau.

48982927316_b02debe1c8_c

Le sentier, pour finir, rejoint un chemin plus large, carrossable, au bord duquel ce double panneau nous indique, moyennant un calcul pas trop compliqué, que le tour complet du lac doit faire 10 km .

48982388673_33c0329a0f_c

La dernière partie de la balade ressemble assez à la première, mais la lumière n’est plus la même maintenant.

48983138872_3b1be88c47_c

Avant de retrouver la voiture, au bord du ruisseau, nous traversons une plantation de thuyas, on se met un peu au vert.

48982388873_848303e509_c

Retour vers la côte à travers les pâturages et les cabanes de bergers de la montagne basque…

48983179002_8ff8dfae61_c

… en profitant encore un peu d’une splendide vue panoramique sur notre bout de Pyrénées avant de plonger vers la vallée de la Nive qui nous ramènera jusque chez nous.

Autour du lac d’Irabia (1)

En route pour un tour de lac, comme promis.

48980188398_080a692c80_c

Suivons la flèche ! 4 kilomètres jusqu’au barrage, si elle dit vrai. Quant au panneau supérieur, dont la partie en espagnol signale que là est la limite d’accès des véhicules, mes minces connaissances de la langue basque ne me permettent pas de vous dire s’il signale la présence de champignons, le seul mot que j’y reconnais étant « ez » qui veut dire non.

48944411057_9323ef52f1_c

A première vue, les hêtres semblent très majoritaires dans le boisement. Ils ont maintenant perdu presque toutes leurs feuilles, laissant passer les rayons filtrés du soleil du matin.

48980746571_0c631c50d3_c

Sur la droite, une montagne dont je n’ai pas réussi à déterminer le nom avec certitude. Les curieux resteront donc encore un peu sur leur faim.

48944238071_9353b1fe71_z

Les brumes matinales ont déposé partout de fines gouttelettes, qui alourdissent, en les rendant aussi bien visibles, les toiles d’araignées.

48980187433_7694a7afb4_c

Mon poisson pilote chemine devant moi, comme toujours.

48980926802_bf2fc5edc5_c

Tandis qu’il trace la route, j’en profite pour admirer les effets des rayons de soleil sur les fines branches des arbres toutes chargées de gouttes d’eau.

48980969651_77f61433a2_c

En avançant, on peut maintenant découvrir le bras du lac que nous longeons sur notre chemin.

48980969026_b2480273e5_c

L’eau est turquoise, dans le soleil.

48981202027_9bbf4d1cb8_z

Deux hêtres jumeaux, serrés l’un contre l’autre pour affronter ensemble les intempéries.

48981201572_5c09289eec_z

En ce mois de décembre 2018, les ajoncs aussi ont mis leurs gilets jaunes, mais c’est juste pour attirer l’attention des insectes pollinisateurs.

48981203247_5194eb932f_z

En regardant vers le haut, on est surpris par la taille de ces arbres, dont les troncs sont encore bien minces.

48981331307_788314e0bd_z

Sur le bord du chemin, un panneau présente les 5 sortes de pics que l’on peut rencontrer ici.

48981332712_e2af0eb0f7_z

On peut d’ailleurs observer leurs travaux sur les arbres proches.

48981146306_b01020812d_c

On arrive maintenant à un belvédère aménagé, où une belle rampe toute neuve a été placée.

48980586898_6294ff51a1_c

De là, on a une vue dégagée sur le lac, dont le niveau est bien bas.

48981331192_4878d1698f_z

Une carte installée près du barrage nous permet de découvrir le chemin parcouru, ainsi que ce qu’il nous reste à parcourir. C’est la petite flèche verte qui montre la position de la carte. Elle me permet aussi de supposer que ma précédente photo de montagne sans nom pourrait être le Mozoloandi. Mais je n’en ai pas trouvé de confirmation par ailleurs.

48980586358_3e08a18e12_c

De là, en direction du nord-est, nous découvrons les pentes légèrement enneigées du pic d’Orhy, première montagne à dépasser 2000 mètres d’altitude à partir de l’Océan.

48980757778_4209617f46_c

Nous découvrons aussi qu’il faudrait une permission écrite de la commissaire des eaux pour naviguer sur cette retenue, et que nous avons bien fait de ne pas amener d’embarcation avec nous 😉

Et maintenant, une petite pause avant de poursuivre la balade.