Vacances d’hiver (I)

Elles étaient bien tardives cette année 2019, en débutant après le 20 février ! Et comme c’est souvent le cas, nous voilà de retour en Ariège pour l’occasion, avec la perspective d’avoir avec nous nos petits toulousains pour une semaine.

49513184842_c03f6d6630_c

Pour notre arrivée, voilà notre micro-région atteinte par le même mal que le Pays Basque : il y a le feu ! Pas au lac, mais au Mirabat !

49513237407_51c2db0517_z

Heureusement, Estours n’est pas menacé par les flammes. Devant chez Dany et Gérard, la congère témoigne que la neige a glissé du toit il n’y a pas si longtemps.

49512934842_45a7c447cc_c

Et en effet, en montant à la serre, on peut constater qu’il a dû neiger copieusement ! Pour la première fois que nous n’enlevions pas la bâche pour l’hiver, le poids de la neige a tout démoli, zut alors !

49512478223_013616eb7e_c

Et au milieu coule une rivière…

49513275902_c9161f6737_c

Et au bord de la rivière il y a une centrale (hydroélectrique).

49512444883_9df959fd30_c

Il y a aussi les bras tendus des buis dénudés, dévorés l’été précédent par les insatiables pyrales.

49513184462_4f8c5235e9_c

Et partout les petits lampadaires blancs des perce-neige.

49512969492_cc42b18659_c

Nos visiteurs sont arrivés ! Ils aiment toujours que Papy leur lise une histoire le soir…

49512959766_ba82cf4e86_c

…après s’être bien occupés à faire une montagne de neige autour de la glacière, pour l’aider à se tenir au frais.

49513130977_e85f2a2f1c_c

Les jours passent, mais le Mirabat brûle toujours.

49513118817_b7154ef6cd_c

Malgré l’hiver, la vie continue : le lierre forme ses baies …

49512359858_c25e9abe2d_c

…les noisetiers sont pleins de chatons…

49513032137_f5e39235cc_c

…et les tussilages commencent à pointer leurs fleurs jaunes.

49512333873_b75069dc7b_c

Curieusement, les falaises qui dominent le hameau ont gardé quelques buissons verts, qui ne doivent pas être des buis.

49513088802_83b05d2df2_c

Mais c’est toujours près du ruisseau que l’on revient se promener…

49513052442_43d6db1d62_c

…car, vous le savez bien, il suffit de passer le pont…

Parenthèse hivernale.

Premier départ vers l’Ariège le 10 janvier, en 2019, on n’est pas en retard ! Les conditions sont normales pour la saison, hivernales, tout simplement.

49216647306_6227f0620a_c

Le départ de la route annonce qu’il va faire bien frais, on s’y attendait.

49216874322_6d265e1149_c

Un petit manteau neigeux bien mince recouvre le paysage. Il suffit à donner une bonne ambiance de saison.

49216647241_759dfd82ff_c

Le froid est bien là, mais les manœuvres ne nécessitent ni pelle à neige pour déblayer le parking,  ni chaînes pour la voiture.

49216172913_965424355d_z

On est les premiers à fouler la neige fraîche, sur l’escalier !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Mais ce n’est pas le cas partout. C’est un moment où les promeneurs laissent des traces partout où ils sont passés. Je pense qu’ici il devait s’agir d’un blaireau !

49225219121_9b85d7a075_c

Les plus présents, bien qu’ils ne laissent que peu de traces au sol, ce sont bien sûr les oiseaux, toujours ravis qu’on leur amène des graines de tournesol.

49234815368_e208a7e465_c

Les plus petites, et aussi les plus assidues à la mangeoire, ce sont les mésanges nonnettes, avec leur bonnet noir.

49225229511_ed3a95feea_c

Pas d’intempéries depuis notre arrivée, en quelques jours le Mirabat a perdu presque toute sa neige.

49224736683_d17580edd5_c

Et les mésanges bleues tentent vainement de monopoliser l’accès à la mangeoire.

Errozaté, Egurgi et quelques bornes.

Par cette belle journée de début décembre 2018, nous voilà partis vers les confins du Pays Basque français. Il y a bien longtemps que nous n’avons plus visité de nouvelle borne frontière (enfin, nouvelle pour nous je veux dire), et j’ai repéré un lac côté espagnol auquel on peut accéder en longeant une partie de la frontière, ce qui va nous permettre, en une seule journée de balade, de découvrir quelques bornes et de faire le tour du lac. Allez, en route !

48941062723_99484b1958_c

Comme nous arrivons dans le secteur d’Errozaté, le soleil n’est pas encore très haut et les ombres dessinent nettement les reliefs de la montagne.

45470622124_9909cca6d8_c

Un pottok au bord de la route s’enfuit pour ne pas nous voir, nous troublons sa tranquillité manifestement.

