Balade en pays catalan.

Nous voilà arrivés début juin. Pour des raisons d’emploi du temps, la balade de début d’été se trouvait cette année avancée à cette date, et sérieusement déviée vers l’Est puisque le rendez-vous et point de départ était fixé à Portbou, et donc à l’autre bout des Pyrénées, pour ce qui nous concerne. Un rendez-vous quelque peu perturbé ce lundi 2 juin : après une nuit de cauchemar, je n’étais pas en état de faire le trajet en voiture dès le matin et optai donc pour une arrivée différée par un train du soir, tandis que sur place à la maison, la toute nouvelle installation électrique s’avérait défaillante (à moins que ce ne soit l’installateur), et Daniel aidé de Serge devait en catastrophe remettre en service l’ancien réseau en 12V, faute de pouvoir bénéficier des conseils de l’électricien en congé pour la semaine. Premier contact un peu rude avec « notre » maison de Portbou pour Nanou et Serge, sans oublier une petite brise de tramontane pour se mettre tout de suite dans l’ambiance.
Mais le lendemain matin, tout le monde avait bien dormi (même moi entre deux passages aux toilettes), le vent était tombé, le soleil brillait, et nous voilà partis pour une première journée touristique qui devait nous amener le soir jusqu’à notre gîte dans la région de Montserrat.

C'est le moment du départ, la Volvo fait demi-tour devant la maison.

C’est le moment du départ, la Volvo fait demi-tour devant la maison.

Noooooooon ! Ne saute paaaaas !....

Noooooooon ! Ne saute paaaaas !….

Non, elle n’a pas sauté, d’ailleurs ce n’est pas une falaise après le virage, juste la montagne pleine de plantes qui piquent, et çà doit faire très très mal de tomber dedans.

Première étape : la petite ville médiévale de Besalú ; nous nous stationnons près de l'église Sant Marti de Capellada

Première étape : la petite ville médiévale de Besalú ; nous nous stationnons près de l’église Sant Marti de Capellada

tout près du pont routier qui offre une belle vue sur le superbe "pont vell" (le vieux pont), bien plus ancien.

tout près du pont routier qui offre une belle vue sur le superbe « pont vell » (le vieux pont), bien plus ancien.

La rivière, c'est le rio Fluvià, où se reflète le pont.

La rivière, c’est le rio Fluvià, où se reflète le pont.

Pour accéder au pont côté ville, il faut longer les remparts et les ruelles médiévales. Un fantaisiste a trouvé une bonne place pour ses vieilles chaises !

Pour accéder au pont côté ville, il faut longer les remparts et les ruelles médiévales. Un fantaisiste a trouvé ici une bonne place pour ses vieilles chaises !

Trois touristes sur le vieux pont ; prudents, ils se sont mis dans un refuge au cas où un autobus passerait.

Trois touristes sur le vieux pont ; prudents, ils se sont mis dans un refuge au cas où un autobus passerait,…

...ils admirent la vieille ville dont les maisons se serrent au bord de la rivière.

…ils admirent la vieille ville dont les maisons se serrent au bord de la rivière.

La ruelle qui mène au pont est pleine de boutiques pour les touristes, qui commencent à affluer.

La ruelle qui mène au pont est pleine de boutiques pour les touristes, qui commencent à affluer.

Un étroit passage entre deux maisons.

Un étroit passage entre deux maisons de pierre.

Près de l'église Sant Pere, c'est le jour du marché.

Près de l’église Sant Pere, c’est le jour du marché.

En revenant vers la voiture, une belle maison rue Tallaferro.

En revenant vers la voiture, une belle maison rue Tallaferro.

Puis nous reprenons notre route, qui nous amène jusqu'au village de Castellfollit de la Roca, perché sur sa falaise.

Puis nous reprenons notre route, qui nous amène jusqu’au village de Castellfollit de la Roca, perché sur sa falaise.

On s'amuse d'y trouver une rue du cinglé. En fait, cingle signifie falaise, c'est moins rigolo.

On s’amuse d’y trouver une rue du cinglé. En fait, cingle signifie falaise, c’est moins rigolo.

Les badauds de la rue du cinglé. Il y a moins de monde qu'à Besalú !

Les badauds de la rue du cinglé. Il y a moins de monde qu’à Besalú !

Nous arrivons à une place bordée par la falaise, où l'un des habitants cultive avec goût une jolie collection de fleurs.

