Initiation à la pêche.

La pêche à la truite, une passion qui doit se transmettre dès le plus jeune âge, aussi dès trois ans révolus on peut commencer à accompagner son papa pour cette activité.

Il ne fait pas beau, mais on a trouvé la tenue adéquate.

Il ne fait pas beau, mais on a trouvé la tenue adéquate.

En route !

En route !

Maintenant, il faut choisir une jolie teigne.

Maintenant, il faut choisir une jolie teigne.

Celle-ci ira bien.

Celle-ci ira bien.

Elle est chouette, maintenant il faut l'enfiler sur l'hameçon.... oooooooh, la pauvre !!!!

Elle est chouette, maintenant il faut l’enfiler sur l’hameçon…. oooooooh, la pauvre !!!!

Après avoir improvisé une explication foireuse comme quoi la teigne ne sentait rie du tout, on se dirige vers le poste de pêche.

Après avoir improvisé une explication foireuse comme quoi la teigne ne sentait rien du tout, on se dirige vers le poste de pêche.

Hop !

Hop !

Maintenant il faut attendre qu'une truite veuille bien mordre à l'hameçon, mais çà ce n'est pas encore pour ce soir.

Maintenant il faut attendre qu’une truite veuille bien mordre à l’hameçon, mais çà ce n’est pas encore pour ce soir.

Publicités

Jardinière d’images (août à Estours)

Dans le soleil du matin d'été, une fleur de l'hortensia de l'escalier.

Dans le soleil du matin d’été, une fleur de l’hortensia.

Au jardin des poteaux (sans poteaux désormais), une fleur de courgette.

Au jardin des poteaux, une fleur de courgette.

Des perles d'eau sur les cosmos.

Des perles d’eau sur les cosmos.

Les premières fleurs d'althéa se sont ouvertes mi-août.

Les premières fleurs d’althéa se sont ouvertes mi-août.

Orgie de pollen au fond de la fleur de courgette.

Orgie de pollen au fond de la fleur de courgette.

Les balsamines.

Les balsamines.

Les salades montées qui fleurissent.

Les salades montées qui fleurissent.

La première aubergine, dans la serre.

La première aubergine, dans la serre.

Des tomatillos ont repoussé spontanément ! Et fleurissent !

Des tomatillos ont repoussé spontanément ! Et fleurissent !

La fleur d'aubergine ressemble un peu.

La fleur d’aubergine qui leur ressemble un peu.

Le premier bébé-poivron.

Le premier bébé-poivron.

Il y a un tomatillo caché dans cette bulle !

Il y a un tomatillo caché dans cette bulle !

Les premières tomates commencent à rougir dans la serre.

Les premières tomates commencent à rougir dans la serre.

Un bourdon se régale dans le cosmos.

Un bourdon se régale dans le cosmos.

La serre au mois d'août ; visiblement, il faudra semer plus tôt à l'avenir.

La serre au mois d’août ; visiblement, il faudra semer plus tôt à l’avenir.

Pour finir, les poires que nous ne dégusterons pas, l'arbre ayant été récemment massacré par quelque imbécile de passage.

Pour finir, les poires que nous ne dégusterons pas, l’arbre ayant été récemment massacré par quelque imbécile de passage.

Balade dans le Biros (14 août).

Ce devait être une toute petite promenade et il ne fallait pas partir trop tôt pour ne pas être de retour avant midi…
Mais il y a souvent des aléas : d’abord, l’état de la piste d’approche rappelait assez bien celle du Brésil entre Sao Paulo et Ilha grande, tout au moins le début (voir un blog précédent) . Après, elle était en meilleur état, je veux dire… après la barrière qui empêchait d’aller plus loin en voiture. Sauf ayant-droits, ce que nous ne sommes pas, évidemment. Et donc, entre le délai de route pour cause de piste défoncée et le délai de marche pour cause de piste interdite, cela faisait déjà quelques heures de balade supplémentaires !

La minute éducative pour commencer : les écoliers de Castillon à la découverte de la Pucelle.... il y a de drôles d'endroits dans cette montagne.

La minute éducative pour commencer : les écoliers de Castillon à la découverte de la Pucelle…. il y a de drôles d’endroits dans cette montagne.

Les voitures déposées, la troupe démarre sur la piste d'un pas décidé et ferme.

Les voitures déposées, la troupe démarre sur la piste d’un pas décidé et ferme.

Évidemment, c'est toujours la même qui traîne derrière à essayer de photographier les gouttes d'eau pendues aux herbes...

Évidemment, c’est toujours la même qui traîne derrière à essayer de photographier les gouttes d’eau pendues aux herbes… C’est pas joli ?

