Transhumons ensemble.

Après les journées réglementaires auprès de l’Université de Corse à Corte, sans grand chose à montrer en ce qui me concerne suite à mon échec dans ma quête de l’arbre de l’année à Pianello (20km à vol d’oiseau, 2h de route… peut-être pour l’année prochaine ?), il nous restait  le mercredi après-midi (les cours finissent le mercredi midi pour la deuxième partie des enseignements) pour prendre la route et faire une petite balade si possible. Notre prochain objectif se situant au-delà d’Evisa, notre itinéraire devait emprunter les gorges du Golo pour aller passer la nuit dans le Niolo, avec tout de même un peu de vigilance car plusieurs foyers d’incendie étaient signalés depuis la veille dans cette région. Afin de laisser tout cela à distance, et bien que n’ayant pas assez de temps pour faire tout le parcours, nous avons donc décidé de faire un bout de l’ancien sentier de transhumance qui permettait de franchir ces gorges, appelé « Scala di Santa Regina ».

Pour cela, il faut s'arrêter le long de la route D84 au niveau de la Funtana di i Vignenti, où l'on peut garer une voiture sans gêner la circulation. Cette fontaine suinte d'un rocher creusé de nombreux trous d'érosion (les fameux taffoni), et elle doit avoir quelque chose à voir avec Santa Regina ou avec un culte quelconque car les trous sont pour la plupart garnis de bougies, statuettes et autres objets aussi improbables que ce lapin en plastique.

Pour cela, il faut s’arrêter le long de la route D84 au niveau de la Funtana di i Vignenti, où l’on peut garer une voiture sans gêner la circulation. Cette fontaine suinte d’un rocher creusé de nombreux trous d’érosion (les fameux taffoni), et elle doit avoir quelque chose à voir avec Santa Regina ou avec un culte quelconque car les trous sont pour la plupart garnis de bougies, statuettes et autres objets aussi improbables que ce lapin en plastique.

C'est là que nous avalons notre casse-croûte à l'ombre du platane, c'est l'un des rares endroits de ces gorges où la végétation est assez abondante, avec déjà les couleurs de l'automne.

C’est là que nous avalons notre casse-croûte à l’ombre du platane, en face c’est l’un des rares endroits de ces gorges où la végétation est assez abondante, avec déjà les couleurs de l’automne.

En route ! C'est un chemin muletier typique, en bon état car entretenu pour les randonneurs.

En route ! C’est un chemin muletier typique, en bon état car entretenu pour les randonneurs.

La progression se fait dans un milieu essentiellement minéral, il y a bien moins de végétation que sur l'autre versant.

La progression se fait dans un milieu essentiellement minéral, il y a bien moins de végétation que sur l’autre versant. Bien que nous ne soyons pas en bord de mer, les rochers sont creusés, voire percés comme ici, de nombreux « taffoni ».

Le sentier s'élève progressivement pour rester toujours au-dessus de la route, à plusieurs dizaines de mètres, au gré des montées et des descentes selon la configuration du terrain.

Le sentier s’élève progressivement pour rester toujours au-dessus de la route, à plusieurs dizaines de mètres, au gré des montées et des descentes, selon la configuration du terrain.

La végétation est de type maquis méditerranéen, beaucoup de plantes buissonnantes sèches à cette saison.

La végétation est de type maquis méditerranéen, beaucoup de plantes buissonnantes sèches à cette saison.

Au-dessous de nous, nous pouvons voir les vasques du Golo, où l'eau ne semble pas particulièrement claire.

Au-dessous de nous, nous pouvons voir les vasques du Golo, où l’eau ne semble pas particulièrement claire.

Quelques lacets que nous venons de franchir...

Quelques lacets que nous venons de franchir…

Nous atteignons finalement le pont que nous nous étions fixé comme objectif, Ponte di l'Accia. Il est très joli, avec ses deux arches asymétriques, appuyées sur un rocher qui barre le ruisseau.

Nous atteignons finalement le pont que nous nous étions fixé comme objectif, Ponte di l’Accia. Il est très joli, avec ses deux arches asymétriques, appuyées sur un rocher qui barre le ruisseau.

Celui-ci forme d'ailleurs une bien jolie vasque au bas du pont.

Celui-ci forme d’ailleurs une belle vasque au bas du pont, avec une eau limpide.

Il nous reste encore à rejoindre la voiture par le même chemin, tandis qu'au dessous de nous passent encore plusieurs véhicules de pompiers, dans le sens de la descente heureusement : l'incendie doit être maîtrisé !

Il nous reste à rejoindre la voiture par le même chemin, tandis qu’au dessous de nous passent encore plusieurs véhicules de pompiers, dans le sens de la descente heureusement : l’incendie doit être maîtrisé !

Maîtrisé, mais encore sous contrôle, comme nous devions le constater le soir en voyant débarquer fort tard une vingtaine de pompiers dans l’unique restaurant local encore ouvert à cette saison. Un peu d’affolement, mais on assume : pas question de laisser ces braves soldats du feu le ventre vide !

Quant à nous, allons nous coucher pour être en forme pour la balade du lendemain.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s