Nous arrivons à une place bordée par la falaise, où l’un des habitants cultive avec goût une jolie collection de fleurs.

Suspendu au-dessus du vide, un jardinier élimine les mauvaises herbes et se prépare à effectuer quelques plantations dans la partie haute de la falaise !

Suspendu au-dessus du vide, un jardinier élimine les mauvaises herbes et se prépare à effectuer quelques plantations dans la partie haute de la falaise ! On aperçoit au loin le viaduc de la nouvelle route…

Une vieille porte où la chatière a été condamnée.

Une vieille porte où la chatière a été condamnée.

Puis notre route se poursuit par la ville d’Olot, connue pour ses volcans (les seuls des Pyrénées), mais le temps manque pour aller visiter le Parc, car notre programme est encore bien chargé. Nous nous dirigeons ensuite au Sud vers la ville de Vic, d’où nous prenons une petite route qui nous amène dans les montagnes jusqu’au parador de Vic-Sau, énorme établissement hôtelier qui domine le grand lac de barrage de Sau.

L'établissement semble plutôt désert, mais Daniel réussit à trouver un garçon qui va nous servir à boire.

L’établissement semble plutôt désert, mais Daniel réussit à trouver un garçon qui va nous servir à boire, ce qui réjouit tout le monde.

Un moment de farniente où nous profitons pleinement de la vue exceptionnelle sur le pantano de Sau.

Un moment de farniente où nous profitons pleinement d’une caña bien fraîche, et de la vue exceptionnelle sur le pantano de Sau et les montagnes environnantes.

Mais la journée est loin d’être finie, une autre belle visite nous attend encore aujourd’hui après la pause déjeuner… la suite très prochainement.

Publicités

Le joli mois de mai.

Trois jeudis fériés en un seul mois, çà en fait des grands week-ends pour les travailleurs ! Aussi, pour notre grand plaisir, les toulousains ont ressenti l’appel du not-so-far West, dès le premier jour du mois.

Il fait beau, et il y a quand même du vent : l'occasion d'aller aérer les cerfs-volants, c'est celui de Gabriel qui marche le mieux.

Il fait beau, et il y a quand même du vent : l’occasion d’aller aérer les cerfs-volants, c’est celui de Gabriel qui marche le mieux.

L'occasion aussi de ramasser quelques trésors (après en avoir enterré ou plutôt ensablé plein d'autres, plus petits) : "maman, j'ai trouvé un bâton, il est maaaaaagnifique !"

L’occasion aussi de ramasser quelques trésors (après en avoir enterré ou plutôt ensablé plein d’autres, plus petits) : « maman, j’ai trouvé un bâton, il est maaaaaagnifique ! »

Le tout petit, lui, est généralement de bonne humeur, à condition d'être nourri convenablement, car il y a des choses avec lesquelles on ne peut pas plaisanter.

Le tout petit, lui, est généralement de bonne humeur, à condition d’être nourri convenablement, car il y a des choses avec lesquelles on ne peut pas plaisanter.

C'est un garçon, il aime les voitures ! (Bah, moi aussi je jouais avec les voitures de mon frère, il y a longtemps.)

C’est un garçon, il aime les voitures ! (Bah, moi aussi je jouais avec les voitures de mon frère, il y a longtemps.)

Puis, tandis que les jeunes partent vers les Bardenas se promener un peu, nous repartons pour l’Ariège où les travaux agricoles sont nombreux à cette saison : il faut déjà préparer les récoltes de l’été !

Avec les pluies et le beau temps, les herbes commencent à pousser sérieusement.

Avec les pluies et le beau temps, les herbes commencent à pousser sérieusement.

Il reste encore quelques orchis mâles (drôle de nom...), elles commencent en même temps que poussent les morilles, mais ont nettement moins de succès.

Il reste encore quelques orchis mâles (drôle de nom…), elles commencent à fleurir en même temps que poussent les morilles, mais ont nettement moins de succès.

Myosotis et renoncules tapissent le sol, c'est vraiment le printemps.

Myosotis et renoncules tapissent le sol, c’est vraiment le printemps.

Le muguet de mai ! Même s'il ne fleurit généralement qu'après le 1er (le 8 ici), j'espère qu'il vous portera quand même bonheur !

Le muguet de mai ! Même s’il ne fleurit généralement qu’après le 1er (le 8 ici), j’espère qu’il vous portera quand même bonheur !

