Les bornes Est de la Rhune et le printemps basque.

Nous voilà arrivés au 10 avril (oui, je suis très en retard). C’est un jeudi, mais comme il fait beau et que le pas-encore-retraité en a presque fini avec les contraintes horaires, on peut s’en aller visiter quelques bornes qui manquent à notre collection, du côté Est de la Rhune. Pour cela, c’est par Sare que nous allons passer, où nous laissons la voiture près d’un château d’eau sur une petite route à flanc de montagne.

Dès le départ, les branches de ce châtaignier au-dessus de la voiture donnent le ton : le printemps est là, même si les bogues de l'année dernière sont encore accrochées aux branches.

Dès le départ, les branches de ce châtaignier au-dessus de la voiture donnent le ton : le printemps est là, même si les bogues de l’année dernière sont encore accrochées aux branches.

On en mangerait !

Les belles feuilles vertes… On en mangerait ! (Allons, on n’est pas des lapins…)

Nous commençons à suivre l'ancien chemin qui monte à flanc de montagne, on y retrouve ces petites fleurs dont le bleu vif attire le regard, mais je ne les ai toujours pas identifiées.

Nous commençons à suivre l’ancien chemin qui monte à flanc de montagne, on y retrouve ces petites fleurs dont le bleu vif attire le regard, et que je n’ai toujours pas identifiées.

Les clochettes sont un peu grosses, mais çà a l'air d'une sorte de bruyère.

Les clochettes sont un peu grosses, mais çà a l’air d’une sorte de bruyère.

Le chemin offre une belle vue sur le village de Sare.

Le chemin offre une belle vue sur le village de Sare.

A cette saison, les ajoncs sont bien plus fleuris, ce sont les fameux "chachis" basques.

A cette saison, les ajoncs sont bien plus fleuris, ce sont les fameux « chachis » basques, qui s’y frotte s’y pique.

Comme notre chemin n'est pas très officiel, il est un peu négligé, et cet arbre tombé en travers a commencé à se former en "harpe", avec de jeunes branches poussant à la verticale à partir des bourgeons dormants du tronc, réveillés par leur position.

Comme notre chemin n’est pas très officiel, il est un peu négligé, et cet arbre tombé en travers a commencé à se former en « harpe », avec de jeunes branches poussant à la verticale à partir des bourgeons dormants du tronc, réveillés par leur position inhabituelle.

Sur le talus qui borde le chemin, les premières fleurs de grassette ; attention, c'est une plante carnivore...

Sur le talus qui borde le chemin, les premières fleurs de grassette ; attention, c’est une plante carnivore…

Salut le pottok !

Salut le pottok !

En se retournant, on voit d'autres chemins possibles, dont celui du retour.

En se retournant, on voit d’autres chemins possibles, nous passerons par ce plateau au retour.

Ce bosquet de hêtres est encore en hiver, lui.

Un bosquet de hêtres qui est encore en hiver, lui.

Les rochers, par ici, c'est du poudingue, puddingstone en anglais !

Les rochers, par ici, c’est du poudingue, puddingstone en anglais !

On n'est plus bien loin de la frontière, on peut déjà commencer à chercher s'il existe des bornes sans numéros, plus anciennes. Le chemin longe un ancien enclos de pierres levées.

On n’est plus bien loin de la frontière, et on peut déjà commencer à chercher s’il existe des bornes sans numéros, plus anciennes que les autres, c’est ce que fait Daniel avec son GPS. Le chemin, que je suis sagement, longe un ancien enclos de pierres levées.

Pas de cadavres en décomposition dans ces montagnes basques, les colonies de vautours fauves se chargent de les débarrasser rapidement. Mais non, ce n'était pas un promeneur !

Pas de cadavres en décomposition dans ces montagnes basques, les colonies de vautours fauves se chargent de les débarrasser rapidement. Mais non voyons, ce n’était pas un promeneur !

La borne 28 est dans la cheminée d'accès au plateau sommital de la Rhune, une belle croix pattée ancienne est gravée dans un rocher voisin.

La borne 28 est dans la cheminée d’accès au plateau sommital de la Rhune, une belle croix pattée ancienne est gravée dans un rocher voisin.

En arrivant au début du plateau, on trouve la borne 27 et aussi quelques narcisses "bulbocodium", que l'on appelle aussi trompette de Méduse, c'est bizarre ce nom.

En arrivant au début du plateau, on trouve la borne 27 et aussi quelques narcisses « bulbocodium », que l’on appelle aussi trompette de Méduse, c’est bizarre ce nom. A mon tour de me mettre à plat ventre pour le photographier…

Maintenant on peut découvrir la côte basque Nord avec Saint Jean-de-Luz et sa baie.

Maintenant on peut découvrir la côte basque Nord avec Saint Jean-de-Luz et sa baie.

Lorsque nous parvenons près de la venta Udako etxea, où nous allons casser la croûte, nous découvrons une nouvelle installation, c'est un golf miniature, mais il faut amener sa balle !

Lorsque nous parvenons près de la venta Udako etxea, où nous allons casser la croûte, nous découvrons une nouvelle installation, c’est un golf miniature figurez-vous, mais il faut amener sa balle !

Nous irons tout de même jusqu'au sommet à la recherche des marques de la frontière (pas de borne à numéro dans cette zone). Ici c'est une borne sans numéro, avec une croix gravée sur sa face supérieure, que nous n'avions encore jamais remarquée. Il y en a une autre tout près de la venta Udako, aussi.

Nous irons tout de même jusqu’au sommet à la recherche des marques de la frontière (pas de borne à numéro dans cette zone). Ici c’est une borne sans numéro, avec une croix gravée sur sa face supérieure, que nous n’avions encore jamais remarquée. Il y en a une autre tout près de la venta Udako, aussi.

Cette belle stèle commémore l'ascension de l'impératrice Eugénie, elle avait dû avoir un peu de mal, sans doute.

Cette belle stèle commémore l’ascension de l’impératrice Eugénie, elle avait dû avoir un peu de mal, sans doute.

Encore une pierre gravée, mais ce n'est pas sur la frontière ; les Trois Couronnes ou peñas de Haya dans le lointain.

Encore une pierre gravée, mais ce n’est pas sur la frontière ; symbole féminin ? On reconnaît les Trois Couronnes ou peñas de Haya dans le lointain.

En redescendant nous rencontrons nos premiers moutons de la journée, il y en a un qui a dû se coincer la corne à un moment de sa vie, elle est toute tordue !

En redescendant nous rencontrons nos premiers moutons de la journée, il y en a un qui a dû se coincer la corne à un moment de sa vie, elle est toute tordue !

Un arbre solitaire dans la descente, je me suis longtemps demandée ce qu'il y avait accroché dans sa branche, finalement on dirait une mâchoire de cheval, mais pour savoir comment elle est arrivée là...

Un arbre solitaire dans la descente, je me suis longtemps demandée ce qu’il y avait accroché dans sa branche, finalement on dirait une mâchoire de cheval, mais pour savoir comment elle est arrivée là…

Avant de finir la descente, nous avons rencontré et aimé cette source fraîche, alors que dans nos gourdes il ne restait plus que des fonds d'eau tiédasse.

Avant de finir la descente, nous avons rencontré et aimé cette source fraîche, alors que dans nos gourdes il ne restait plus que des fonds d’eau tiédasse.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s