La digue, la digue

Petite sortie bien différente le lendemain : une promenade en mer, mais sans bateau ni se mouiller (sauf un peu les pieds en marchant dans les flaques). Voilà ce que permet la grande digue de Tarnos, qui protège l’entrée nord du port de Bayonne, en s’avançant d’un kilomètre dans l’Océan.

embouchure de l'Adour

On avance, et en se retournant on voit l’entrée du port de Bayonne et embouchure de l’Adour, avec ses deux balises, rouge et verte.

le bout de la digue

Arrivés au bout de la digue, on découvre le début de la longue fresque écrite sur le mur de béton qui nous sépare de la haute mer.

blocs de béton

Du côté opposé, ce sont des centaines de blocs de béton qui sont là pour briser les assauts des vagues, ils sont au repos aujourd’hui : c’est le grand calme.

lecture

Tine avance en s’efforçant de lire, ce qui n’est pas toujours facile car les vagues ont effacé quelques lettres, par endroits.

le kayak

Près de nous passe un navigateur solitaire dans son frêle esquif. Arrive-t-il de Polynésie ?

trois promeneurs

Pour finir, nous arriverons à lire ou à deviner la totalité de la fresque, réalisée en 2014 et signée Nicolas. Malheureusement, le site indiqué nicodigue.fr ne fonctionne pas ou plus, mais la toile fournit encore les articles de presse (Sud-Ouest, la Semaine du Pays Basque) publiés sur le sujet.

Bon retour en Vendée, Tine et David !

Publicités

Une réflexion sur “La digue, la digue

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s