Dans le massif de l’Eltzarruze.

A la seule vue du titre, tout lecteur un peu perspicace aura deviné que nous allons rester encore une fois au Pays Basque. Il ne s’agit pas de prétendre que le sommet de l’Eltzarruze soit universellement connu. C’est juste que la consonance particulière me semble bien caractéristique de la langue basque.

Nous voici donc de nouveau en vadrouille le 19 octobre, et bien plus près de chez nous cette fois : Saint Esteben, tout le monde voit où c’est ? Non ? Allez, on va dire Sud-Est de Bayonne, un peu plus loin qu’Hasparren. Et le massif de l’Eltzarruze, c’est à côté.
Après avoir traversé le village, on continue sur la D14 jusqu’à un garage situé sur le côté droit, derrière lequel on peut se garer.

On est là au pied du massif karstique de l’Eltzarruze, sur lequel on s’élève rapidement, découvrant la vue d’ensemble sur la campagne environnante et le village de Saint Esteben, qui comme on peut le voir n’est pas exactement une métropole.

Ces sols très pauvres sont abandonnés à la lande et les couleurs contrastent avec les verts des prairies alentour.

C’est la saison des crocus, ici aussi !

Il fait beau, et le parcours prend des aspects assez variés, comme ici ce beau chemin forestier.

Voilà un châtaignier qui est là depuis un bon moment. Inutile de le pousser, tu n’es pas Obélix, il ne tombera pas !

Nous cheminons sur le vert.

Un troupeau de prisonniers semble souhaiter notre complicité pour s’évader un peu, mais leur espoir restera vain.

Nous retrouvons maintenant une vue dégagée sur le paysage environnant, où nous reconnaissons le sommet du Baigura avec ses antennes caractéristiques. Elles ne sont pas faciles à voir sur la photo.

Arrivés à ce point, comme dirait Raffarin, « notre route est droite mais la pente est forte », et de mon point de vue ça tue les genoux sérieusement.

Il n’est donc pas inutile de faire des pauses pour profiter du paysage et faire quelques photos.

La descente une fois effectuée, notre chemin redevient presque horizontal, nous allons maintenant pour le retour longer la base du massif de l’Eltzarruze.

Une grande croix en béton le long de notre sentier !

Sur la base, un petit autel avec une statue de la Vierge, et quelques offrandes.

Il y a même à côté l’exposé de la méthode pour être protégé de tout cataclysme.

Et le chemin continue…

Trois de ces moutons semblent bien m’avoir repérée, les malins.

En avançant, on continue à profiter du paysage. Le vert étant ma couleur préférée, me voilà comblée !

On passe près d’une vieille bergerie.

Pour finir, nous ne pouvons éviter un morceau de route, le long de laquelle nous trouvons cette belle maison basque, dont le linteau de fenêtre porte la date de 1842. Nous terminons la boucle et retrouvons la voiture moins de 3h après l’avoir quittée, mais avec la sensation d’avoir visité un monde bien différent.