Balade dans Paris.

Le samedi 9 janvier, c’était notre journée « off », puisque les parents de Theo ne travaillaient pas. Le temps n’étant pas trop mauvais, partons nous balader un peu dans Paris, que nous connaissons bien mal, étant généralement plus motivés pour aller visiter quelque vieille chapelle romane perdue dans les Pyrénées, ou quelques bornes frontières entre France et Espagne, que la Tour Eiffel ou l’Arc de Triomphe.

Eh bien justement, il n’est pas tellement loin de « chez nous », l’Arc de Triomphe, et ni l’un ni l’autre de nous deux ne l’a jamais visité, alors allons-y !

Arc de Triomphe

Il est bien là, comme indiqué sur le plan ! Dans mon souvenir, ça s’appelait place de l’Étoile, c’était quand même plus poétique…

Pour s’y rendre, il y a un passage souterrain, ouf !

tombe du soldat inconnu

La tombe du soldat inconnu se trouve bien là, comme on le voit à la télé.

Sur tout le monument, sculptures et inscriptions évoquent systématiquement guerres, batailles et glorieux chefs militaires ; une exception tout de même :

26891083401_bca6311c7d_c

ceci n’ayant pas empêché les guerres de se poursuivre, hélas.

Moyennant finance, on a la possibilité de grimper au sommet de l’Arc, voilà qui va nous faire un peu d’exercice et nous faire découvrir Paris différemment, allons-y.

avenue des Champs-Élysées

De là-haut, la vue plonge sur les belles avenues qui convergent vers la place, et qui lui avaient valu son ancien nom d’Étoile. L’avenue des Champs-Élysées attire mon objectif de provinciale.

la Défense

De l’autre côté, c’est le quartier de la Défense avec son grand cube évidé, la Grande Arche, je crois.

la tour Eiffel

La tour Eiffel domine la situation, bien sûr.

vers Montmartre

Par chance, un rayon de soleil illumine maintenant la butte Montmartre côté Est.

Après avoir bien profité de la vue là-haut, nous redescendons sur terre et nous dirigeons vers l’avenue des Champs-Élysées. Là, malgré la saison,on peut prendre un bus touristique et faire un grand circuit qui passe par tous les hauts lieux de la capitale, ou presque. Allons-y !

champs-élysées

Ça commence par une descente des Champs-Élysées ! Ce n’est pas toujours commode pour prendre des photos depuis le bus, mais la vue y est dégagée (on s’est mis en haut, bien sûr). Dans une rue latérale, deux Ferrari resplendissantes attendent le client pour une balade au ras des pâquerettes, mais ça n’a pas l’air de se bousculer.

26455733223_4f26856030_z

Au bout, c’est la place de la Concorde, avec la grande roue dont on a un peu entendu parler dans les médias ; celle-ci est vraiment très grande, ma foi !

esplanade du Trocadéro

Notre itinéraire nous amène ensuite au Palais de Chaillot, le bus s’arrête un instant pour nous laisser admirer la perspective sur la Dame de Fer.

au pied de la tour

On passe maintenant au pied de la Tour. Toujours impressionnante…

pont Alexandre III

Plusieurs fois, nous franchissons la Seine. Ici sur le superbe pont Alexandre III, construit en vue de l’exposition universelle de 1900.

Invalides

L’Hôtel des Invalides, pas très loin de là. Bâti à l’initiative de Louis XIV, donc nettement plus ancien.

aérogare

Et l’aérogare des Invalides, un nom qui paraît assez improbable vu l’endroit, même si « Air France » semble y avoir ses quartiers.

grand palais

Revenons sur la rive droite, nous passons maintenant à côté du Grand Palais et de sa célèbre verrière, lui aussi fut bâti pour l’exposition de 1900.

opéra Garnier

Ici, le Palais Garnier ou opéra Garnier, du nom de son architecte. Dû à l’initiative de Napoléon III.

les réfugiés

Je m’amuse au passage de la foule de pigeons réfugiés sous une arche.

grande roue nocturne

Notre périple touche à sa fin, et il fait déjà presque nuit lorsque nous repassons par la place de la Concorde. La grande roue est maintenant illuminée aux couleurs bleu, blanc, rouge, j’ignore si c’est depuis les attentats de novembre.

avenue de nuit

La nuit a complètement changé l’apparence des Champs-Élysées.

nocturne à l'Étoile

L’Arc de Triomphe, lui aussi, est maintenant éclairé et se détache sur le ciel presque noir. Nous descendons de notre bus et il ne nous reste plus qu’à rentrer « chez nous » à pied, en pressant le pas pour nous réchauffer un peu dans la nuit froide de janvier.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s