Balade automnale.

Un temps clair et calme, une belle lumière froide, c’est le long de la Nive que je vous emmène maintenant avec nous cet après-midi de novembre.

La Nive draine les eaux du Pays Basque depuis au-delà de Saint-Jean-Pied-de-Port, et se jette dans l’Adour  à Bayonne, à quelques kilomètres à peine de son embouchure. Son ancien chemin de halage, sur la rive gauche, interdit aux voitures à l’exception des riverains, permet de belles balades assez tranquilles, et ce jusqu’à Ustaritz. Nous sommes ici dans la zone dite de la Nive maritime, ce qui signifie que les marées océaniques s’y font nettement remarquer, avec d’importantes différences du niveau de l’eau se produisant en quelques heures seulement.

Justement, ce soir-là, on dirait bien que c’est marée haute. Comme il n’y a pas de vent, la surface de l’eau forme un miroir presque parfait.

Les riverains, aux premières loges lors des inondations, profitent en contrepartie de la voie navigable le reste du temps. Des pontons flottants, plus ou moins entretenus, permettent l’accès aux engins de navigation.

La rive droite, en face, est bien moins urbanisée que celle-ci. Nous admirons au passage cette belle bâtisse isolée.

Le passage du bateau d’un adepte de l’aviron génère une série d’ondes qui troublent un moment les reflets.

Puis tout rentre dans le calme avec la belle symétrie retrouvée.