Balade dans le vent le 4 février.

Au programme du 4 février, pas de cours et pas de pluie : des conditions favorables pour partir à la recherche de la borne 58 de l’Atxuria, cette belle montagne à l’allure de vague qui domine les villages de Sare (en France) et Zugarramurdi (en Espagne). Ce même Atxuria a d’ailleurs déjà fait l’objet d’un article de ce blog, l’un des premiers en 2012.
Nouvel itinéraire cette fois, au lieu de partir du parking des grottes de Sare nous commençons par nous rendre au col d’Urbia, au-dessus de Zugarramurdi sur la petite route qui va vers Etxalar. Là, après avoir garé la voiture, nous prenons le chemin qui monte vers l’Ouest en direction d’une bergerie.

A peine avons-nous quitté la voiture qu'une petite troupe de chevaux arrive et tourne un moment autour, peut-être dans l'espoir de quelque ravitaillement. Ils repartent au bout d'un moment, sans doute un peu déçus.

A peine avons-nous quitté la voiture qu’une petite troupe de chevaux arrive et tourne un moment autour, peut-être dans l’espoir de quelque ravitaillement. Ils repartent au bout d’un moment, sans doute un peu déçus.

Notre chemin arrive à un enclos ceint de murets de pierre, fermé par une barrière de bois.

Notre chemin arrive à un enclos ceint de murets de pierre, fermé par une barrière de bois.

Nous dominons d'ici le célèbre village des sorcières, Zugarramurdi.

Nous dominons d’ici le célèbre village des sorcières, Zugarramurdi.

Nous poursuivons notre chemin en traversée, laissant derrière nous la bergerie attenante à l'enclos.

Nous poursuivons notre chemin en traversée, laissant derrière nous la bergerie attenante à l’enclos.

Derrière ces rochers, c'est la Rhune que nous découvrons maintenant.

Derrière ces rochers, c’est la Rhune que nous découvrons maintenant.

Le chemin continue en direction d'un col très large, et nous apercevons la grande tourbière un peu plus loin.

Le chemin continue en direction d’un col très large, et nous apercevons la grande tourbière un peu plus loin.

Au col d'Ibaineta, il y a de nombreux cromlechs, pas très visibles malheureusement, difficile d'en trouver un qui soit un peu visible sur une photo.

Au col d’Ibaineta, il y a de nombreux cromlechs, pas très dégagés malheureusement, difficile d’en trouver un qui soit un peu visible sur une photo. En été, avec les fougères, on ne doit pas voir grand chose.

Heureusement qu'il y a des explications !

Heureusement qu’il y a des explications !

Voici le dolmen, les panneaux disent qu'il s'agit d'une sépulture collective.

Voici le dolmen, les panneaux disent qu’il s’agit d’une sépulture collective. Celui-ci date de plusieurs milliers d’années avant Jésus-Christ.

Après cette étape hautement culturelle, nous nous dirigeons vers l'Atxuria, au sommet duquel se trouve, paraît-il, une ancienne croix frontière gravée sur un rocher.

Après cette étape hautement culturelle, nous nous dirigeons vers l’Atxuria, au sommet duquel se trouve, paraît-il, une ancienne croix frontière gravée sur un rocher.

La vue est belle vers le Nord-Ouest, mais le vent ne faiblit pas et le casse-croûte est bien vite expédié pour ne pas trop se refroidir.

La vue est belle vers le Nord-Ouest, mais le vent ne faiblit pas et le casse-croûte est bien vite expédié pour ne pas trop se refroidir. Au sol, il y a encore un peu de neige.

Nous passons près de cet énorme cairn, de là le sommet n'est plus bien loin.

Nous passons près de cet énorme cairn, de là le sommet n’est plus bien loin.

Voilà le sommet ! Il y a deux gros cairns distants de quelques mètres, et les rochers ressemblent à des millefeuilles pétrifiés.

Voilà le sommet ! Il y a deux gros cairns distants de quelques mètres, et les rochers ressemblent à des millefeuilles pétrifiés.

Voici le cairn sommital, et l'homme dans le vent. Il ne fait pas une photo, il teste son GPS !

Voici le cairn sommital, et l’homme dans le vent. Il ne fait pas une photo, il teste son GPS !

Finalement, c'est moi qui ai trouvé la fameuse croix, entre les deux cairns. Elle n'était pas très visible, heureusement un bon prof a toujours un bâton de craie dans sa besace, ce qui permet ici une meilleure vision.

Finalement, c’est moi qui ai trouvé la fameuse croix, entre les deux cairns. Elle n’était pas très visible, heureusement un bon prof a toujours un bâton de craie dans sa besace, ce qui permet ici une meilleure vision.

Après la croix, il faut encore trouver la borne ! C'est chose faite pour Daniel, qui m'attend en essayant de s'abriter un peu du vent, il n'a pas l'air d'avoir bien chaud !

Après la croix, il faut encore trouver la borne ! C’est chose faite pour Daniel, qui m’attend en essayant de s’abriter un peu du vent, il n’a pas l’air d’avoir bien chaud !

C'est un soleil blafard qui accompagne notre descente, je m'appuie sur mes deux bâtons pour résister au vent qui essaie de me bousculer.

C’est un soleil blafard qui accompagne notre descente, je m’appuie sur mes deux bâtons pour résister aux rafales qui essaient de me bousculer.

Lorsque nous repassons près de l'enclos, nous y trouvons maintenant quelques moutons enfermés. Ce côté est un peu plus abrité, malgré tout on se sent mieux à l'abri dans la voiture.

Lorsque nous repassons près de l’enclos, nous y trouvons maintenant quelques moutons enfermés. Ce versant est un peu plus abrité, mais malgré tout on se sent mieux à l’abri dans la voiture.

Le lendemain matin, le cargo Luno en perdition se fracassait contre une digue sur le littoral d’Anglet…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s