Les Torres del Paine.

Chapitre 8 : le jour des tours.
Les dieux de la météo étaient-ils avec nous ? Je crois qu’on peut répondre oui, regardez çà :

Mais oui, c'est bien vrai !!!! La fameuse lumière orangée qui illumine les tours au soleil levant ! Certes, on n'a pas cheminé la nuit pour assister au spectacle depuis la base des tours, mais on peut quand même en profiter un peu depuis le refuge, et c'est vrai que le spectacle est assez magique...

Mais oui, c’est bien vrai !!!! La fameuse lumière orangée qui illumine les tours au soleil levant ! Certes, on n’a pas cheminé la nuit pour assister au spectacle depuis la base des tours, mais on peut quand même en profiter un peu depuis le refuge, et c’est vrai que le spectacle est assez magique…

Une heure et demie plus tard, au moment du départ, le même décor avec un autre éclairage.

Une heure et demie plus tard, au moment du départ, le même décor avec un nouvel éclairage. Étonnant, non ?

Le chemin longe d'abord la rive gauche du rio Asencio avant de le traverser et de continuer à remonter la rive droite, en traversant quelques affluents. On franchit plusieurs passerelles.

Le chemin longe d’abord la rive gauche du rio Asencio avant de le traverser et de continuer à remonter la rive droite, en traversant quelques affluents. On franchit plusieurs passerelles.

On traverse la forêt de lengas, ces arbres typiques des montagnes patagones, de la famille des hêtres.

On traverse la forêt de lengas, ces arbres typiques des montagnes patagones, de la famille des hêtres.

Certains de ces arbres portent des plantes parasites qui peuvent former des boules, un peu comme du gui.

Certains de ces arbres portent des plantes parasites qui peuvent former des boules, un peu comme du gui.

Nous atteignons enfin le campement des Torres, actuellement fermé pour cause de travaux. C'est à cet endroit que le chemin tourne vers la gauche pour s'élever maintenant en longeant une énorme moraine, derrière laquelle on voit le prolongement de la vallée Asencio et les montagnes qui la ferment.

Nous atteignons enfin le campement des Torres, actuellement fermé pour cause de travaux. C’est à cet endroit que le chemin tourne vers la gauche pour s’élever maintenant en longeant une énorme moraine, derrière laquelle on voit le prolongement de la vallée Asencio et les montagnes qui la ferment.

On remarque en passant une pierre bicolore, partie granit et partie roche noire, on peut y vérifier que les deux parties sont parfaitement soudées ensemble.

On remarque en passant une pierre bicolore, partie granit et partie roche noire, on peut y vérifier que les deux parties sont parfaitement soudées ensemble.

En levant la tête on commence maintenant à revoir les sommets des Torres. On touche au but...

En levant la tête on commence maintenant à revoir les sommets des Torres. On touche au but…

Ouaaaaaah !!! C'est fabuleux ! On se sent tout petits là devant ! Aujourd'hui, c'est pique-nique AVEC vue, le pain de mie en serait presque bon du coup.

Ouaaaaaah !!! C’est fabuleux ! On se sent tout petits là devant ! Aujourd’hui, c’est pique-nique AVEC vue, le pain de mie en serait presque bon du coup.

Deux magnifiques condors viennent planer au-dessus de nos têtes, il ne manque plus que la musique...

Deux magnifiques condors viennent planer au-dessus de nos têtes, il ne manque plus que la musique…

Curieusement, la plus petite, c'est la plus grande : à gauche, la Torre Sur (2850m), au centre la Torre Central (2800m) et à droite la Torre Norte (2600m).

Curieusement, la plus petite, c’est la plus grande : à gauche, la Torre Sur (2850m), au centre la Torre Central (2800m) et à droite la Torre Norte (2600m).

Au télé, on peut se rapprocher des sommets, sans se fatiguer trop.

Au télé, on peut se rapprocher des sommets, sans se fatiguer trop. Il y a quelqu’un, là-haut ?

Au bout du lac, de curieuses stries sur la falaise, sans que je puisse affirmer s'il s'agit de couleurs de la roche ou de parties sèches ou mouillées.

Au bout du lac, de curieuses stries sur la falaise, sans que je puisse affirmer s’il s’agit de couleurs de la roche ou de parties sèches ou mouillées.

Il est maintenant temps de repartir. On se retourne une dernière fois avec un peu de nostalgie, déjà. On est tellement loin de chez nous, ici...

Il est maintenant temps de repartir. On se retourne une dernière fois avec un peu de nostalgie, déjà. On est tellement loin de chez nous, ici…

En passant, chacun rajoute sa contribution à l'oeuvre collective réalisée sur une souche d'arbre arraché.

En passant, chacun rajoute sa contribution à l’œuvre collective réalisée sur une souche d’arbre arraché.

Nous voilà de retour au refuge, nous devons y repasser une nuit. Devant l'entrée, un joli petit oiseau bien peu farouche : un phrygile de Patagonie.

Nous voilà de retour au refuge, nous devons y repasser une nuit. Devant l’entrée, un joli petit oiseau bien peu farouche : un phrygile de Patagonie.

Un copain vient lui tenir compagnie.

Un copain vient lui tenir compagnie.

Pas si copain que çà, finalement !

Pas si copain que çà, finalement !

L'intrus reste maître du terrain ; un bruant chingolo, c'est rigolo.

L’intrus reste maître du terrain ; un bruant chingolo, c’est rigolo.

Dans ce lieu civilisé, il est possible de boire une bière, sur laquelle on peut encore voir les Cuernos !

Dans ce lieu civilisé, il est possible de boire une bière, sur laquelle on peut encore voir les Cuernos ! C’est bien bon, tout çà.

Le drapeau de la région (Patagonie chilienne) est apposé sur le mur dans la salle à manger du refuge. Les dents de scie en bas nous rappellent qu'il va bientôt être temps d'aller dormir... zzzzzzzz

Le drapeau de la région (Patagonie chilienne) est apposé sur le mur dans la salle à manger du refuge. Les dents de scie en bas nous rappellent qu’il va bientôt être temps d’aller dormir… zzzzzzzz.

Notre séjour ici touche maintenant à sa fin, demain la redescente vers l’hôtel chic les Torres, puis en bus jusqu’à Puerto Natales où (on l’espère) nous attendent nos affaires. Au final, on peut dire qu’on a vraiment eu de la chance avec la météo, les jours couverts ayant été ceux où il n’y avait rien à voir vers le haut. A demain pour la suite de nos aventures australes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s