A la loupe…

Et si on observait un peu mieux les détails sans importance, ou supposés tels ? Nous revoilà début mars 2019 de nouveau en Ariège.

49595849996_c92f5ec1a9_c

Et non, ce n’est pas une feuille attardée sur une branche ! La mésange charbonnière est à son poste d’observation.

49512660688_844062ca52_z

Les arbres n’ont pas encore refait pousser leurs feuilles, mais les chatons doux éclairent la ramure des saules de leurs reflets argentés.

49595350738_055d286563_c

Dans le coin des grenouilles, le calme est revenu. Les œufs innombrables déposés là il y a quelques jours ne devraient pas tarder à éclore.

49513162666_729767e850_z

Une colonie de champignons achève de dévorer un tronc de bois mort.

49595350698_77c25edc70_c

Les mousses font leur petit jardin au sommet d’un bout de rocher.

49595350788_ee8d502dc8_z

Et en y regardant bien, voici Madame Bouvreuil, bien moins voyante et plus discrète que son mari, qui cherche quelques graines tombées au milieu des tiges de framboisiers.

49110874297_42571459d6_c

Et les délicates fleurs de tussilage mettent quelques touches vives dans un décor encore bien terne.

Le printemps arrive !

Vacances d’hiver (III) – Les bestioles.

En hiver, dans la vallée d’Estours, il fait le plus souvent sombre, froid et humide. A l’époque du solstice, on a droit dans le meilleur des cas à une demi-heure de soleil par jour. Alors, la plupart des animaux se trouvent une bonne planque et passent l’hiver à roupiller en attendant le retour des beaux jours et des touristes. C’est le cas des loirs, des chauve-souris, des papillons, des marmottes, des taons, des moustiques, et bien sûr aussi des ours (qui pullulent en été dans les parages, paraît-il, bien que je n’en aie jamais vu la queue d’un).
Cependant, bravant les intempéries, il reste encore du beau monde à voir dans le petit peuple animal, avec bien sûr une large place pour les oiseaux qui non seulement n’ont pas plus que moi la faculté d’entrer en hibernation, mais deviennent bien plus visibles lorsqu’il n’y a pas de feuilles aux arbres.

49512444688_d59e546a9a_z

Pour changer un peu des habituelles mésanges bleues, nonnettes et charbonnières, voyez un peu qui se rapproche aujourd’hui des mangeoires pleines de tournesol.

49512882336_c9a5f421bb_c

C’est un bouvreuil pivoine ! Un mâle, très coloré.

49513342362_4946599f46_c

Hello, Pyrrhula pyrrhula ! (C’est son nom scientifique, je ne suis pas sûre qu’il imite son chant, mais ce n’est pas impossible).

49512402663_181a3f452b_c

Fin février, nous sommes déjà loin du solstice, et nous avons droit à quelques heures quotidiennes de soleil, en cas de beau temps. Voici donc notre ami Bernard le lézard sorti momentanément de sa torpeur hivernale pour se réchauffer agréablement.

49512783361_0d4c9a3a61_c

Et voilà même que la première fleur de cette pulmonaire, annonciatrice du printemps, a réussi à attirer à elle le premier papillon Citron.

49512423688_5b491d33cd_c

Tiens ! Une mésange noire, je n’en voyais presque jamais les années précédentes, les voilà plus présentes cette année. La pullulation de chenilles de pyrales les a peut-être aidées à se multiplier ?

49513313152_29c850d1f1_c

Hola ! Qui va là dans la neige ? Un prince charmant ?

49513288427_ff0bcd7239_c

Mais non, pas du tout ! Il y a un grand rassemblement de grenouilles rousses près de la résurgence dont l’eau s’étale sur le parking en amont d’Estours. Elles sont là en nombre pour s’occuper de la perpétuation de l’espèce, mais ce sont bien des grenouilles amoureuses, et pas des crapauds.

49513342422_e1b39e25a3_c

Regardez bien, derrière l’œil, il y a une forme ronde à peu près de la même taille, et c’est son tympan, son oreille quoi.

