Dernier jour en Corse.

Héééé oui, tout a une fin, et nous voilà arrivés au dernier jour de notre deuxième séjour en Corse pour cette année. Nous avons dormi à Ajaccio, d’où part notre vol retour, mais il nous reste du temps pour faire un peu de tourisme aujourd’hui encore.

C'est de nouveau du grand beau temps et je ne me lasse pas de la vue sur Ajaccio depuis l'hôtel.

C’est de nouveau du grand beau temps et je ne me lasse pas de la vue sur la ville depuis l’hôtel.

Pas de rando pour ce dernier jour, mais un circuit en voiture dans les vallées du Cruzzini et du Liamone, au nord d'Ajaccio. Ce sont de très petites routes dans des régions très sauvages, mais quelle surprise de découvrir des peaux de sanglier pendues un peu partout sur les clôtures et les panneaux routiers !

Pas de rando pour ce dernier jour, mais un circuit en voiture dans les vallées du Cruzzini et du Liamone, au nord d’Ajaccio. Ce sont de très petites routes dans des régions très sauvages, mais quelle surprise de découvrir des peaux de sanglier pendues un peu partout sur les clôtures et les panneaux routiers !

Après avoir longé le fond de la vallée, la route remonte de l'autre côté et la vue se dégage sur les montagnes.

Après avoir longé le fond de la vallée, la route remonte de l’autre côté et la vue se dégage sur les montagnes.

Cela fait beaucoup de kilomètres pour bien peu de villages, ici Rosazia où nous avons pu trouver à manger une pizza.

Cela fait beaucoup de kilomètres pour bien peu de villages, ici c’est Rosazia où nous avons pu trouver à manger une pizza.

Ici c'est le village abandonné de Muna, accroché à la montagne au-dessous des falaises.

Et là c’est le village abandonné de Muna, accroché à la montagne au-dessous des falaises.

Chaque panneau routier a ici son habillage macabre en dépouille de sanglier, on pourrait se croire au far west de Lucky Luke plutôt qu'en France au XXIe siècle.

Chaque panneau routier a son habillage macabre en dépouille de sanglier, on pourrait se croire au far west de Lucky Luke plutôt qu’en France au XXIe siècle. Il ne manque plus que les vautours en train de festoyer. Je vous laisse imaginer les odeurs…

Finissons tout de même par une image plus apaisante, celle d'un arbousier dans la lumière de ce beau soleil de fin octobre.

Finissons tout de même par une image plus apaisante, celle d’un arbousier dans la lumière de ce beau soleil de fin octobre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s