Balade en pays catalan (suite).

La suite de la balade, après un arrêt pique-nique non loin de la belle terrasse du parador, devait nous amener jusqu’à Sant Miquel del Fai, après avoir renoncé à pousser jusqu’à Sant Pere de Casseres pour cause de timing trop serré, sachant que notre guide et tour opérator, bien renseigné, nous annonçait une fermeture à 18h30 pour le site de Sant Miquel…
Nous prenons donc la direction du sud, et arrivés à Sant Feliu de Codines nous prenons vers la gauche une petite route sinueuse qui en quelques kilomètres va nous amener à notre but. Surprise en découvrant les lieux à distance…

Nous découvrons depuis la route ce site incroyable, avec le prieuré posé sur son étagère rocheuse en surplomb au-dessus du vide.

Nous découvrons depuis la route ce site incroyable, avec le prieuré posé sur son étagère rocheuse en surplomb au-dessus du vide.

Pour accéder aux lieux, après s'être stationné sur un immense parking désert à cette époque, il faut franchir un pont de pierre (mais on peut aussi passer en bas car il n'y a pas d'eau qui coule dessous), puis le chemin passe dans une faille rocheuse, sous un arc de pierre que l'on aperçoit ici, un peu plus loin.

Pour accéder à l’abbaye, après s’être stationné sur un immense parking, désert à cette époque, il faut franchir un pont de pierre (mais on peut aussi passer en bas car il n’y a pas d’eau qui coule ), puis le chemin passe dans une faille taillée dans le rocher, sous un arc de pierre que l’on aperçoit ici, un peu plus loin.

Le chemin descend ensuite le long de la falaise, au bout d'un moment il est longé par une rigole qui canalise les eaux qui suintent de la falaise.

Le chemin descend ensuite le long de la falaise, au bout d’un moment il tourne vers la droite et est longé par une rigole qui canalise les eaux qui suintent de la falaise.

Il y a même une source captée avec un filet d'eau continu.

Il y a même une source captée avec un filet d’eau continu.

Le chemin et la rigole, qui s'est maintenant élargie, suivent un replat certainement creusé au fil des millénaires par l'érosion d'une couche de roche tendre entre deux couches plus dures.

Le chemin et la rigole, qui s’est maintenant élargie, suivent un replat creusé au fil des millénaires par l’érosion d’une couche de roche tendre entre deux couches plus dures.

La rigole alimente des bassins qui agrémentent l'entrée.

La rigole alimente des bassins qui agrémentent l’entrée.

Serge a trouvé quelque chose à dire, mais je ne m'en rappelle pas, bizarre...

Serge a trouvé quelque chose à dire, mais je ne m’en rappelle pas, bizarre…

Sans nous attarder à la maison du Prieuré qui abrite diverses salles dédiées à des fêtes, séminaires ou réunions de toute nature, nous poursuivons le chemin qui passe maintenant carrément sous la falaise qui lui sert de toit, ainsi qu'à la très vieille église Sant Miquel, du Xème siècle, seule église romane d'Espagne entièrement construite sous une grotte.

Sans nous attarder à la maison du Prieuré qui abrite diverses salles dédiées à des fêtes, séminaires ou événements de toute sorte, nous poursuivons le chemin qui passe maintenant carrément sous la falaise, qui lui sert de toit, ainsi qu’à la très vieille église Sant Miquel, du Xème siècle, seule église romane d’Espagne entièrement construite sous une grotte.

A notre gauche, le campanile a simplement été bâti en joignant le sol au plafond naturel, les deux cloches en sont malheureusement cassées.

A notre gauche, le campanile a simplement été bâti en joignant le sol au plafond naturel, les deux cloches en sont malheureusement cassées.

A l'intérieur de l'église, dont le plafond est celui de la grotte.

L’intérieur de l’église, aménagée dans la grotte.

On peut y voir la statue gothique de la "Virgen del Fai", ou tout au moins une réplique, car l'originale est conservée dans un musée à Barcelone.