48941736876_2127b3e346_c

Les fonds de vallées sont encore tout embrumés à cette heure-là.

48941220571_fc5c0df01e_c

C’est sur le bord de la route que nous trouvons notre première borne, elle porte le numéro 221.

48941564688_3e606f7c25_c

La route continue dans le même genre de décor : pentes herbeuses et quelques cabanes pastorales, inoccupées à cette saison.

48941617183_18ff4ed8cd_z

Voilà la borne 222, pas bien loin de la route non plus. Un modèle à étages.

48942476952_6e6864e201_c

On the road again….

48942403841_38dcb0a013_c

… et encore une borne ! Numéro 223, celle-ci. Plantée près d’une source…

48942958027_173df45f32_c

…et tout près de la route, encore.

48942768226_acd147a2fd_z

La route longe le ruisseau, qui marque la frontière avec l’Espagne,et devient maintenant plus large, au fur et à mesure qu’il reçoit les eaux des affluents. C’est près d’un confluent justement que se trouve la borne 224.

48943382793_e13beefaf5_c

Au-delà, le ruisseau et la route continuent leurs parcours parallèles.

48943382608_6bd2b3ede2_c

Un peu en retrait, une grande bâtisse en pierre, fermée. Nous sommes maintenant dans le secteur d’Egurgi. Cela semble être le nom du ruisseau, et aussi des montagnes autour.

48943930241_da8c0d4f39_c

En reprenant la route, on retrouve vite le soleil, et les brumes en train de fondre.

48944306547_b0b749d7a7_z

Comme nous atteignons notre parking final, à l’endroit où la frontière va cesser de suivre notre ruisseau pour continuer vers l’est, un panneau multiple nous indique les différentes possibilités de balade.

48944325282_c39cb69e38_c

Un petit pont enjambe la rivière pour permettre de changer de pays.

48944339452_35e6c5a401_c

Une grosse aubépine hirsute borde le parking, où notre voiture est la seule. Il est vrai que notre route est plus ou moins interdite à la circulation à cette époque…

48944167461_02305c5b4a_z

Notre dernière borne du jour est là près du ruisseau, elle aussi. Après l’avoir mise en boîte, nous allons démarrer pour faire le tour du lac qui commence un peu en amont sur le ruisseau. A bientôt pour la suite de nos aventures !

Sur la crête du Mandalé.

Une petite balade avec vue et pas trop loin de chez nous, ce 4 novembre 2018 ? En route pour le col d’Ibardin, où l’on rejoint le parking tout en haut. De là, il ne reste plus qu’à suivre plus ou moins la crête jusqu’au sommet (modeste, c’est vrai, 573m) du Mandalé. Mais… au-dessus du monde, quand même !

48905207523_2416d0c781_c

Premier replat, celui des cromlechs. Debouts sur la crête, et visiblement éprouvés par les vents, la série de pins se découpe sur le ciel.

48905747071_cfcc942e8e_c

Il est beau, le ciel, tout strié de nuages !

48905252383_7818141cca_c

En regardant vers le nord, c’est la côte basque qui s’étend à nos pieds, puis la côte des Landes, au-delà de la pointe Saint-Martin où se trouve le phare de Biarritz.

48905263658_32918973f6_c

On monte en longeant pratiquement la ligne frontière, avec sur notre gauche une plantation de mélèzes, dont les aiguilles sont bien rousses à cette période de l’année : le mélèze, c’est le sapin qui perd ses aiguilles en hiver !

48905789336_f8ecf7c8f4_c

Comme on monte encore, la Rhune dépasse maintenant au-dessus des sommets des arbres.

48906040302_bd501293ec_c

Vers la gauche, on aperçoit maintenant la baie de Txingudi, et une partie de la chaîne du Jaizkibel.

48906056172_0e146aa49d_c

La Rhune, encore…

48905852151_96fcaa329a_c

Vers le sud, on reconnaît la silhouette des Peñas de Haya (les Trois Couronnes, en français).

48906093337_db0556f50c_c

Les voilà toutes seules, avec leurs sommets multiples caractéristiques.

48906105182_40e881ee02_z

Et nous voilà au sommet, youpi !

48906125712_5ef43f9a73_c

En redescendant, nous croisons d’autres promeneurs, le nez au sol.

48905414133_0d3511642f_z

Ici, c’est les fougères que l’on met en rouleaux.

48905388148_23df76a603_c

Un dernier rayon de soleil jette un coup de projecteur sur Biarritz, alors que nous rejoignons la voiture.

