La frontière sans bornes.

Encore une belle journée incitant à la promenade en cette fin novembre, profitons-en pour aller marcher un peu le long de cette frontière liquide que forme la Bidassoa entre Hendaye et Irun, entre l’Espagne et la France, dans sa partie située à l’ouest de la borne 1 où commence la frontière terrestre des Pyrénées. Nous nous stationnons côté espagnol, un peu plus bas que la très célèbre île des Faisans où fut négocié le Traité des Pyrénées en 1659. Il est alors possible de longer la rivière vers l’aval, en cet endroit où le lit s’élargit de nouveau autour de trois îles, dont l’une encore reste cultivée à l’heure actuelle.

le long de la Bidassoa

Nous commençons notre promenade, et en regardant devant nous vers l’aval du fleuve, nous apercevons une partie d’Irun, et dans le lointain les premiers contreforts du Jaizkibel avec le sanctuaire de Guadalupe.

une barque

Le long de notre parcours, nous verrons de nombreuses barques à fond plat, dont certaines servent encore aux jardiniers pour rejoindre leur lopin sur l’île iru kanale en face de nous.

triplette de mouettes

J’ignore à quoi peut ou pouvait servir ce portique, mais les oiseaux semblent bien l’apprécier. Ils sont nombreux à trouver refuge dans cette zone tranquille entre terre et mer.

la barque verte

Une autre barque, il y a le choix, et les reflets dans l’eau sont très photogéniques.

vers l'amont

En regardant vers l’amont, on aperçoit la rive française et ses falaises.

les 3 canards

Trois canards qui fendent l’eau, ils ont l’air pressés, il faut dire qu’un peu plus loin il y a une distribution de pain…

le premier canal

Une passerelle nous permet de franchir un premier canal, qui longe l’usine Pasquier (hé oui, des brioches bien françaises fabriquées en Espagne, c’est l’Europe…)

la mouette sur l'eau

Une mouette rieuse, elle a déjà son plumage d’hiver, avec la tête blanche.

bagarre

La distribution de pain génère quelques prises de bec !

le chenal et les barques

Encore des barques…

faubourgs d'Irun

Derrière nous, ce sont les faubourgs de la ville, l’habitat y est dense.

le moineau

Les restes d’un bâtiment ancien ont été préservés, un moineau observe la situation depuis le haut d’un vieux mur de pierres.

la sculpture

Une sculpture métallique a été placée là, en face de l’île qui est encore cultivée ; je crois me souvenir que la forme est supposée rappeler celle des outils agricoles spécifiques utilisés ici.

le cygne noir

Un très beau cygne noir.

les resquilleurs

Derrière nous, un stade bien clos avec des spectateurs resquilleurs sur leurs perchoirs improvisés.

le pont international

Nous arrivons maintenant au pont routier international, dont le nom (et le dessin de la coquille) indique qu’il est sur le chemin de Saint-Jacques.

le canal dumboa

Le canal Dumboa, nous sommes dans une zone humide urbanisée, ne l’oublions pas.

le cygne blanc

Ici c’est un cygne blanc, dans la lumière du soir.

le canal Pasquier

Il fait déjà presque nuit lorsque nous franchissons de nouveau la passerelle du canal « Pasquier » pour aller retrouver la voiture un peu plus haut. Il est temps de rentrer.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s