Balade avec les frangines.

Nous voilà maintenant le 21 juin, de retour à Anglet pour les dernières obligations professionnelles du futur retraité ; pas de chance pour nos amies Jacqueline et Christiane les navigatrices, que nous n’avons pas encore revues depuis leur retour en France il y a déjà quelques mois, et qui auraient bien profité de leur créneau vacances pour venir marcher un peu en Ariège. Pour cette fois, il faudra se contenter du Pays Basque, pour se voir un peu, sans que cela les empêche d’aller de leur côté dans les Hautes-Pyrénées pour calmer leurs démangeaisons plantaires sur des sentiers un peu plus élevés. Nous les accueillons donc chez nous le samedi 21 dans l’après-midi, dans un superbe break Dacia flambant neuf, suite à la perte malencontreuse de la voiture précédente dans le célèbre passage du Gois entre le continent et l’île de Noirmoutier (oups !)
Un peu de temps le samedi soir pour aller marcher le long des plages d’Anglet, et…
Jacqueline

…elles en profitent pour tester les accessoires sportifs mis à disposition !

…elles en profitent pour tester les accessoires sportifs mis à disposition !

Le lendemain dimanche, l’encore actif s’est libéré un créneau entre deux lectures de rapports de stage et nous a préparé une petite balade du côté de la Rhune, en route !

Notre départ est prévu côté espagnol (au Pays Basque sud, devrais-je dire), et après avoir franchi le col d’Ibardin nous descendons jusqu’à Vera, où nous bifurquons vers la gauche pour rejoindre notre chemin d’accès.  Mais c’est justement le jour de la fête de Saint-Sacrement (personne ne nous l’avait dit, évidemment), et le village se prépare activement à la célébration.

Notre départ est prévu côté espagnol (au Pays Basque sud, devrais-je dire), et après avoir franchi le col d’Ibardin nous descendons jusqu’à Vera, où nous bifurquons vers la gauche pour rejoindre notre chemin d’accès. Mais c’est justement le jour de la fête de Saint-Sacrement (personne ne nous l’avait dit, évidemment), et le village se prépare activement à la célébration.

Tout est décoré d’une profusion de verdure, fougères et branches coupées essentiellement, les balcons sont tendus de tissus et les dentelles aux fenêtres, et une estrade est dressée sur la place, sans doute pour la célébration de la messe du jour. Nous continuons notre chemin après une petite halte.

Tout est décoré d’une profusion de verdure, fougères et branches coupées essentiellement, les balcons sont tendus de tissus et les dentelles aux fenêtres, et une estrade est dressée sur la place, sans doute pour la célébration de la messe du jour. Nous continuons notre chemin après une petite halte.

Après quelques doutes sur notre itinéraire, nous finissons par arriver à l’endroit recherché ; on va se garer ici, le panneau nous y engage. L’un des rares encore traduit en français, notre langue n’étant plus au goût du jour  dans l’Espagne des régions, on peut d’ailleurs apprécier l’originalité de  l’orthographe utilisée.

Après quelques doutes sur notre itinéraire, nous finissons par arriver à l’endroit recherché ; on va se garer ici, le panneau nous y engage. L’un des rares encore traduit en français, notre langue n’étant plus au goût du jour dans l’Espagne des régions, on peut d’ailleurs apprécier l’originalité de l’orthographe utilisée.

Nous voilà partis.

Nous voilà partis.

Il y a déjà quelques bruyères en fleurs, sûrement pas les mêmes qui repeignent de violet les montagnes ariégeoises à la fin du mois d’août !

Il y a déjà quelques bruyères en fleurs, sûrement pas les mêmes qui repeignent de violet les montagnes ariégeoises à la fin du mois d’août !

Autour de nous, un paysage basque typique, très vert, quelques maisons blanches et le petit village au loin, dans la grisaille environnante.

Autour de nous, un paysage basque typique, très vert, quelques maisons blanches et le petit village au loin, dans la grisaille environnante.

Un poulain déjà grand tète encore sa mère, une superbe jument à la grande crinière blonde de star hollywoodienne !

Un poulain déjà grand tète encore sa mère, une superbe jument à la grande crinière blonde de star hollywoodienne !