49513153656_666aa1d420_c

Et lui, vous l’avez reconnu, le siffleur noir à bec jaune ? Quasi invisible en été, on peut maintenant l’apercevoir sur les branches dénudées.

49513119501_773b9fbe28_c

Le plus difficile, je l’ai gardé pour la fin : un oiseau se cache dans cette photo ! Je vous laisse chercher…

Vacances d’hiver (II)

49512661976_5c12667efd_z

Retour au bord du torrent, où l’eau dévale joyeusement, et où règne une luminosité inconnue jusque là en raison de la présence des buis, désormais réduits par les pyrales à des squelettes moussus.

49512510791_73fb3768cf_c

Les rayons du soleil arrivent même à se frayer un chemin jusqu’à l’eau, par endroits !

49512123548_2e823c0092_z

Les premières anémones hépatiques éclairent les sous-bois humides de leurs corolles blanches, ou même parfois bleues.

49512253963_49125624c2_c

De nouveaux visiteurs sont maintenant arrivés, pour le plus grand plaisir des petits toulousains qui adorent jouer aux cartes avec Caroline.

49512969532_3c7dcc0f5d_c

Contents, les garçons !

49512270308_9153a219da_z

Les premiers contacts de Julie avec la neige n’ayant pas été exactement idylliques, on est aussi bien à se promener dans la vallée, hein ?

49512549256_3e19e7ccde_z

En plus, il fait plutôt beau, ce qui ne gâte rien.

49512559943_0079365a93_c

Les perce-neige forment de véritables tapis, par endroits.

49513084546_00b2dbb27d_z

Papy en profite pour finaliser la récupération des anciens poteaux de la ligne à haute tension désormais enterrée (merci Joël).

49513332747_be437a296f_z

Observons au passage qu’ici aussi, même loin du Pays Basque réputé pour son climat humide, les fougères prospèrent sur les troncs des arbres dans ce fond de vallée…

49512102673_fc054ff905_z

…car ici, et pour longtemps encore je l’espère, coule une rivière.

Vacances d’hiver (I)

Elles étaient bien tardives cette année 2019, en débutant après le 20 février ! Et comme c’est souvent le cas, nous voilà de retour en Ariège pour l’occasion, avec la perspective d’avoir avec nous nos petits toulousains pour une semaine.

49513184842_c03f6d6630_c

Pour notre arrivée, voilà notre micro-région atteinte par le même mal que le Pays Basque : il y a le feu ! Pas au lac, mais au Mirabat !

49513237407_51c2db0517_z

Heureusement, Estours n’est pas menacé par les flammes. Devant chez Dany et Gérard, la congère témoigne que la neige a glissé du toit il n’y a pas si longtemps.

49512934842_45a7c447cc_c

Et en effet, en montant à la serre, on peut constater qu’il a dû neiger copieusement ! Pour la première fois que nous n’enlevions pas la bâche pour l’hiver, le poids de la neige a tout démoli, zut alors !

49512478223_013616eb7e_c

Et au milieu coule une rivière…

49513275902_c9161f6737_c

Et au bord de la rivière il y a une centrale (hydroélectrique).

49512444883_9df959fd30_c

Il y a aussi les bras tendus des buis dénudés, dévorés l’été précédent par les insatiables pyrales.

49513184462_4f8c5235e9_c

Et partout les petits lampadaires blancs des perce-neige.

49512969492_cc42b18659_c

Nos visiteurs sont arrivés ! Ils aiment toujours que Papy leur lise une histoire le soir…

49512959766_ba82cf4e86_c

…après s’être bien occupés à faire une montagne de neige autour de la glacière, pour l’aider à se tenir au frais.

49513130977_e85f2a2f1c_c

Les jours passent, mais le Mirabat brûle toujours.

49513118817_b7154ef6cd_c

Malgré l’hiver, la vie continue : le lierre forme ses baies …

49512359858_c25e9abe2d_c

…les noisetiers sont pleins de chatons…

49513032137_f5e39235cc_c

…et les tussilages commencent à pointer leurs fleurs jaunes.

49512333873_b75069dc7b_c

Curieusement, les falaises qui dominent le hameau ont gardé quelques buissons verts, qui ne doivent pas être des buis.

