Les oiseaux de passage.

21 novembre, nous voici encore une fois parcourant un petit bout de frontière à la recherche de quelque nouvelle borne, lorsque notre attention est attirée par de grands cris venus d’on ne sait où. En levant finalement la tête, nous pouvons voir dans le ciel une nuée de plusieurs centaines de grands oiseaux. Ce sont des grues, leurs cris sont caractéristiques ; elles arrivent du nord en formation en V,les grues en V

puis, se heurtant de face à un fort vent de sud, rompent la formation et se mettent à tourner en tous sens, manifestement troublées par l’obstacleles grues en vrac

Nous sommes restés longtemps à observer leur manège, allant même jusqu’à nous coucher dans l’herbe pour mieux les voir et les photographier. Dans ma tête, le vieil ami Georges faisait entendre sa voix :

…Tout à coup, dans l’espace,
Si haut qu’il semble aller lentement, un grand vol
En forme de triangle arrive, plane et passe.
Où vont-ils ? Qui sont-ils ? Comme ils sont loin du sol !

 

Regardez-les passer ! Eux, ce sont les sauvages.
Ils vont où leur désir le veut, par-dessus monts,
Et bois, et mers, et vents, et loin des esclavages.
L’air qu’ils boivent ferait éclater vos poumons.

 

Regardez-les, vieux coq, jeune oie édifiante !
Rien de vous ne pourra monter aussi haut qu’eux.
Et le peu qui viendra d’eux à vous, c’est leur fiente.
Les bourgeois sont troublés de voir passer les gueux.

Publicités

2 réflexions sur “Les oiseaux de passage.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s