Festival maritime, Pasaia 2018 (II)

ballon-chat

Hola, amigos ! Nous revoilà !
Après s’être restaurés sur notre banc de béton (un peu dur pour les êtres au fondement délicat…), continuons la visite.

Le kaskelot

Le Kaskelot est toujours là à quai, avec son gréement magnifique. Ce que nous voyons ici est son mât de beaupré. (Admirez ma culture maritime toute récente, et vive wikipédia !)

l'Aïrosa

L’Aïrosa, bâti pour la pêche au thon, quitte le port sous nos yeux. Construit en 1953 à Ciboure, classé monument historique en 2002, il est toujours en activité. Pourtant, nous avons le même âge… 🙂

départ du "dauphin vert"

Et voici maintenant, à l’arrière-plan, « Dauphin Vert », construit en 1955 et classé lui aussi. Mais ce n’est pas un instrument de travail, il a toujours été voué au loisir.

la chaloupe Brokoa

La chaloupe ! Cette chaloupe dont Henri m’a si souvent parlé, construite par l’association « Itsas Begia » de Saint-Jean-de-Luz. Elle est là en voisine…

une traînière

Et maintenant, une traînière, qui vient d’être mise à l’eau sous nos yeux. Allez, les galériens, ramez maintenant !

Notre-Dame des Flots

Revenant vers le port toutes voiles dehors, c’est « Notre-Dame des Flots », encore plus vieux que les précédents, bâti en 1942 pour la pêche, puis désarmé et abandonné en 1975 à Dunkerque avant d’être renfloué et restauré par des passionnés. Finalement, cela fait beaucoup de bateaux français dans ce rassemblement !

Le chantier

En suivant le quai qui longe l’embouchure du port, nos pas nous conduisent à passer près du chantier naval.

à la hache

C’est juste à côté que se trouve Albaola, la faktoria maritime basque, musée situé dans un ancien chantier, où une réplique du baleinier du XVIème siècle San Juan est en cours de construction. Plusieurs ateliers ont été installés à l’extérieur pour le festival, on voit ici l’équarrissage à la hache d’une pièce de bois.

vers l'Océan

Plus loin encore, c’est l’ouverture du port vers l’Océan, le grand large !

le fanal vert

Arrivés au fanal vert d’entrée du port, nous faisons demi-tour, car la suite n’est plus carrossable en poussette…

papy et Oscar

…et le minus ne l’est pas tant que ça, côté poids, surtout quand il faut le porter, c’est à dire tout le temps.

côté port

Nous revenons donc maintenant en direction du port et des autres quartiers de Pasajes.

joshua

Encore un bateau qui s’en va vers de nouvelles aventures, le Joshua, construit en 1961 pour Bernard Moitessier, et qui l’a accompagné pendant une grande partie de sa vie.

le peintre

On repasse près du chantier-musée. Un artiste est en train d’y travailler la déco, et en grand !

le "Biche"

On croise le « Biche », qui prend lui aussi le départ.

le cri du cœur

Et bon, d’accord, on va rentrer chez nous…
Tiens, c’est pas écrit en basque ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s