Autrefois les mines (13 août 2018)

Maintenant que de nouveaux projets d’exploitation minière se précisent dans la haute vallée du Salat (mines de Salau), il est temps de s’intéresser aux anciens sites abandonnés, nombreux dans nos montagnes, et c’est avec cette idée que nous partons ce 13 août accompagnés de Jean-Marie vers la haute vallée du Lez, un peu à l’ouest de celle d’Estours. Nous rejoignons d’abord le village de Seintein, puis nous poursuivons encore vers le sud jusqu’à Eylie, et même plus exactement le Bocard d’Eylie, où on se gare près des anciens bâtiments miniers abandonnés.

48331040766_704740c7cd_c

L’idée est de suivre en remontant le fond de la vallée, jusqu’au cirque de La Plagne. Allons-y !

48331063306_a427bb4950_c

Toute exploitation ayant cessé depuis les environs de 1960, les bâtiments se dégradent tranquillement depuis cette époque.

48331198762_3677429a46_c

Un artiste piloté (ou peut-être seulement autorisé ?) par la mairie de Seintein est venu déposer sur un de ces murs lépreux une image naïve de sa montagne rêvée, exempte d’installations minières et de dépôts polluants.

48331196567_ab6604bbed_c

Au départ du chemin, nous voici avertis ! Les sols sont impactés, sans que l’on aille jusqu’à nous dire par quoi.

48331400921_c19180ba2b_c

Cette enfilade de bâtiments est l’ancienne laverie de minerai. Facile, on utilise l’eau des ruisseaux ! Puis les eaux usées s’en vont toutes seules vers l’aval…

48331401456_973e36f7d3_z

Une ancienne carte postale nous montre la même chose une centaine d’années plus tôt.

48332961346_fac3dca8cc_c

Nous commençons à avancer sur le chemin. Le long de la crête à notre droite, une conduite descend (et parfois remonte) d’un bout à l’autre, sans que l’on sache quelle est (ou a été) son utilité.

48333099372_82270c5989_c

Sur le bord du chemin, des fleurs ordinaires, comme cette belle scabieuse.

48333114247_5947475680_c

Et sur les flancs de la vallée, des poteaux peu ordinaires, moches et désormais, pour la plupart, inutiles.

48333114952_44dc591286_c

On franchit le ruisseau !

48333142622_c515080ec3_z

Il y a des œillets, qui sentent bon, mmmmm….

48333005441_f3d6a131fb_c

Des dépôts miniers, au bas du ruisseau d’Urets, sur l’autre rive.

 

48333004596_bd38f32617_c

Le chemin continue vers le cirque que l’on aperçoit maintenant plus loin.

48333004861_ee7e548111_c

Une belle carline bien piquante attire mon attention : mon amie Itxaro aimerait en avoir une pour la porte de sa maison. Pousse-toi, l’abeille !

48333109181_9e1250f044_c

Sur l’autre versant, une grande saignée toute droite essaye de se donner un air naturel, mais je n’y crois pas beaucoup.

48333107256_66c4d1967c_c

Le porteur de carline examine la situation…

48333106321_76b4f2e375_z

…ou peut-être seulement la scène familiale de l’autre côté du ruisseau ?
Quelles teneurs en métaux lourds dans la viande de ces animaux ?….
Mais trêve de mauvais esprit, il est temps de redescendre au Bocard ! Le ciel devient menaçant !

48333106481_6a1f662835_z

Pas de photo de la descente, le ciel menaçant étant passé à exécution et nous ayant copieusement arrosé. L’appareil était donc à l’abri. Merci Jean-Marie pour cette image finale, on a l’air vraiment malins sous nos protections de fortune.

 

Le Tuc de Peyre Mensongère (7 août 2018)

Ce 7 août est un grand jour : première ascension d’une montagne (modeste, 1741m seulement, mais une vraie montagne tout de même…) pour Caroline.

48314077062_1529219807_c

Une longue piste qui escalade en lacets successifs le versant de la vallée d’Ustou nous a amenés jusqu’à notre point de départ à 1542m d’altitude, et nous voilà prêts à démarrer.

48313955711_be067aa165_c

C’est Julie qui marche devant ! On a décidé de rejoindre d’abord le col de la Serre du Cot un peu plus loin, mais guère plus haut (1546m) qui marque la limite avec la vallée du Salat.

48314077587_2b10b97788_z

Le panneau dit tout ou presque.

48314102147_be95b0572f_c

Sur notre gauche, la longue crête herbeuse qui rejoint le pic de la Tèse, nettement plus haut (2254m).

48313980421_c2e861f64f_c

Nous voilà au col ! Vers l’ouest, c’est le mont Valier et son chaînon qui attirent les regards. Les névés sont encore nombreux en ce début de mois d’août, et on voit bien au-dessous du sommet le triangle blanc du glacier d’Arcouzan, le plus oriental des Pyrénées et l’un des plus petits du monde. Plus proche de nous sur la droite, le pic de Fonta qui nous sépare de la vallée d’Estours. Sa crête descend jusqu’au col de Pause où nous étions il y a quelques jours.

