Fin septembre, ça se Corse de nouveau.

Nous voici maintenant arrivés fin septembre, époque de notre première migration automnale vers l’île de Beauté, un peu plus tôt que les années précédentes puisque ce premier départ se situait déjà le 24 septembre cette année. Un petit vol Toulouse Ajaccio nous amenait donc à pied d’œuvre en une grosse heure :

à l'arrivée, tandis que l'avion effectue son virage pour aller prendre la piste côté montagne, comme nous sommes maintenant un peu familiers des lieux, nous reconnaissons sur la côte sud du golfe d'Ajaccio la presqu'île d'Isolella.

à l’arrivée, tandis que l’avion effectue son virage pour aller prendre la piste côté montagne, comme nous sommes maintenant un peu familiers des lieux, nous reconnaissons sur la côte sud du golfe d’Ajaccio la presqu’île d’Isolella, où nous nous sommes déjà promenés à pied.

Après avoir pris possession de notre voiture, nous prenons la route vers le Nord pour rejoindre notre destination du soir : Porto. Nous retrouvons donc avec plaisir le spectacle de la route des calanches de Piana.

Une fois posés, après avoir pris possession de notre voiture de location, nous prenons la route vers le Nord pour rejoindre notre destination du soir : Porto. Nous retrouvons donc avec plaisir le spectacle de la route des calanches de Piana et du golfe de Porto.

Le ciel est menaçant le soir sur Porto, mais le soleil couchant réussit à percer à travers les nuages.

Le ciel est menaçant le soir sur Porto, mais le soleil couchant réussit à percer à travers les nuages.

Comme nous allons manger de l'autre côté de la rivière, nous empruntons la passerelle, joliment éclairée la nuit.

Comme nous allons manger de l’autre côté de la rivière, nous empruntons la passerelle, joliment éclairée la nuit.

Le lendemain matin, après les orages de la nuit, la montagne semble fumer de tous les côtés. Nous partons visiter le village d'Ota (que voici) et son premier pont génois.

Le lendemain matin, après les orages de la nuit, la montagne semble fumer de tous les côtés. Nous partons visiter le village d’Ota (que voici) et son premier pont génois.

La route passe très près de ce pont, mais elle est éboulée entre ce dernier et le village, il faut se garer et parcourir un bout de chemin à pied pour parvenir au bon endroit. Un beau laurier rose pousse à cet endroit.

La route passe très près de ce pont, mais elle est éboulée entre ce dernier et le village, il faut se garer et parcourir un bout de chemin à pied pour parvenir au bon endroit. Un beau laurier rose pousse là au bord de la route.

Voilà le pont, là-bas ! U ponte a Pianella, il s'appelle. Une belle arche élégante.

Voilà le pont, là-bas ! U ponte a Pianella, il s’appelle. Une belle arche élégante.

De près, il n'est pas mal non plus.

De près, il n’est pas mal non plus.

Au bord de la rivière de Porto, sous le pont, poussent et fleurissent de jolies plantes à fleurs jaunes. Il me semble que ce pourraient être les fameuses inules visqueuses, réputées pour combattre la mouche de l'olive.

Au bord de la rivière de Porto, sous le pont, poussent et fleurissent de jolies plantes à fleurs jaunes. Il me semble que ce pourraient être les fameuses inules visqueuses, réputées pour combattre la mouche de l’olive.


En remontant vers Ota, le soleil et l'atmosphère humide après les pluies nocturnes donnent au paysage un aspect de jungle tropicale.

En remontant vers Ota, le soleil et l’atmosphère humide après les pluies nocturnes donnent au paysage un aspect de jungle tropicale.

En retournant vers Porto, l'étude de la carte nous permet de repérer qu'une petite route en cul-de-sac mène jusqu'à la plage de Bussaglia, où l'on pourra peut-être casser la croûte. Nous découvrons une belle plage de galets multicolores.

En retournant vers Porto, l’étude de la carte nous permet de repérer qu’une petite route en cul-de-sac mène jusqu’à la plage de Bussaglia, où l’on pourra peut-être casser la croûte. Nous découvrons une belle plage de galets multicolores.

A cette saison, les paillotes ne sont peut-être pas encore toutes fermées, mais nous sommes en semaine et l'activité y est plutôt réduite.

A cette saison, les paillotes ne sont peut-être pas encore toutes fermées, mais nous sommes en semaine et l’activité y est plutôt réduite.

Après avoir mangé, nous voilà repartis dans la même vallée que ce matin, mais sur l'autre versant cette fois, pour rejoindre le départ du sentier qui mène au deuxième pont génois de la commune d'Ota. Revoici d'ailleurs le village, vu d'en face cette fois.

Après avoir mangé, nous voilà repartis dans la même vallée que ce matin, mais sur l’autre versant cette fois, pour rejoindre le départ du sentier qui mène au deuxième pont génois de la commune d’Ota. Revoici d’ailleurs le village, vu d’en face cette fois.


Le départ de notre chemin est près du pont routier. L'itinéraire longe la rivière vers l'amont (un bon moyen pour trouver les ponts, d'ailleurs).

Le départ de notre chemin est près du pont routier. L’itinéraire longe la rivière vers l’amont (un bon moyen pour trouver les ponts, d’ailleurs).

C'est une voie de communication ancienne, entre Ota et Evisa.

C’est une voie de communication ancienne, entre Ota et Evisa.

Et voilà u ponte a Zaglia, notre deuxième pont "génois" de la journée. Après l'avoir bien admiré, nous redescendons par le même chemin jusqu'à notre point de départ.

Et voilà u ponte a Zaglia, notre deuxième pont « génois » de la journée. Après l’avoir bien admiré, nous redescendons par le même chemin jusqu’à notre point de départ.


Maintenant, les nuages se sont complètement dissipés, et comme il nous reste encore un peu de temps, nous allons retourner le long de la route du sud pour profiter de l’éclairage du soleil couchant sur les roches rouges des calanches et même tenter d’apercevoir le fameux cœur de Piana !
Nous y voilà ! La lumière est en effet très belle au soleil du soir.

Nous y voilà ! La lumière est en effet très belle au soleil du soir.

et voilà notre fameux cœur !

et voilà notre fameux cœur !

Les rochers déchiquetés par l'érosion.

Les rochers déchiquetés par l’érosion.

Ici on aperçoit plus particulièrement ces fameux taffoni, trous du rocher creusés par un certain type d'érosion, liée au climat local.

Ici on aperçoit plus particulièrement ces fameux taffoni, trous du rocher creusés par un certain type d’érosion, liée au climat local.


Une première journée bien remplie, avant une deuxième nuit à Porto ; objectif pour le lendemain : la promenade en bateau jusqu’à la réserve naturelle de Scandola, à condition que les dieux du ciel nous soient favorables…

Publicités
Cette entrée a été publiée dans Corse. Bookmarquez ce permalien.

Une réflexion sur “Fin septembre, ça se Corse de nouveau.

  1. Bravo pour vos superbes photos ! Je me documente sur la Corse en vue d’un futur voyage sur l’île de beauté. 38 ans après ma 1° découverte de l’île, avec mes parents, à l’âge de 8 ans ! Passionnée de photos et de voyages, je me régale en parcourant votre blog. Merci et à bientôt, Nathalie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s