Balade ossaloise.

Ossaloise, cela signifie : de la vallée d’Ossau, cette grande vallée pyrénéenne creusée par le Gave, juste au sud de la ville de Pau, et magnifiquement dominée par le célèbre et majestueux Pic du Midi d’Ossau.
Nous voici maintenant arrivés début septembre, avec l’obligation de faire une grosse réparation sur la voiture ; rendez-vous pris le 4 septembre, nous quittons Anglet de bonne heure pour arriver à Pau vers 8h et profiter du prêt de véhicule par le garage pour aller nous balader aux environs. Nous ne nous enfonçons pas bien loin dans la vallée, seulement jusqu’au village d’Aste (commune d’Aste-Béon) d’où nous allons emprunter un ancien chemin pastoral pour arriver jusqu’au Port D’Aste à 1030m d’altitude.

Au village d'Aste, on se stationne en face de la maison "Nicole" :)

Au village d’Aste, on se stationne en face de la maison « Nicole » 🙂

puis on se met en route, en passant devant une belle entrée de maison,

puis on se met en route, en passant devant une belle entrée de jardin,

puis un joli portillon bleu entre asters et roses trémières.

et un joli portillon bleu entre asters et roses trémières.

Le chemin est presque partout empierré, il monte à flanc de montagne et s'élève rapidement au-dessus du village.

Le chemin est presque partout empierré, il monte à flanc de montagne et s’élève rapidement au-dessus du village.

Le long du chemin poussent de beaux géraniums sauvages (sanguins, je pense).

Le long du chemin poussent de beaux géraniums sauvages (sanguins, je pense).

Nous délaissons un joli petit sentier qui part sur notre droite.

Nous délaissons un petit sentier qui part sur notre droite.

Aux endroits où la vue est dégagée, on constate que le village est déjà bien au-dessous de nous.

Aux endroits où la vue est dégagée, on constate que le village est déjà bien au-dessous de nous.

Enfin nous sortons de la partie boisée, il y a quelques beaux chardons bleus dans l'herbe épaisse.

Enfin nous sortons de la partie boisée, il y a quelques beaux chardons bleus dans l’herbe épaisse.

Azurés, les papillons, bien que la femelle soit plutôt cuivrée dans le cas présent. Ils sont trop occupés pour craindre l'approche de la  photographe !

Azurés aussi, les papillons, bien que la femelle soit plutôt cuivrée dans le cas présent. Ils sont trop occupés pour craindre l’approche de la photographe !

Même les moutons ont l'air d'être bleus, par ici !

Même les moutons ont l’air d’être bleus, par ici !

Nous traversons maintenant les pâturages, où les vaches nous regardent passer, cornes en haut ou cornes en bas.

Nous traversons maintenant les pâturages, où les vaches nous regardent passer, cornes en haut ou cornes en bas.

Enfin nous rejoignons la piste par laquelle nous redescendrons tout à l'heure,

Enfin nous rejoignons la piste par laquelle nous redescendrons tout à l’heure,

au bord de laquelle une vache avec des lunettes noires nous regarde passer.

au bord de laquelle une vache avec des lunettes noires nous regarde passer.

Nous y voilà !

Nous y voilà !

Tiens, voilà une vache qui n'a plus brouté depuis un moment.

Tiens, voilà une vache qui n’a plus brouté depuis un moment.

Et voici l'enfilade des granges le long de la piste.

Et voici l’enfilade des granges le long de la piste.

Derrière les granges, le taureau solitaire impressionne par sa stature.

Derrière les granges, de beaux pâturages dans lesquels le taureau solitaire impressionne par sa stature.

Il est temps de casser une petite croûte.

Il est temps de casser une petite croûte.

L'enfilade des granges vue dans l'autre sens.

L’enfilade des granges vue dans l’autre sens.

Puis nous entamons le descente par la piste, ce sera plus long mais moins rude pour les genoux.

Puis nous entamons la descente par la piste, ce sera plus long mais moins rude pour les genoux.

Le long de la piste, les œillets sauvages abondent et embaument.

Le long du chemin, les œillets sauvages abondent et embaument.

On retrouve la vue sur la vallée, au-dessous de nous.

On retrouve la vue sur la vallée, au-dessous de nous.

Quelques bouleaux aux écorces blanches bordent le chemin.

Quelques bouleaux aux écorces blanches bordent le chemin.

Étonnantes, toutes ces fleurs en septembre ! L'été aurait-il prodigué une humidité printanière ?

Étonnantes, toutes ces fleurs en septembre ! L’été aurait-il prodigué une humidité printanière ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s