Aaaaaah, si on arrive à des ruches, il y en a un deuxième qui se met à divaguer.

Aaaaaah, si on arrive à des ruches, il y en a un deuxième qui se met à divaguer.

Et voilà le supermarché de ces dames les abeilles. Bienvenue au libre service !

Et voilà le supermarché de ces dames les abeilles. Bienvenue au libre service !

Les nuages sont encore bien présents. Leur disparition était programmée mais ne s'est pas produite.

Les nuages sont encore bien présents. Leur disparition était programmée mais ne s’est pas produite.

Les berces aussi accueillent les abeilles et autres insectes.

Les berces aussi accueillent les abeilles et autres insectes.

Nous voilà enfin arrivés au départ prévu pour la balade, et il est...12h15 !

Nous voilà enfin arrivés au départ prévu pour la balade, et il est…12h15 !

Il se pourrait que les lièvres sachent lire, dans le coin. En tous cas, ils ne sont pas les bienvenus.

Il se pourrait que les lièvres sachent lire, dans le coin. En tous cas, ils ne sont pas les bienvenus.

Un peu plus loin, c'est encore interdit, les cueillettes cette fois. Les ours aussi doivent savoir lire.

Un peu plus loin, c’est encore interdit, les cueillettes de myrtilles, cette fois. Les ours aussi doivent savoir lire.

Nous arrivons maintenant au col des Cassaings, avec sa superbe ligne à haute tension :(

Nous arrivons maintenant au col des Cassaings, avec sa superbe ligne à haute tension 😦

On casse la croûte devant la cabane.

On casse la croûte devant la cabane.

Puis on reprend en direction du pic de Courbayran, toujours entourés de nuages.

Puis on reprend en direction du pic de Courbayran, toujours entourés de nuages.

Cette belle chenille au bord du chemin est celle d'un petit paon de nuit, semble-t-il.

Cette belle chenille au bord du chemin est celle d’un petit paon de nuit, semble-t-il.

Pendant que les plus courageux finissent de grimper au pic, avec Danièle et Gérard nous rejoignons directement en biais la cabane de la Roque, d'où on voit un peu la vallée sous le plafond de nuages.

Pendant que les plus courageux finissent de grimper au pic, avec Danièle et Gérard nous rejoignons directement en biais la cabane de la Roque, d’où on voit un peu la vallée sous le plafond de nuages.

Un dernier papillon avant de redescendre vers les voitures, un Demi-Deuil ou melanargia galathea pour les initiés.

Un dernier papillon avant de redescendre vers les voitures, un Demi-Deuil ou Echiquier, ou même melanargia galathea pour les initiés.

Les Goutets (11 août)

Grand beau temps le dimanche suivant, nos visiteurs sont repartis vers d’autres cieux et en attendant les prochains la journée du dimanche semble idéale pour se rendre au hameau des Goutets conseillé par Dany et Gérard. Une excellente idée, comme on va voir.
Pour se rendre là-bas, il faut commencer par aller à Massat, puis au village du Port où l’on prend une petite route à gauche qui monte jusqu’au Carol, c’est le départ de la balade mais au mois d’août c’est impossible de s’y stationner et il faut redescendre un peu plus bas et choisir entre monter par la piste ou remonter au Carol par le sentier, c’est cette solution que nous avons finalement adoptée sur les conseils d’une promeneuse.

Depuis le Carol, si on regarde vers le haut de la vallée et le massif des Trois Seigneurs, on voit déjà presque le but de notre promenade juste caché par le mamelon boisé, au pied du massif. Mais nous ne le savions pas encore.

Depuis le Carol, si on regarde vers le haut de la vallée et le massif des Trois Seigneurs, on voit déjà presque le but de notre promenade juste caché par le mamelon boisé, au pied du massif. Mais nous ne le savions pas encore.

Dans ce hameau loin de tout et sans voitures, nous découvrons une vraie boîte aux lettres avec des heures de levées à jour ! Bizarre... La Poste n'aurait-elle pas encore abandonné toutes ses missions de service public ?

Dans ce hameau loin de tout et sans voitures, nous découvrons une vraie boîte aux lettres avec des heures de levées à jour !

Le chemin continue, soutenu par un mur de pierres, en très bon état. Un peu plus loin, c'est le lavoir qui a été bien restauré.

Le chemin continue, soutenu par un mur de pierres, en très bon état. Un peu plus loin, c’est le lavoir qui a été bien restauré.

Les campanules aiment bien pousser dans les murs.

Les campanules aiment bien pousser dans les murs.

