Épilogue austral.

Et voilà, nous sommes arrivés au bout de notre voyage, ou presque, puisqu’il faut maintenant entamer le trajet de retour. Lever matinal dans notre cabane patagone, petit déjeuner, dernière inspection des lieux, et départ vers El Calafate et son aéroport.

Après le temps agité de la nuit, c'est à la lumière du soleil levant que nous quittons El Chalten de bon matin.

Après le temps agité de la nuit, c’est à la lumière du soleil levant que nous quittons El Chalten de bon matin. La circulation est fluide…

Hier on trouvait le vent très froid, aujourd'hui on découvre la première neige sur les sommets environnants, alors que les rayons du soleil commencent à éclairer les premiers contreforts.

Hier on trouvait le vent très froid, aujourd’hui on découvre la première neige sur les sommets environnants, alors que les rayons du soleil commencent à éclairer les premiers contreforts.

A notre droite, la steppe patagone et le lac Viedma au loin.

A notre droite, la steppe patagone et le lac Viedma au loin.

Sur la gauche, la fine couche de neige fraîche souligne les plis de la montagne.

Sur la gauche, la fine couche de neige fraîche souligne les plis de la montagne.

Quelques heures plus tard, nous parvenons sans encombre à l'aéroport d'El Calafate ; on nous annonce une escale non prévue à Bariloche, énième modification de planning aérien...

Quelques heures plus tard, nous parvenons sans encombre à l’aéroport d’El Calafate ; on nous annonce une escale non prévue à Bariloche, énième modification du planning aérien…

…et nous finissons tout de même par atteindre Buenos Aires et notre hôtel. Nous sommes dans le quartier San Telmo cette fois, on choisit donc un restau dans le secteur, sur la place Dorrego, un italien recommandé par le Lonely Planet, et on n’est pas déçu ; en plus, c’est Fanny qui invite, elle vient de retrouver l’usage de sa carte bleue, après presque une heure de palabres téléphoniques, merci la banque brésilienne. Après l’excellent repas, on fait un petit tour sur la place en bas…

où des musiciens et des danseurs de tango font l'animation au milieu des tables.

où les musiciens et les danseurs de tango font l’animation au milieu des tables.

Le lendemain matin, avec nos vols respectifs qui ne partent que l’après-midi, il nous reste un peu de temps, et nous allons pouvoir faire un petit tour au « Caminito », dans le quartier populaire de la Boca, célèbre pour ses maisons de bois et de tôles de couleurs vives mélangées.

Pour se mettre dans l'ambiance, on rentre ici sous le regard de Maradona.

Pour se mettre dans l’ambiance, on rentre ici sous le regard de Maradona.

Ensuite on a un vaste choix pour élire un partenaire de pose, celui-ci m'a l'air d'un supporter du Boca Junior reconverti en brave français par l'effet d'un drapeau tricolore.

Ensuite on a un vaste choix pour élire un partenaire de pose, celui-ci m’a l’air d’un supporter du club local de foot Boca Junior (il en a le maillot) reconverti en brave français par l’effet d’un drapeau tricolore.

Ici c'est le Caminito lui-même, on est presque seuls à le parcourir, c'est encore le matin.

Ici c’est le Caminito lui-même, on est presque seuls à le parcourir, c’est encore le matin.

et voilà à quoi ressemblent les bâtiments qui le bordent, c'est l'utilisation de restes de peintures qui est à l'origine du concept.

et voilà à quoi ressemblent les bâtiments qui le bordent, c’est l’utilisation de restes de peintures qui est à l’origine du concept.

Allez, on ne dira pas qu'il n'y a pas un chat !

Allez, on ne dira pas qu’il n’y a pas un chat !

Encore un concept nouveau pour moi : l'arbre habillé, au crochet entièrement fait sur mesure et à la main ! Là encore, on n'oublie pas les couleurs.

Encore un concept nouveau pour moi : l’arbre habillé, au crochet entièrement fait sur mesure et à la main ! Ici encore, on n’oublie pas les couleurs.

Dans un passage plein de petites boutiques, on admire la décoration, fresques et mannequins aux fenêtres.

Dans un passage plein de petites boutiques, on admire la décoration, fresques et mannequins aux fenêtres.

Les marchands de souvenirs ont récupéré le style, la voiture ne dépare pas dans le décor.

Les marchands de souvenirs ont récupéré le style, et la voiture ne dépare pas dans le décor.

Au bout du Caminito, le marchand de jus d'orange est supporter du Boca Junior.

Au bout du Caminito, le marchand de jus d’orange est aussi supporter du Boca Junior.

Un peu plus loin, un banc public accueille une rencontre matinale de voisinage, devant de grandes scènes colorées.

Un peu plus loin, un banc public accueille une rencontre matinale de voisinage, devant de grandes scènes colorées.

Au hasard de la promenade, nous découvrons ces "baños" où l'on peut se soulager en duo, c'est plus convivial !

Au hasard de notre promenade, nous découvrons ces « baños » où l’on peut se soulager en duo, c’est plus convivial !

Dans les rues adjacentes, les maisons sont en dur mais la technique du reste de peinture est aussi utilisée.

Dans les rues adjacentes, les maisons sont en dur mais la technique du reste de peinture est aussi utilisée.

Certains rigolent aux exploits de leurs collègues touristes, qui commencent à affluer sérieusement à mesure que l'heure avance.Il va bientôt être temps de partir, pour nous.

Certains rigolent aux exploits de leurs collègues touristes, qui commencent à affluer sérieusement à mesure que l’heure avance.Il va bientôt être temps de partir, pour nous.

En repartant, notre chauffeur de taxi nous montre le stade du fameux club de foot Boca Junior, on l'appelle "la bombonera" (la bonbonnière), moi je n'en avais jamais entendu parler...

En repartant, notre chauffeur de taxi nous montre le stade du fameux club de foot Boca Junior, on l’appelle « la bombonera » (la bonbonnière), moi je n’en avais jamais entendu parler…

...et j'ai gardé pour la fin l'image des deux touristes en train de danser un pas de tango... argentin.

…et j’ai gardé pour la fin l’image de mes deux acolytes en train de danser un pas de tango… argentin.

Après… hé bien après c’est la fin du voyage, la partie vraiment pas très drôle, les 13h de vol jusqu’à Francfort, les longues heures d’attente dans l’aéroport, puis le vol jusqu’à Toulouse. Mais de belles images plein la tête, et déjà une petite envie, peut-être, un jour…

Publicités

Une réflexion sur “Épilogue austral.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s