Le 21 septembre, aujourd’hui….

Hé oui, difficile de ne pas avoir une petite pensée pour l’ami Georges quand on approche du 22 septembre. Le 21, c’était donc tout à fait le bout de l’été, et je commençais à avoir la chanson qui me trottait dans la tête. Après une longue période d’abstinence, la journée était propice pour ajouter quelques petites bornes faciles à notre border collection. Mais en commençant tout de même par une borne à problèmes : la 59, déjà recherchée en vain par Daniel dans le ruisseau au pied de l’Atxuria, et cependant exhibée à la télévision dans l’émission « des racines et des ailes  » sur la frontière pyrénéenne diffusée cet été.

Il faut commencer par se rendre dans le secteur où on sait qu'elle se trouve, entre Sare et Zugarramurdi, au pied de l'Atxuria, un peu plus loin que les grottes de Sare.

Il faut commencer par se rendre dans le secteur où on sait qu’elle se trouve, entre Sare et Zugarramurdi, au pied de l’Atxuria, un peu plus loin que les grottes de Sare.

La végétation est touffue, ce n'est pas facile d'accéder au ruisseau.

La végétation est touffue, ce n’est pas facile d’accéder au ruisseau.

Formidable ! On ne sait pas si c'est suite à l'émission de télé, mais quelqu'un a posé une pancarte repère sur un piquet planté près de la borne ! Bonne idée...

Formidable ! On ne sait pas si c’est suite à l’émission de télé, mais quelqu’un a posé une pancarte sur un piquet planté près de la borne ! Bonne idée…

car en effet, elle est en grande partie enterrée dans les gravats rejetés par la carrière voisine, ce qui la rend presque invisible avec la végétation environnante.

car en effet, elle est en grande partie enterrée dans les gravats rejetés par la carrière voisine, ce qui la rend presque invisible avec la végétation environnante. Pas sûr qu’on l’aurait trouvée sans ce précieux repère.

Contents de cette première découverte, nous reprenons la route vers le village des sorcières (Zugarramurdi), avant de rejoindre le village frontière de Dancharia derrière lequel nous avons prévu de recenser quelques bornes supplémentaires.

Contents de cette première découverte, nous reprenons la route vers le village des sorcières (Zugarramurdi), avant de rejoindre le village frontière de Dancharia derrière lequel nous avons prévu de recenser quelques bornes supplémentaires.

Voici d'abord la borne 73, au bord du ruisseau.

Voici d’abord la borne 73, au bord du ruisseau.

Un peu plus loin, c'est la 74, qui est d'un modèle différent d'ailleurs, et toujours au bord du ruisseau.

Un peu plus loin, c’est la 74, qui est d’un modèle différent, mais toujours au bord du ruisseau.

Ici la pêche est réglementée : taille de capture, 2cm, le panneau a juste été un peu bricolé...

Ici la pêche est réglementée : taille de capture, 2cm, le panneau a juste été un peu bricolé par un pêcheur facétieux…

A côté, il y a un centre de l'INRA avec quelques bassins à poissons, protégés par des filets anti oiseaux.

A côté, il y a un centre de l’INRA avec quelques bassins à poissons, protégés par des filets anti-oiseaux.

L'heure passe et il est temps de chercher un endroit pour casser la croûte. Ce n'est pas ce qui manque à Dancharia, et nous rejoignons une partie un peu éloignée de la route principale, et que nous ne connaissions pas.

L’heure passe et il est temps de chercher un endroit pour casser la croûte. Ce n’est pas difficile à trouver  à Dancharia, nous rejoignons pour cela une partie du village un peu éloignée de la route principale, et que nous ne connaissions pas.

Ici, certains clients sont très à cheval !

Ici, certains clients sont très à cheval ! Et il y a beaucoup de monde dans les restaurants, comme souvent le dimanche en Pays basque. Nous finissons tout de même par trouver un endroit où manger, après quoi il nous reste encore un peu de temps pour aller à la recherche des deux bornes suivantes.

Après avoir emprunté la petite route sinueuse et pentue qui grimpe jusqu'au col des Veaux, nous poursuivons vers la droite jusqu'au col du Gorospil ; un paysage typiquement basque s'offre à nos yeux lorsqu'on regarde vers le bas.

Après avoir emprunté la petite route sinueuse et pentue qui grimpe jusqu’au col des Veaux, nous poursuivons vers la droite jusqu’au col du Gorospil ; un paysage typiquement basque s’offre à nos yeux lorsqu’on regarde vers le bas.

Il n'y a pas bien loin à aller pour rencontrer la borne 76, sur la crête, tout près d'un superbe menhir couché.

Il n’y a pas bien loin à aller pour rencontrer la borne 76, sur la crête, tout près d’un superbe menhir couché.

Chose curieuse, le menhir a même servi anciennement de repère pour la frontière, il a une ligne gravée, qui semble former une sorte de croix avec une faille naturelle de la pierre, et des lettres sont gravées qui repèrent les différents territoires adjacents : B pour Baztan, Y pour Itsassou et Ez pour Espelette.

Chose curieuse, le menhir a même servi anciennement de repère pour la frontière, il a une ligne gravée, qui semble former une sorte de croix avec une faille naturelle de la pierre, et des lettres sont gravées qui repèrent les différents territoires adjacents : B pour Baztan, Y pour Itsassou et Ez pour Espelette.

L'endroit est agréable et offre une vue dégagée, mais il va falloir descendre un peu pour trouver la borne 75 qui se trouve en haut du ruisseau au bord duquel nous avions trouvé la 74, c'est le ruisseau qui sert de frontière entre les deux.

L’endroit est agréable et offre une vue dégagée, mais il va falloir descendre un peu pour trouver la borne 75 qui se trouve en haut du ruisseau au bord duquel nous avions trouvé la 74, c’est lui qui sert de frontière entre les deux.

Au passage, deux oiseaux pas trop farouches qui se perchent sur les rochers pour surveiller les environs.

Au passage, deux oiseaux pas trop farouches qui se perchent sur les rochers pour surveiller les environs.

Voilà ce que nous cherchions, elle est un peu au-dessous du col.

Voilà celle que nous cherchions, elle est un peu au-dessous du col.

Après cela, il nous reste encore à descendre dans le ravin juste au-dessous, où prend naissance le ruisseau frontière, car il semble que nombre de bornes antérieures aient été cassées et jetées par là.

Après cela, il nous reste encore à descendre dans le ravin juste au-dessous, où prend naissance le ruisseau frontière, car il semble que nombre de bornes antérieures aient été cassées et jetées par là.

Et en effet, nous trouvons deux endroits différents avec trois anciennes bornes chaque fois, un cimetière de bornes en quelque sorte.

Et en effet, nous trouvons deux endroits différents avec trois anciennes bornes chaque fois, un cimetière de bornes en quelque sorte. Il y en a de plusieurs modèles.

Il ne nous reste plus qu'à remonter jusqu'au col pour rejoindre la voiture, après avoir salué un bel arbre mort  planté un peu plus loin sur les flancs du Gorospil.

Il ne nous reste plus qu’à remonter jusqu’au col pour rejoindre la voiture, après avoir salué un bel arbre mort planté un peu plus loin sur les flancs du Gorospil.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s