On peut y voir la statue gothique de la « Virgen del Fai », ou tout au moins une réplique, car l’originale est conservée dans un musée à Barcelone.

Le parcours continue en descendant après avoir longé un plan d'eau aménagé un peu plus loin. Derrière nous, on voit maintenant très bien la configuration des lieux.

Le parcours continue en descendant après avoir longé un petit plan d’eau aménagé. Derrière nous, on voit maintenant très bien la configuration des lieux.

Sur notre gauche, un grand escalier descend le long de la falaise, offrant une belle vue sur la partie basse de la grande cascade de la Tenes, toute tapissée d'une abondante végétation.

Sur notre gauche, un grand escalier descend le long de la falaise, offrant une belle vue sur la partie basse de la grande cascade de la Tenes, toute tapissée d’une abondante végétation.

Il nous permet d'accéder à la grotte de Sant Miquel, découverte en 1847, fermée du côté du vide par les concrétions calcaires formant un rideau de colonnes.

Il nous permet d’accéder à la grotte de Sant Miquel, découverte en 1847, fermée du côté du vide par les concrétions calcaires formant un rideau de colonnes.

Après le retour en haut de l'escalier, nous reprenons notre trajet en continuant à suivre la corniche. Au bas de la falaise, sur notre droite, s'ouvre l'accès à un lac souterrain appelé "lac des nonnes" (llac de les monges), dans lequel on peut apercevoir que des poissons ont élu domicile ; la légende dit qu'en guise de châtiment divin pour avoir succombé aux tentations charnelles, les nonnes furent maudites et obligées à demeurer sous une forme animale dans ce mini-lac froid et obscur.

Après le retour en haut de l’escalier, nous reprenons notre trajet en continuant à suivre la corniche. Au bas de la falaise, sur notre droite, s’ouvre l’accès à un lac souterrain appelé « lac des nonnes » (llac de les monges), dans lequel on peut apercevoir que nagent des poissons ; la légende dit qu’en guise de châtiment divin pour avoir succombé aux tentations charnelles, les nonnes furent maudites et obligées à demeurer sous une forme animale dans ce mini-lac froid et obscur. Brrrrrr…..

Puis c'est la place du repos, avec la statue de l'écrivain et journaliste catalan Josep Pla, assis sur son banc.

Puis c’est la place du repos, avec la statue de l’écrivain et journaliste catalan Josep Pla, assis sur son banc.

Toujours en suivant la corniche rocheuse, on passe ensuite derrière la cascade de la Tenes, avec une petite pensée pour Tintin dans "le temple du soleil".

Toujours en suivant la corniche rocheuse, on passe ensuite derrière la cascade de la Tenes, avec une petite pensée pour Tintin dans « le temple du soleil ».

Au bout de la corniche, nous parvenons finalement à l'ermitage Sant Marti, le plus ancien bâtiment du site (IXe siècle). On en voit ici l'entrée...

Au bout de la corniche, nous parvenons finalement à l’ermitage Sant Marti, le plus ancien bâtiment du site (IXe siècle). On en voit ici l’entrée…

...et là l'intérieur, très dépouillé, avec sa belle abside romane.

…et là l’intérieur, très dépouillé, avec sa belle abside romane.

Un dernier coup d’œil sur la cascade derrière laquelle nous sommes passés tout à l'heure, avant de quitter le site un peu contraints par la limite horaire.

Un dernier coup d’œil sur la cascade derrière laquelle nous sommes passés tout à l’heure, avant de quitter les lieux un peu contraints par la limite horaire.

Il ne nous reste plus qu'à rejoindre notre logis du soir à San Salvador de Guardiola, en s'accordant juste un petit arrêt pour immortaliser cet extraordinaire champ de coquelicots !

Il ne nous reste plus qu’à rejoindre notre logis du soir à San Salvador de Guardiola, en s’accordant juste un petit arrêt pour immortaliser ces extraordinaires champs de coquelicots !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s