Grandes eaux dans notre ruisseau, la neige accumulée là-haut fond à toute allure.

Grandes eaux dans notre ruisseau, la neige accumulée sur les hauteurs fond à toute allure.

Devant la porte d'entrée, c'est la floraison des iris, comme chaque année.

Devant la porte d’entrée, c’est la floraison des iris, comme chaque année.

Celui-ci est illuminé par le dernier rayon du soir,

Celui-ci est illuminé par le dernier rayon du soir,

et celui-ci (le même, peut-être), est trempé de gouttes de pluie le lendemain.

et celui-ci (le même, peut-être), est couvert de gouttes de pluie le lendemain.

La pluie perle aussi joliment sur les feuilles de lupin...

La pluie perle aussi joliment sur les feuilles de lupin…

comme sur la rosette duveteuse de molène bouillon blanc.

comme sur la rosette duveteuse de molène bouillon blanc.

Quelques variations sur le cercle, ici.

Quelques variations sur le cercle, je ne peux pas dire de quelle fleur il s’agit.

Tiens ! Notre apiculteur est arrivé ! Il s'en va vite rendre visite à ses "filles", qui lui donnaient du souci jusqu'à présent ; les traitements insecticides réalisés sur le bétail en 2013 ont causé d'énormes dégâts dans les populations.

Tiens ! Notre apiculteur est arrivé ! Il s’en va vite rendre visite à ses « filles », qui lui donnaient du souci jusqu’à présent ; les traitements insecticides réalisés sur le bétail ariégeois en 2013 ont causé d’énormes dégâts dans les populations d’insectes.

Mais ouf ! Après un hiver bien difficile, celles-ci semblent enfin avoir repris le dessus et travaillent activement.

Mais ouf ! Après un hiver bien difficile, celles-ci semblent enfin avoir repris le dessus et travaillent désormais activement.

Retour au Pays Basque le 12, suivi d’un nouveau week-end ariégeois à partir du 16 mai !

Là, une somptueuse rose rouge s'offre à notre admiration devant la grange

Une somptueuse rose rouge s’offre à notre admiration devant la grange.

Tout près d'elle, une ancolie est encore fleurie ; originaires de la vallée, j'ai bien réussi à les acclimater autour de la maison, où elles se plaisent à pousser entre deux pierres, et tout particulièrement dans l'escalier qui monte au jardin, au grand dam de Daniel qui les pourchasse à la débroussailleuse ! Comment peut-on ne pas tomber en extase devant leur couleur et leur élégance ?

Tout près d’elle, une ancolie est encore fleurie ; originaires de la vallée, j’ai bien réussi à les acclimater autour de la maison, où elles se plaisent à pousser entre deux pierres, et tout particulièrement dans l’escalier qui monte au jardin, au grand dam de Daniel qui les pourchasse à la débroussailleuse ! Comment peut-on ne pas tomber en extase devant leur couleur et leur élégance ?

Sur la terrasse sud également, mes edelweiss commencent déjà à fleurir, alors que ceux de la terrasse nord n'ont même pas encore de boutons !  Que l'on se rassure : je ne les ai pas volés dans la montagne, juste fait germer à partir d'un kit de graines du commerce ! Sur la notice, il était écrit qu'ils ne fleuriraient que s'ils avaient suffisamment froid l'hiver, eh bien cela fonctionne très bien à Estours...

Sur la terrasse sud également, mes edelweiss commencent déjà à fleurir, alors que ceux de la terrasse nord n’ont même pas encore de boutons ! Que l’on se rassure : je ne les ai pas volés dans la montagne, juste fait germer à partir d’un kit de graines du commerce ! Sur la notice, il était écrit qu’ils ne fleuriraient que s’ils avaient suffisamment froid l’hiver, eh bien cela fonctionne très bien à Estours…

Pendant ce temps, au jardin, la ciboulette en pleine floraison attire de nombreux insectes butineurs...

Pendant ce temps, au jardin, la ciboulette en pleine floraison attire de nombreux insectes butineurs…

...tandis que dans la serre, un peu plus haut, on peut assister à une scène assez curieuse, je suppose qu'il s'agit de préliminaires amoureux. Les lézards verts se sont multipliés depuis quelques années et sont de moins en moins farouches.

…tandis que dans la serre, un peu plus haut, on peut assister à une scène assez curieuse, je suppose qu’il s’agit de préliminaires amoureux. Les lézards verts se sont multipliés depuis quelques années et sont de moins en moins farouches.

