Aventures australes (1).

Chapitre 1 : Buenos Aires
Nous voici maintenant arrivés au jeudi 20 février. Stress du départ, oublie-t-on quelque chose ? Bien sûr que oui, mais on ne le saura que plus tard…
Pas tellement plus tard, en fait ; à l’approche de Toulouse, on cherche vainement la télécommande du garage de Jérôme. Bon, c’est pas malin, elle est restée dans la poche de ma polaire depuis la dernière fois, et c’est justement celle que je n’ai pas emportée.
Coup de téléphone, aller-retour, trafic de clés et de télécommandes… la coupe de cheveux prévue dans le créneau de sécurité ne pourra pas avoir lieu, il faudra que Daniel se supporte avec sa tignasse pendant tout le voyage.
Puis un deuxième aller-retour entre le parking et l’aéroport, le pelut ayant oublié sa grosse polaire dans la voiture, je n’y suis pour rien cette fois…
Enfin, on a tout de même réussi à embarquer vers Francfort (hé oui, pour la direction c’est loupé, mais ce sont les mystères des billets modernes) où nous attendait le 747 qui devait nous emmener jusqu’à Buenos Aires.

Le voici en train de se faire préparer pour sa longue route.

Le voici en train de se faire préparer pour sa longue route.

Les 4h de décalage nous font arriver en fin de matinée, et comme finalement on a pu dormir un peu dans l'avion, on se lance dans l'exploration du centre ville tout proche de notre hôtel ; quelques chanteurs de rue...

Les 4h de décalage nous font arriver en fin de matinée, et comme finalement on a pu dormir un peu dans l’avion, on se lance dans l’exploration du centre ville tout proche de notre hôtel ; quelques chanteurs de rue…

...puis nous arrivons sur la grande Plaza de Mayo où des enfants nourrissent des pigeons innombrables...

…puis nous arrivons sur la grande Plaza de Mayo où des enfants nourrissent des pigeons innombrables…

tandis que d'autres profitent des pelouses pour faire une petite sieste

tandis que d’autres profitent des pelouses pour faire une petite sieste

à quelques dizaines de mètres de la Casa Rosada, siège du pouvoir exécutif argentin (la Présidence de la République).

à quelques dizaines de mètres de la Casa Rosada, siège du pouvoir exécutif argentin (la Présidence de la République).

Puis nos pas, guidés par nos estomacs creux, nous guident vers un charmant patio, ancient couvent reconverti

Puis nos pas, guidés par nos estomacs creux, nous mènent vers un charmant patio, ancien couvent reconverti

où des restaurants proposent leurs services dans cet espace étonnamment retiré du bruit de la ville alentour.

où des restaurants proposent leurs services dans cet espace étonnamment retiré du bruit de la ville alentour.

On se dirige ensuite vers le port désaffecté de Puerto Madero, inadapté à la taille des bateaux modernes. Ce quartier, récemment réhabilité, contraste avec l'agitation du centre ville tout proche.

On se dirige ensuite vers le port désaffecté de Puerto Madero, inadapté à la taille des bateaux modernes. Ce quartier, récemment réhabilité, contraste avec l’agitation du centre ville tout proche.

Un vieux bateau-musée est accessible depuis le quai, il a été construit en 1874 !

Un vieux bateau-musée est accessible depuis le quai, il a été construit en 1874 !

De ce côté du bassin, ce sont d'anciens entrepôts réhabilités.

De ce côté du bassin, ce sont d’anciens entrepôts réhabilités.

On est entouré d'immeubles neufs, immenses pour certains.

On est entouré d’immeubles neufs, immenses pour certains.

Les anciennes grues ont été conservées

Les anciennes grues ont été conservées

Jorge, tu as un message ici !

Jorge, tu as un message ici !

Pas facile de trouver où boire un verre, il n'y a presque que des restaurants, mais le pigeon en profite pour finir les restes.

Pas facile de trouver où boire un verre, il n’y a presque que des restaurants, et le pigeon en profite pour finir les restes.

Aaaaaaahhhh ! Enfin, notre première Quilmes !

Aaaaaaahhhh ! Enfin, notre première Quilmes !

Le pigeon semble intéressé par la commande de notre voisine.

Le pigeon semble bien intéressé par la commande de notre voisine.

Dernier coup d’œil sur ce quartier très chic avant de rejoindre l'hôtel et de s'y préparer pour la soirée.

Dernier coup d’œil sur ce quartier très chic avant de rejoindre l’hôtel et de s’y préparer pour la soirée.

Oui, bah, disons plutôt restau du soir, qui verra notre repas brusquement interrompu par l’arrivée d’une Fanny aux crocs acérés à l’idée de la viande argentine…
Fin du premier épisode, le lendemain départ pour el Calafate en Patagonie…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s