48313980346_1092afc88e_c

Houla ! En voilà un troupeau qui descend vers nous ! Si elles veulent la place au col, on ne va pas se battre avec elles, on cédera la place. Justement, c’est à l’endroit d’où elles viennent que l’on veut aller. On attend qu’elles aient fini de passer.

48313980261_4edf4d52c6_z

Une mère et son petit se dirigent vers nous, alors que la plupart des autres rejoignent le point d’eau.

48314129272_378e805b6b_c

La surveillante observe la situation ; ce sont des vaches gasconnes, une race locale. De belles bêtes !

48314128767_42b2a8730e_c

Ça y est, le passage est libre ! On peut se mettre en route. Pour Julie c’est l’option « chaise à porteur » maintenant.

48314006861_7024fb1f6f_c

On suit le flanc ouest du Tuc, avec à peu près la même vue sur la chaîne du Valier, le pic de Fonta et le col de Pause ; les lacets de la route sont mieux visibles maintenant.

48314127947_9c9b3b4fb6_z

On arrive au sommet ! On passe tout près de ce que je suppose être une station météo, dotée de panneaux solaires. Mais peut-être s’agit-il de tout autre chose…

48314008596_86055f73f6_c

La vie au sommet : un cirse laineux, magnifique…

48314023826_6be8fbe1db_z

…une araignée en train de ficeler son rôti…

48314023916_7037ed9bd5_z

…un beau chardon en étoile sur le point de s’épanouir…

48321745171_3fb438da57_c

…et les vainqueurs du jour pour le premier sommet de Caroline et de Julie. Bravo les filles !

A la recherche des myrtilles perdues.

Portbou s’achève en 2018…

48191962101_e901ce7a01_c

…avec une éclipse de Lune !
Nous laissons la place à Damien et sa famille et rejoignons Estours après avoir restitué les garçons à leur Maman.

48192054712_699773fe33_c

Pendant notre absence, l’hortensia de la terrasse a poussé comme un fou.

48192081877_f9b7e35e21_z

Et les premières fleurs de l’althéa régalent les abeilles de Gérard.
Nos premiers visiteurs ne tardent pas à arriver : Raphaël, Caroline et Julie. La première sortie, c’est pour aller voir au col de Pause si 2018 sera ou non une année à myrtilles, et profiter un peu aussi de la haute montagne.

48199816077_663d90053c_c

Depuis la vallée du Salat, on est monté par la route, puis la piste, en longs lacets à flanc de montagne.

48199815612_6268333acb_c

Vraiment en lacets !
Nous sommes maintenant à plus de 1500m d’altitude, et ça change tout.

48199818362_196f70d6e7_c

Caroline n’est jamais allée à la montagne. Il y a des pentes partout, et ça lui donne le vertige 😦

48199855451_dc0455c7f0_c

Malgré sa peur, elle a réussi à parcourir le petit bout de chemin qui mène du parking au vrai col de Pause, où on espère ramasser quelques myrtilles. Julie, qui n’a pas le vertige, fait son premier apprentissage avec Raphaël.

48199897117_047305a81d_z

Mais il y a beaucoup d’araignées dans les pieds de myrtilles, et elle n’aime pas trop ça.

48199893682_829b9f3b44_c

Vers le nord-est, en face de nous, le pic de Fonta et ses 1934m. La vallée d’Estours est juste à sa gauche.

48199852501_aa301860ef_c

Toute une troupe de chevaux occupe les lieux en liberté. Mérens ou Castillonnais, je ne suis pas capable de les distinguer, à cette distance, ni d’ailleurs de plus près 🙂

48199893182_9bb231098b_c

Il n’y a encore une fois presque pas de myrtilles ! On a péniblement ramassé de quoi garnir une tarte, pas de confiture cette année, misère ! Le changement climatique arrive même à perturber cette production sauvage qui était d’une régularité remarquable.

48199848741_93ebc6301c_z

Alors on s’assied et on profite du paysage. Et il se passe quelque chose ! Petit à petit, tous les chevaux se sont rapprochés de nous et…

48199850591_af75602eeb_c

… presque arrivés au col, ils accélèrent soudain l’allure pour aller rejoindre l’autre chemin qui va vers le parking.

48200010901_db8ef735e4_c

Comme c’est chacun son tour qu’ils font la dernière descente au galop, le spectacle dure un bon moment…

48199851121_ea44fa7518_c

…et il est magnifique.

48200056272_c600717bcc_z

Après quoi il ne nous reste plus qu’à reprendre notre petit chemin avec nos récipients vides.

48200009666_78e0930ee4_c

Les chevaux se sont regroupés au-dessous du parking, où on leur a aménagé un abreuvoir.

48200011486_b1590da573_c

Sur le chemin du retour, on remarque une belle maison écologique avec un toit végétalisé. Chouette !