Le sentier des douaniers.

Nous voici donc arrivés au samedi 27 septembre, date prévue pour tenter la balade du sentier des douaniers, qui suit le littoral du Cap Corse entre les villages de Barcaggio et Macinaggio, à l’extrémité nord de l’île. Après nous être renseignés sur la présence et les horaires des bateaux-promenade nous permettant de ne faire à pied que l’aller ou le retour (hors de question pour moi de faire 27km de marche dans la journée ! ), et avoir pas mal réfléchi, la solution qui s’imposait était de prendre le bateau du matin pour aller à Barcaggio, et de rentrer tranquillement à pied sans contrainte horaire jusqu’à Macinaggio où nous attendrait la voiture.

Nous voici à l'heure dite au port de Macinaggio, la journée s'annonce belle.

Nous voici à l’heure dite pour le départ au port de Macinaggio, la journée s’annonce belle.

Cette partie de la Méditerranée est la mer Tyrrhénienne, et ce matin l'eau y est d'une transparence et d'une couleur remarquables.

Cette partie de la Méditerranée est la mer Tyrrhénienne, et ce matin l’eau y est d’une transparence et d’une couleur remarquables.

Le calme aussi est remarquable, pas de vent, pas l'ombre d'une vague ; nous nous approchons des îles Finocchiarola, inhabitées sauf par quelques colonies d'oiseaux. Le plus grand des trois îlots est surmonté d'une tour génoise en ruines.

Le calme aussi est remarquable, pas de vent, pas l’ombre d’une vague ; nous nous approchons des îles Finocchiarola, inhabitées sauf par quelques colonies d’oiseaux. Le plus grand des trois îlots est surmonté d’une tour génoise en ruines.

Après cela, nous atteignons la rade de Santa Maria, avec la tour du même nom, dont nous allons nous approcher au plus près.

Après cela, nous atteignons la rade de Santa Maria, avec la tour du même nom, dont nous allons nous approcher au plus près.

La voici, elle a les pieds dans l'eau.

La voici, elle a les pieds dans l’eau.

Nous poursuivons le long de la côte en direction du Nord-Ouest, nous voici maintenant à l'extrême Nord de l'île avec la tour d'Agnello sur sa pointe.

Nous poursuivons le long de la côte en direction du Nord-Ouest, et nous arrivons  maintenant à l’extrême Nord de l’île, avec la tour d’Agnello sur sa pointe.

Il ne reste plus beaucoup de temps avant que nous n'arrivions au petit port de Barcaggio, tout le monde descend !

Il ne reste plus beaucoup de temps avant que nous n’arrivions au petit port de Barcaggio, terminus, tout le monde descend !

Sans perdre de temps, nous nous dirigeons vers le départ du sentier, qui commence par suivre la plage de Cala, déjà bien fréquentée.

Sans perdre de temps, nous nous dirigeons vers le départ du sentier, qui commence par suivre la plage de Cala, déjà bien fréquentée.

Au bord de la plage, je découvre quelques pavots jaunes qui ressemblent bien à ceux de chez nous, en bordure d'Océan.

Au bord de la plage, je découvre quelques pavots jaunes qui ressemblent fort à ceux que l’on rencontre chez nous, en bordure d’Océan. On peut même y faire ses provisions, visiblement.

L'île de la Giraglia est là tout près, avec son phare blanc.

L’île de la Giraglia est là tout près, avec son phare blanc.

Au bout de la plage, le sentier commence à grimper dans le maquis. Au bord de l'eau, on aperçoit les banquettes formées par les feuilles de posidonie, ces herbes sous-marines présentes dans ce secteur.

Au bout de la plage, le sentier commence à grimper dans le maquis. Au bord de l’eau, on aperçoit les banquettes formées par les feuilles de posidonie, ces herbes sous-marines présentes dans le secteur.

En bordure du maquis, quelques délicates fleurs blanches que j'ai pu identifier comme des narcisses tardifs. Fleuris fin septembre, on comprend le qualificatif !

En bordure du maquis, quelques délicates fleurs blanches que j’ai pu identifier comme des narcisses tardifs. Fleuris fin septembre, on comprend le qualificatif !

Le sentier suit maintenant une zone rocheuse, pour aller rejoindre la pointe d'Agnello avec sa tour, que nous avons déjà vue depuis le bateau.

Le sentier suit maintenant une zone rocheuse, pour aller rejoindre la pointe d’Agnello avec sa tour, que nous avons déjà vue depuis le bateau.

La voilà, perchée au bord du grand bleu. Le sentier continue à monter après la tour.

La voilà, perchée au bord du grand bleu. Le sentier continue à monter, après la tour.

Puis il redescend et se rapproche de nouveau de l'eau.

Puis il redescend et se rapproche de nouveau de l’eau.

Je passe un bon moment à poursuivre ce papillon qui me nargue, mais finit par se laisser prendre.

Je passe un bon moment à poursuivre ce papillon qui me nargue, mais finit par se laisser prendre.

Le sentier longe de superbes plages, avec toujours les inévitables vaches. Pour la bronzette, pas terrible au milieu des bouses...

Le sentier longe de superbes plages, avec toujours les inévitables vaches. Pour la bronzette, pas terrible au milieu des bouses…

Revoici maintenant le tour de Santa Maria que nous avons approchée en bateau ce matin. En fait, il n'en reste que la moitié encore debout, qui sait pour combien de temps...

Revoici maintenant la tour de Santa Maria que nous avons approchée en bateau ce matin. En fait, il n’en reste que la moitié encore debout, qui sait pour combien de temps…

Un bois flotté qui ressemble à un monstre gueule ouverte, hou !

Un peu plus loin, c’est un bois flotté qui ressemble à un monstre gueule ouverte, hou !

Et enfin, dernière surprise avant l'arrivée, un canon qui traîne dans la montagne, pointé sur... le village de Macinaggio tout proche !

Et enfin, dernière surprise avant l’arrivée, un canon qui traîne dans la montagne, pointé sur… le village de Macinaggio tout proche !

Et c’est la fin de la balade, ouf, mon genou a tenu le coup cette fois encore, et çà en valait la peine, comme je le pensais, une randonnée de toute beauté, vraiment. Mais je n’aurai pas besoin de berceuses pour m’endormir, ce soir…

Publicités

5 réflexions sur “Le sentier des douaniers.

  1. Les couleurs de la photo 14 sont truquées c est sur!!!!
    En ce qui concerne les bouses de vache, il paraît que c est bon pour les brûlures!!! Très pratique pour ceux qui oublient leur crèmes solaires! A la fin de la journée, quand t es tout brûle, tu te badigeones de bouse de vache! 🙂

    • Pour cela, rien de plus simple, il suffit de s’essuyer avec sa serviette de plage pleine de bouse. Hé non, les couleurs ne sont pas truquées, juste un peu assombries, comme avec des lunettes noires, d’ailleurs indispensables ce jour-là !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s