Dans toute cette verdure il y a quand même quelques fleurs. Un chardon, peut-être ? Belle image des symétries dans la nature…

Dans toute cette verdure il y a quand même quelques fleurs. Un chardon, peut-être ? Belle image des symétries dans la nature…

Nous arrivons presque à la crête quand une voiture nous dépasse (300€ d’amande ?), puis s’arrête dans un virage ; deux jeunes en descendent avec un grand sac et une panière à pain, ils s’écartent un peu et commencent à jeter du pain tout autour d’eux tandis que les chevaux accourent de toute part. Je suppose que c’est une façon de garder une relation avec leurs bêtes, qui sont ici en totale liberté sur la montagne.

Nous arrivons presque à la crête quand une voiture nous dépasse (300€ d’amande ?), puis s’arrête dans un virage ; deux jeunes en descendent avec un grand sac et une panière à pain, ils s’écartent un peu et commencent à jeter du pain tout autour d’eux tandis que les chevaux accourent de toute part. Je suppose que c’est une façon de garder une relation avec leurs bêtes, qui sont ici en totale liberté sur la montagne.

Nous voilà sur la crête, et dans le nuage. Nos deux éclaireurs semblent perplexes devant la borne qui signale la présence de cromlechs, souvent bien peu visibles pour les non-initiés comme nous. Quelques bosses dans l’herbe…

Nous voilà sur la crête, et dans le nuage. Nos deux éclaireurs semblent perplexes devant la borne qui signale la présence de cromlechs, souvent bien peu visibles pour les non-initiés comme nous. Quelques bosses dans l’herbe…

Voilà encore un groupe de chevaux qui passe près de nous.

Voilà encore un groupe de chevaux qui passe près de nous.

Nous gravissons le monticule voisin pour y découvrir une belle croix pattée, ancienne marque frontière entre les bornes 22 et 23. À ajouter à notre collection !

Nous gravissons le monticule voisin pour y découvrir une belle croix pattée, ancienne marque frontière entre les bornes 22 et 23. À ajouter à notre collection !

Au col de Zizkoitz, nous changeons maintenant de versant pour prendre le chemin qui passe à flanc sous la petite Rhune, il débute sous ces étranges hêtres aux immenses branches qui s’allongent à quelques dizaines de centimètres seulement au-dessus du sol.

Au col de Zizkoitz, nous changeons maintenant de versant pour prendre le chemin qui passe à flanc sous la petite Rhune, il débute sous ces étranges hêtres aux immenses branches qui s’allongent à quelques dizaines de centimètres seulement au-dessus du sol.

Le chemin passe près de ce lieu où un artiste local a sculpté et décoré les rochers, pour rendre hommage à Maurice Abeberry, décédé le 21 février 1988 au col de Zizkoitz, au cours d'une promenade à la Rhune.

Le chemin passe près de ce lieu où un artiste local a sculpté et décoré les rochers, pour rendre hommage à Maurice Abeberry, décédé le 21 février 1988 au col de Zizkoitz, au cours d’une promenade à la Rhune.

Diverses sculptures et incrustations constituent ce mémorial, ici c’est un arbre stylisé qui ressort bien dans l’environnement brumeux du jour.

Diverses sculptures et incrustations constituent ce mémorial, ici c’est un arbre stylisé qui ressort bien dans l’environnement brumeux du jour.

Devant nous, le vallon qui descend vers Olhette. Par ici, il vaut mieux être amateur de verdure pour apprécier les paysages !

Devant nous, le vallon qui descend vers Olhette. Par ici, il vaut mieux être amateur de verdure pour apprécier les paysages !

14799932843_66ff3331ca_c

Les fougères s’étirent gracieusement.

Je poursuis le chemin sous les mélèzes sans escalader la butte où se trouve peut-être une autre ancienne croix frontière, il me faut épargner mon genou défaillant pour la redoutable descente vers Yasola, où nous espérons pouvoir manger.

Je poursuis le chemin sous les mélèzes sans escalader la butte où se trouve peut-être une autre ancienne croix frontière, il me faut épargner mon genou défaillant pour la redoutable descente vers Yasola, où nous espérons pouvoir manger.

Voilà qui est fait ! Aaaaah, le cidre bien frais…

Voilà qui est fait ! Aaaaah, le cidre bien frais…

Le chemin du retour serpente dans la forêt, au-dessous de la crête, versant sud.

Le chemin du retour serpente dans la forêt, au-dessous de la crête, versant sud.

Et voilà, nous apercevons maintenant la voiture là-bas ! Une belle balade cette fois encore sur ce massif de la Rhune, et en boucle s’il vous plaît, merci le guide !

Et voilà, nous apercevons maintenant la voiture là-bas ! Une belle balade cette fois encore sur ce massif de la Rhune, et en boucle s’il vous plaît, merci le guide !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s