La Haute-Corse, première partie.

Après ces festivités, et les départs successifs des uns et des autres, il ne restait plus que quelques jours pour se préparer vraiment à notre premier séjour automnal en Corse. Et même plus précisément en Haute-Corse, puisque quelques vieux souvenirs nous incitaient à retourner traîner nos baskets du côté du Cap Corse, ce que nous avions déjà fait il y a bien longtemps avec Chipie (la chienne plutôt bien nommée) et les trois enfants. Cap donc sur Bastia et son aéroport, pas forcément une bonne idée puisqu’il a fallu transiter par Marseille à l’aller, Paris au retour, et donc perdre pas mal de temps en transports alors qu’il y a des vols directs de Toulouse à Ajaccio.
Comme chacun sait (ou pas), Bastia est la deuxième « grande » ville de Corse, sur la côte Est de l’île, et à la base de ce « doigt » pointant vers le Nord encore appelé Cap Corse. Et si Bastia est juste au pied de la montagne, une vaste zone de plaine côtière s’étend juste au Sud de la ville, avec l’étang de Biguglia et l’aéroport de Poretta.

Samedi 28 septembre au matin, nous découvrons la ville de Bastia depuis notre lieu d'hébergement, Alzeto, sur les hauteurs.

Samedi 28 septembre au matin, nous découvrons la ville de Bastia depuis notre lieu d’hébergement, Alzeto, sur les hauteurs. Deux ferries sont à quai, tout près de la vieille ville, et on aperçoit l’étang de Biguglia qui brille dans le lointain.

Pas de marche au programme ce jour car Daniel s'est blessé en attachant son lacet (çà ne s'invente pas) et souffre d'une douleur à l'aine. Nous choisissons donc d'explorer la côte Est du cap, en suivant la route côtière avec quelques incursions vers la montagne.

Pas de marche au programme ce jour car Daniel s’est blessé en attachant son lacet (çà ne s’invente pas) et souffre d’une douleur à l’aine. Nous choisissons donc d’explorer la côte Est du cap, en suivant la route côtière, avec quelques incursions vers la montagne. Premier arrêt à la marine d’Erbalunga.

Sur les hauteurs de Sisco, un chat bavard et sympathique près d'une "maison d'américain" difficile à apercevoir...

Sur les hauteurs de Sisco, un chat bavard et sympathique près d’une « maison d’américain » difficile à apercevoir…

...et surveillée par un mulet bien coiffé au sourire avenant.

…et surveillée par un mulet bien coiffé au sourire avenant.

Nous reprenons ensuite la route littorale qui passe tout près de la tour génoise de l'Osse

Nous reprenons ensuite la route littorale qui passe tout près de la tour génoise de l’Osse

et ce n'est plus très loin de Macinaggio que nous trouvons la petite plage qu'il nous faut pour pique-niquer (et ramasser des micro-coquillages pour Gabriel)

et ce n’est plus très loin de Macinaggio que nous trouvons la petite plage qu’il nous faut pour pique-niquer (et ramasser des micro-coquillages pour Gabriel)

Nous irons ainsi jusqu'au petit port de Barcaggio, à l'extrémité nord de l'île, d'où l'on peut voir l'île de la Giraglia et son phare.

Nous irons ainsi en flânant jusqu’au petit port de Barcaggio, à l’extrémité nord du Cap, d’où l’on peut voir l’île de la Giraglia et son phare.

Au retour, Alzeto et notre gîte sont déjà dans les nuages.

Au retour, Alzeto et notre gîte sont déjà dans les nuages.

Le lendemain matin les chats de la maison nous tiennent compagnie au petit déjeuner, sous la tonnelle.

Le lendemain matin les chats de la maison nous tiennent compagnie au petit déjeuner, sous la tonnelle.

La journée est consacrée à la visite de Bastia autour de son superbe vieux port, ici sous le soleil après l'orage.

La journée est consacrée à la visite de Bastia autour de son superbe vieux port, ici sous le soleil après l’orage.

Mais nous voilà au dimanche soir, il est temps de prendre la route pour Corte, il y en a un qui travaille, demain !

J'ai donc quartier libre pour les trois jours à venir, je commence donc par un petit tour dans la ville à la recherche des photos exposées, ici les photos du thème "culture et patrimoine", avec, en haut à droite... une de mes photos (les alignements de menhirs près de Sartène).

J’ai donc quartier libre pour les trois jours à venir, je commence par un petit tour dans la ville à la recherche des photos exposées cet été, ici les photos du thème « culture et patrimoine », avec, en haut à droite… une de mes photos (les alignements de menhirs près de Sartène). Une première !…

puis, l'après-midi, première balade sur les routes étroites et sinueuses du Bozio, à l'Est de Corte. Ici c'est la mairie d'Altiani, je n'en avais jamais vu de pareille ! (Pourtant ol y a bien écrit mairie au-dessus de la porte...)

puis, l’après-midi, première balade sur les routes étroites et sinueuses du Bozio, à l’Est de Corte. Ici c’est la mairie d’Altiani, je n’en avais jamais vu de pareille ! (Pourtant il y a bien écrit mairie au-dessus de la porte…)

En s'éloignant, on a une belle vue sur l'ensemble du village.

En s’éloignant, on a une belle vue sur l’ensemble du village.

Comme souvent en corse, le soleil et les nuages jouent à cache-cache, et les lumières sont magnifiques.

Comme souvent en corse, le soleil et les nuages jouent à cache-cache, et les lumières sont magnifiques.

Ici c'est Tralonca, tout près de Corte, avec en arrière-plan les aiguilles de Popolasca (j'adore ce nom).

Ici c’est Tralonca, tout près de Corte, avec en arrière-plan les aiguilles de Popolasca (j’adore ce nom).

Aller retour jusqu'aux bergeries de Grotelle dans la vallée de la Restonica le mardi matin, mais sans la marche prévue pour diverses raisons techniques (passerelle réduite à deux poutres, oubli de la carte photo...) ; ici un des innombrables pins Laricio de cette superbe vallée.

Aller retour jusqu’aux bergeries de Grotelle dans la vallée de la Restonica le mardi matin, mais sans la marche prévue pour diverses raisons techniques (passerelle réduite à deux poutres, oubli de la carte photo…) ; ici un des innombrables pins Laricio de cette superbe vallée.

Belle luminosité sur les montagnes avoisinantes (le Capo a Chiostro ?)

les bergeries de Grotelle sont encore occupées en ce début d'octobre, et les bidons à lait sont sur leur égouttoir !

Les bergeries sont encore occupées en ce début d’octobre, et les bidons à lait sont sur leur égouttoir !

Allez, je craque, encore quelques pins Laricio avant de retourner arpenter les routes du Bozio la prochaine fois.

Allez, je craque, encore quelques pins Laricio avant de retourner arpenter les routes du Bozio.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s