49513088802_83b05d2df2_c

Mais c’est toujours près du ruisseau que l’on revient se promener…

49513052442_43d6db1d62_c

…car, vous le savez bien, il suffit de passer le pont…

Tree hunting en Pays Basque.

Nous voilà encore au mois de février, et encore en 2019. Il fait beau, et nous sommes au Pays Basque.
Mes lecteurs fidèles auront sans doute remarqué, à travers les choix de photos qui illustrent ce blog, que j’aime bien les arbres. Ce jour-là, ayant cherché sur le site « les têtards arboricoles » s’il se trouvait des arbres remarquables dans notre coin des Pyrénées, j’y avais trouvé mention d’un certain nombre des spécimens intéressants du côté de Saint-Jean-Pied-de-Port. Et si on allait y regarder de plus près ?

49488915118_65cb1ce895_z

Nous voilà au village d’Hosta. Ce n’est pas une métropole, mais il y a tout de même une église, comme il se doit.

49110375861_4b2420fb73_c

Des maisons basques, aussi, avec une belle porte d’entrée, celle-ci.

49489644392_e0fbfc4fba_c

On arpente des petites routes à la recherche de nos arbres. Pour les moutons, il semble que ce soit l’heure de la sieste.

49489055563_1469f0cf42_c

Voilà notre premier spécimen ! D’après mon site de référence, il s’agit d’un érable champêtre très gros (plus de 5m de tour si je me souviens bien), mais nous n’avons pas sauté la clôture pour aller le mesurer.

49493405713_72e2767767_c

Il partage son pré avec des brebis basques Manech aux cornes exceptionnelles.

49489553626_64eae6f8dd_c

Nous sommes sur la petite route qui mène au pic de Belchou. Mais en allant plus loin, nous finissons par nous trouver très près des écobuages en cours, et donc dans un nuage épais de fumée, et nous faisons demi-tour pour retrouver un endroit respirable pour pique-niquer. On s’arrête au pied d’un gros hêtre dans lequel est bâtie une palombière.

49489764842_1a9db8fc93_z

4,36m, pas mal !

49492919183_048ee0be38_c

Février, c’est encore l’hiver, mais les jours allongent déjà sérieusement, et les hellébores sont déjà en fleurs.

49493918271_66cea12949_c

Il fait beau, mais ça fume de partout !

49493432548_5f8ba5dd30_c

Autour de nous, les vieux hêtres têtards sont nombreux. On va les mesurer !

49494145177_62e0bc6222_c

Combien, celui-ci ?

49494144852_b8dc5699ac_z

Haha ! Il dépasse les 5m !

49494145537_ac8b321ab2_c

Le cyclope est magnifique, mais un peu moins gros.

49352754208_faaef60123_c

En redescendant vers la vallée, on voit des feux de tous les côtés !

49493988271_041802ab7c_z

Il y même des panneaux. Une pratique ancestrale, ouais… légèrement polluante, peut-être ?

49066471101_2043be3c97_z

Nous voici maintenant sur le chemin du retour, en passant par le col des palombières où se trouve un autre arbre signalé sur le site. Encore un hêtre.

49494203792_c8aae50013_c

Ah oui, c’est un bel arbre !

49494204092_1363cc088e_z

En 2012, son tour de taille était de 5,20m…

49494203512_06ba8b4bda_c

Et pour finir, retour vers la côte dans des paysages bien enfumés…
Le lendemain, la presse racontait que les pompiers avaient dû intervenir à plusieurs endroits pour sécuriser des bâtiments menacés par les flammes…

Aaaah, les pratiques ancestrales !

Dans l’antre du grand méchant Loup

Qui n’a pas été ému par l’histoire des trois petits cochons ?
Qui n’a pas détesté le grand méchant Loup qui voulait s’en régaler ?
Oui, mais voilà, les mignons petits cochons sont devenus grands, et gros, et plus mignons du tout. Et par contre, bien appétissants.
Alors, ce qui devait arriver…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

…a fini par se re-produire, ce devait être vers le 20 février.
Boudins, jambons, pâtés, saucisses… HOUUUUUUU HOUUUUUUU HOUUUUUUU!…..