Mais ne quittons pas Estours et ses jardins sans aller admirer la splendide cathédrale à haricots (si les limaces et les campagnols consentent à en laisser pousser quelques-uns). Avec ses trois nefs parallèles, la voilà prête à être consacrée au culte du cassoulet.

Mais ne quittons pas Estours et ses jardins sans aller admirer la splendide cathédrale à haricots (si les limaces et les campagnols consentent à en laisser pousser quelques-uns). Avec ses trois nefs parallèles, la voilà prête à être consacrée au culte du cassoulet.

Et comme le dernier jeudi de mai était encore férié (jeudi de l'Ascension), terminons cette rétrospective avec le retour des deux boutchous en train de s'éclater sur le vieux canapé du salon. Vous avez vu comme les cheveux de Jérémy ont poussé en un mois ?

Et comme le dernier jeudi de mai était encore férié (jeudi de l’Ascension), terminons cette rétrospective avec le retour des deux boutchous en train de s’éclater sur le vieux canapé du salon. Vous avez vu comme les cheveux de Jérémy ont poussé en un mois ?

Avril, images d’Ariège.

Notre temps se partage maintenant entre nos résidences pyrénéennes, avec plusieurs passages par l’Ariège ce même mois d’avril ; quelques images choisies de cette période de renaissance végétale.

A Seix en avril, il n'est pas rare qqu'il y ait beaucoup d'eau dans le Salat, et que le canal déborde sur toute sa longueur, fonte des neiges oblige.

A Seix en avril, il n’est pas rare qu’il y ait beaucoup d’eau dans le Salat, et que le canal déborde sur toute sa longueur, fonte des neiges oblige.

Le ruisseau d'Esbintz coule fort lui aussi, et le lilas est déjà fleuri sur la berge. Un beau soleil se faufile entre les maisons.

Le ruisseau d’Esbintz coule fort lui aussi, et le lilas est déjà fleuri sur la berge. Un beau soleil se faufile entre les maisons.

A Estours, les fragiles stellaires éclairent le bord du chemin.

A Estours, les fragiles stellaires éclairent le bord du chemin de leur multitude de petites étoiles blanches.

Les prairies sont jaunes de pissenlits, ici commence la confection du miel de printemps.

Les prairies sont jaunes de pissenlits, ici commence la confection du miel de printemps.

Le 12 avril, les fleurs de mon lilas sont bien près de s'ouvrir !

Le 12 avril, les fleurs de mon lilas sont bien près de s’ouvrir !

Une pervenche encore, elles fleurissent longtemps. Belle illustration naturelle du pentagone régulier.

Une pervenche encore, elles fleurissent longtemps. Belle illustration naturelle du pentagone régulier.

Les fraisiers ont des fleurs magnifiques cette année. Pour les fruits, on verra plus tard.

Les fraisiers ont des fleurs magnifiques cette année. Pour les fruits, on verra plus tard.

Le groseiller blanc (celui de l'éclipse) est le premier à fleurir. Des fleurs vertes...

Le groseiller blanc (celui de l’éclipse) est le premier à fleurir. Des fleurs vertes…

Les crosses des fougères scolopendres commencent à se dérouler, ici c'est l'illustration de la spirale.

Les crosses des fougères scolopendres commencent à se dérouler, illustration de la spirale, à moins que l’on préfère y voir une sorte d’œil de cyclope.

Ce n'est que le 24 avril que les groseillers rouges se mettent à fleurir ; ils fleurissent énormément, et ne donnent pratiquement aucun fruit, on ne sait pas pourquoi. Mais que font les abeilles ?

Ce n’est que le 24 avril que les groseillers rouges se mettent à fleurir ; ils fleurissent énormément, et ne donnent pratiquement aucun fruit, on ne sait pas pourquoi. Mais que font les abeilles ?

Maintenant le lilas est enfin fleuri, et quelle odeur merveilleuse...

Maintenant le lilas est enfin fleuri, et quelle odeur merveilleuse…

A l'opposé du Valier, le Mirabat est un peu notre montagne sacrée, avec ses ruines au sommet et son cortège de brumes mystérieuses...

A l’opposé du Valier, le Mirabat est un peu notre montagne sacrée, avec ses ruines au sommet et son cortège de brumes mystérieuses… le gardien de la vallée.