Aventures australes (9).

Chapitre 9 : du refuge Chileno à Puerto Natales.
Hé bien, voici venu le moment de quitter le petit monde du parc des Torres del Paine, on commençait à peine à s’habituer. Pas de voiture, pas de réseau téléphonique, pas d’Internet ; bon, j’exagère, quelques pistes permettent de ne pas se déplacer qu’à pied, mais le massif montagneux lui-même est totalement dépourvu de moyen d’accès autre que le catamaran du lac Pehoe et le bateau du lac Grey. Nous sommes samedi matin, et nous pouvons descendre sans nous presser jusqu’à l’hôtel las Torres où nous avons un transport jusqu’à l’entrée du parc en début d’après-midi seulement.

En reprenant le sentier dans le sens de la descente, je suis de nouveau surprise par ces pentes d'éboulis tellement rectilignes et tellement pentues.

En reprenant le sentier dans le sens de la descente, je suis de nouveau surprise par ces pentes d’éboulis tellement rectilignes et tellement inclinées.

On a le temps de regarder les petites fleurs au bord du chemin

On a le temps de regarder les petites fleurs au bord du chemin

et d'admirer les sculptures naturelles des racines d'arbres.

et d’admirer les sculptures naturelles des racines d’arbres.

El condor pasa...

El condor pasa…

Une petite pensée jaune, viola amarilla dit-on par ici.

Une petite pensée jaune, viola amarilla dit-on par ici.

Dans notre descente, nous apercevons en bas un convoi de chevaux qui s'éloigne vers la droite, sans doute l'approvisionnement du refuge des Cuernos où nous ne sommes pas allés.

Dans notre descente, nous apercevons en bas un convoi de chevaux qui s’éloigne vers la droite, sans doute l’approvisionnement du refuge des Cuernos où nous ne sommes pas allés.

Comme nous arrivons presque à l'hôtel, on peut encore se retourner pour revoir le monte Almirante Nieto

Comme nous arrivons presque à l’hôtel, on peut encore se retourner pour revoir le monte Almirante Nieto

dont le sommet possède lui aussi son glacier.

dont le sommet possède lui aussi son glacier.

Pendant que certains roupillent au soleil ("vas-y, je garde les sacs !"), je furète dans les buissons pour trouver quelques zoziaux à paparazzier, ces Pics du Chili étaient très près, mais très mobiles et donc pas trop faciles à tirer.

Pendant que certains roupillent au soleil (« vas-y, je garde les sacs ! »), je furète dans les buissons pour trouver quelques zoziaux à approcher, ces Pics du Chili étaient très près, mais très mobiles et donc pas trop faciles à prendre.

Un dernier condor qui survole le sommet, profitant sûrement de quelques ascendances intéressantes.

Un dernier condor qui survole le sommet, profitant sûrement de quelques ascendances intéressantes.

Puis je retrouve un carancho, le fameux caracara huppé de la lagune Nimez à El Calafate. Celui-ci a une bien belle branche.

Puis je retrouve un carancho, le fameux caracara huppé de la lagune Nimez à El Calafate. Celui-ci a une bien belle branche, et il porte vraiment bien le béret.

Nous revoilà maintenant à l'entrée du parc où l'on doit reprendre le bus pour Puerto Natales. Encore quelques belles vues sur les Torres Central et Norte, et le Nido de Condor.

Nous voilà maintenant revenus à l’entrée du parc, qui est aussi la sortie, où l’on doit reprendre le bus pour Puerto Natales. Encore quelques belles vues sur les Torres Central et Norte, et le Nido de Condor.

Le glacier du Monte Almirante Nieto ressemble un peu à une couche de meringue glacée.

Le glacier du Monte Almirante Nieto ressemble un peu à une couche de meringue glacée.

De l'autre côté du parking, pendant ce temps, voilà deux guanacos qui broutent tranquillement au-dessus de la falaise. Ils ne sont pas sauvages.

De l’autre côté du parking, pendant ce temps, voilà deux guanacos qui broutent tranquillement au-dessus de la falaise. Ils ne sont pas très sauvages.

La verticalité de ces tours qui semblent jaillir du sol est impressionnante.

La verticalité de ces tours qui semblent jaillir du sol est impressionnante.

Ici aussi il y a un petit oiseau de la même espèce qu'hier au refuge, il est très occupé avec les graines du buisson.

Ici aussi il y a un petit oiseau de la même espèce qu’hier au refuge, il est très occupé avec les graines du buisson.

Au moins celui-ci ne va pas nous cracher dessus...

Au moins celui-ci ne va pas nous cracher dessus…

Sur le chemin du retour, on a encore de bien belles vues sur l'ensemble du massif, mais les photos sont vite très floues quand on roule.

Sur le chemin du retour, on a encore de bien belles vues sur l’ensemble du massif, mais les photos sont vite très floues quand on roule.

les guanacos sont vraiment nombreux par ici, bien que les pumas en dégustent une bonne quantité.

les guanacos sont vraiment nombreux par ici, bien que les pumas en dégustent une bonne quantité.

Pour la deuxième fois en quelques jours, j'ai l'impression qu'un avion a décrit un tracé sinusoïdal...

Pour la deuxième fois en quelques jours, j’ai l’impression qu’un avion décrit un tracé sinusoïdal…

Retour sans problème jusqu’à Puerto Natales, où nous avons bien retrouvé nos affaires et notre chambre aux murs de carton. Repas au restaurant de l’hôtel Indigo où l’on n’avait pas pu manger la dernière fois faute d’un timing approprié : le Chili semble avoir des horaires assez différents de l’Argentine. Encore une nuit, et la suite de nos aventures va redevenir argentine. N’oubliez pas vos bouchons d’oreilles, on ne sait jamais…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s