Auprès de la Nive.

Retour du côté de la plaine d’Ansot, un peu plus en amont, toujours le long de la Nive maritime, non loin du pont de l’autoroute, une petite balade juste en quelques images…

Il peut faire beau au Pays Basque !

Balade autour du phare.

49348069002_aa37652285_z

Hé oui, le revoilà, le phare de Biarritz, vigie fidèle à son poste de la pointe Saint-Martin. Il fait encore un beau soleil vers 17h ce 13 février, et c’est l’heure de la balade.

49347381013_81fa5c759e_c

L’équipe de surveillance est bien là à son poste, en toute discrétion. Chuuuuut !…

49388383078_7f6255d5ff_c

Depuis l’esplanade dédiée à sa Majesté Elizabeth II (!), les falaises biarrotes sont toujours impressionnantes. Le Régina, avec ses cinq étages, domine la scène.

49399374563_8143afe64f_c

On voit aussi toujours, bien sûr, sur la plage, les restes de l’éboulement du 2 janvier 2000 … Au-delà, c’est la plage Miramar, avec le Sofitel.

49399921846_df50c34146_c

Il reste encore dans ce quartier quelques-une des maisons bourgeoises de la fin du XIXe ou du début du XXe siècle, bien qu’elles soient nombreuses à avoir été détruites pour l’édification de ce que l’on voit en arrière-plan. Que voulez-vous, c’est le progrès…

49399374338_7bc19323cd_z

Pour se diriger vers le centre ville, on n’est pas dans l’obligation de suivre la route, on peut descendre le long des petits chemins bien agréables aménagés dans les espaces verts en haut des falaises. Mais certains passages sont désormais interdits à cause des risques d’éboulement.

49399373833_ef5770f6c6_c

Une échappée entre les arbres permet soudain d’apercevoir une vire dans la falaise du cap Saint Martin, occupée par trois personnes qui ont sûrement emprunté des passages interdits pour y parvenir.

49399373583_5467ac6a20_c

Sur ce petit belvédère, un arbre bousculé par les tempêtes a trouvé un appui contre la balustrade.

49399849231_ae569d0cee_z

De là, on aperçoit encore le sommet du phare au-dessus des tamaris dénudés.

49399921431_c54b546027_c

Pour continuer vers Biarritz, il faut ensuite rejoindre un moment la route avant de prendre sur la droite la descente de l’Océan dont les escaliers nous amènent jusqu’à la plage Miramar. En face de nous, c’est la Roche Ronde, zone Natura 2000 pour la protection des oiseaux.

49399921351_c0404a4b88_c

Inattendu au vu du lieu et de la saison, ce petit lézard gris qui tire le nez à la fenêtre de son bunker !

49399445983_a6fa5f3426_c

Tandis que nous parcourons l’allée Winston Churchill qui longe la plage, on peut admirer au passage la splendide villa Bégonia.

49400125317_1bf7d8d2a2_c

Mais zut ! Interdit de poursuivre par le bord de mer jusqu’à la Grande Plage ! Il y a des travaux ! Il faut rejoindre la rue où on peut admirer au passage l’église orthodoxe dans les rayons dorés du soleil couchant.

49399494988_228752011f_c

Nous remontons maintenant vers le phare, car la nuit va venir vite. A la bifurcation, voilà la villa « le Cap » (que l’on trouve aussi sous d’autres noms, villa Martine par exemple). Je crois bien que c’est ma préférée, parmi toutes ces vieilles bâtisses, avec son enchevêtrement de toitures.

49400176367_7f2ec03dce_z

L’éclairage public est déjà activé, ce qui donne au phare un aspect assez différent.

49400176332_7a66e321f3_b

A cette saison, c’est derrière les montagnes espagnoles que le soleil va se coucher. Un instant à déguster pour finir en beauté la petite balade !

Ansot de chevreuil.

49336619681_c749af8330_z

Nous voici début février 2019. Quelques belles journées, pas de grosses précipitations sur le Pays Basque intérieur, bonne occasion pour aller se promener à Bayonne à la plaine d’Ansot, ce qui n’est pas toujours faisable, surtout en hiver.
Je vous y ai déjà emmené par le passé, c’était ici : https://coxigrue.wordpress.com/2017/05/29/un-petit-saut-plaine-dansot/
je ne reviens donc pas sur le système des barthes qui se remplissent et se vident ici au rythme des marées. Contentons-nous de nous promener et d’observer, et même de tenter de photographier les bestioles aperçues… hum, pas toujours facile !

49336642281_72b917d8ec_c

Nous arrivons visiblement à marée basse ! Il n’y a plus qu’un petit filet d’eau dans le ruisseau.

49336871662_47d60f70c4_c

Cet objet bizarre disposé là est un piège à ragondin. Cette espèce importée et invasive a tendance à faire disparaître les espèces locales, on cherche donc ici à l’éliminer pour favoriser ces dernières.

49342005237_f90419540e_z

Les platanes sont nombreux, particulièrement le long de la Nive. Celui-ci a une drôle de tête avec ses petits yeux et son nez creux tubulaire !

49341781551_acd9eb8fb8_c

Nous voilà à la « maison des Barthes », grande bâtisse rénovée au rez-de-chaussée de laquelle se trouvent les espaces dédiés au public.

49341780916_a0622427e5_z

49341873491_c14955aaf9_c

Pas facile de saisir les oiseaux, ils s’enfuient ou se cachent dans les branchages dès que l’on s’approche un peu trop d’eux. Les corbeaux (ou corneilles?) quoique méfiants, sont plus visibles que les autres à cause de leur taille.

49342004632_e09e72047d_c

Sur l’autre rive, un ponton privé.

49341882706_ebe0933bb5_c

Un reflet presque parfait…

49110336282_6f643cc92a_c

La marée basse découvre des dépôts limoneux.

49341664828_80a308fd84_c

Voilà maintenant un adepte de l’Aviron Bayonnais qui passe dans un léger bruissement d’eau.

49342069901_c1fb4523fd_c

Au-delà de la limite de la zone protégée, on retrouve les champs cultivés ; du maïs, ici.

49342320132_40ac9c9475_c

Quelques fanes qui traînent …

49342097756_e1890540f6_c

La ligne à haute tension n’est pas beaucoup plus loin.49341647258_3a25c6036d_z

Gare au pêcheur imprudent !

49109999626_e883e59d06_c

Comme le soir approche, en revenant vers la maison des Barthes, on découvre des habitants nouveaux.

49342117567_fbbbe7ac34_c

La marée s’est inversée pendant notre promenade ! Il est temps de rejoindre la sortie pour ne pas se faire enfermer !

Anglet et les visiteurs de janvier.

49311991808_82cd6a66b2_c

J’ai l’impression qu’en hiver les couchers de soleil sont plus souvent très colorés que ce n’est le cas en été. Celui-ci, par exemple. En janvier 2019…
…qu’il accompagne donc mes vœux pour une bonne année 2020 à chacun de mes lecteurs !
Quant aux visiteurs dont je voulais rappeler la présence à cette période, les voici maintenant
49056188623_a5834e1b53_c
49305055921_aa705a0d1a_c
49312458276_c13f1048b2_c
49304550948_8e90744f42_z
49305243197_8d41c53ac3_c
49304575728_effc95e869_c
Pinsons et rouge-gorges assuraient le spectacle derrière la fenêtre du salon. Peut-être devrais-je dire « pinsonnes » d’ailleurs, car il n’y avait que des femelles, les pinsons des arbres ayant la curieuse habitude hors des périodes de reproduction de se déplacer en bandes unisexuées. Drôles de bêtes…