En se retournant, on peut voir notre petit chemin et une jolie série de maisons en escalier. La plupart des bâtiments sont bien restaurés.

En se retournant, on peut voir notre petit chemin et une jolie série de maisons en escalier. La plupart des bâtiments sont bien restaurés.

Ici c'est une scabieuse qui se laisse photographier.

Ici c’est une scabieuse qui se laisse photographier.

Notre sentier est facile et bien tracé, nous mettons nos pas dans ceux de nos ancêtres pyrénéens.

Notre sentier est facile et bien tracé, nous mettons nos pas dans ceux de nos ancêtres pyrénéens.

Une grange à pas d'oiseaux, comme à Cominac !

Une grange à pas d’oiseaux, comme à Cominac !

Ici les vaches profitent des belles prairies.

Les vaches profitent des belles prairies.

Des drosera (plantes carnivores) sur le bord du chemin !

Des drosera (plantes carnivores) sur le bord du chemin.

Dans la combe au-dessous de la piste, un troupeau est en train de se préparer pour la sieste.

Dans la combe au-dessous de la piste, un autre troupeau de vaches est en train de se préparer pour la sieste.

Ayant suivi la piste plutôt que le sentier à travers les arbres, nous découvrons la collection de ruches !

Ayant suivi la piste plutôt que le sentier à travers les arbres, nous découvrons la collection de ruches.

La piste arrive maintenant aux premières bâtisses, l'une d'elles est visiblement occupée (par un berger ou une bergère ?)

La piste arrive maintenant aux premières bâtisses, l’une d’elles est visiblement occupée (par un berger ou une bergère ?)

Arrivés près des premières bâtisses, il y a même une table pour pique-niquer.

Chouette, il y a même une table pour pique-niquer !

La vue est magnifique, et le soleil tape fort. Un petit groupe de brebis et de chèvres passe près de nous pour aller se mettre à l'abri à cette heure chaude.

La vue est magnifique, avec le Valier dans le lointain, et le soleil tape fort. Un petit groupe de brebis et de chèvres passe près de nous pour aller se mettre à l’abri à cette heure chaude.

Quelle chance ! Ce grand papillon qui vient butiner tout près de nous, je crois bien que c'est un Apollon, une espèce très rare et très protégée, déjà disparue de nombreuses régions d'Europe. C'est la première fois que je réussis à en approcher un assez pour le photographier, sans le gros zoom bien sûr (pas le temps d'opérer le changement).

Quelle chance ! Ce grand papillon qui vient butiner tout près de nous, je crois bien que c’est un Apollon, une espèce très rare et très protégée, déjà disparue de nombreuses régions d’Europe. C’est la première fois que je réussis à en approcher un assez pour le photographier, sans le gros zoom bien sûr (pas le temps d’opérer le changement).

Corne de bouc ! Je comprends maintenant...

Corne de bouc ! Je comprends maintenant…

Le logement de fonction du berger ! Quand on aime les habitations avec vue....

Le logement de fonction du berger ! Quand on aime les habitations avec vue…. Ici il peut même monter ses courses en voiture, grâce à la piste.

Un peu plus loin il y a un deuxième groupe de bâtiments, la plupart restaurés.

Un peu plus loin il y a un deuxième groupe de bâtiments, la plupart restaurés.

Quelques panneaux ont été placés là pour les visiteurs.

Quelques panneaux ont été placés là pour les visiteurs.

Une petite pause pour sortir le zoom et tirer le portrait du Valier et du glacier d'Arcouzan.

Une petite pause pour sortir le zoom et tirer le portrait du Valier et du glacier d’Arcouzan.

D'ici, la vue porte loin vers la plaine et sa pollution visible. On se sent au-dessus de tout çà.

D’ici, la vue porte loin vers la plaine et sa pollution visible. On se sent au-dessus de tout çà.

Comme nous redescendons, des ailes blanches apparaissent dans le ciel et survolent le paysage. Le rêve d'Icare réalisé, çà doit être bien aussi.

Comme nous redescendons, des ailes blanches apparaissent dans le ciel et survolent le paysage. Le rêve d’Icare réalisé, çà doit être bien aussi.

Petite halte à Massat sur le chemin du retour pour déguster un demi bien frais, il a fait chaud, et c'est tout ce qui nous manquait.

Petite halte à Massat sur le chemin du retour pour déguster un demi bien frais, il a fait chaud, et c’est tout ce qui nous manquait.

9 août 2010+3

Combien sont-ils sur le chemin ?

Combien sont-ils sur le chemin ?

Combien devant la cheminée ?

Combien devant la cheminée ?

Et là, combien de bougies sur le gâteau ?

Et là, combien de bougies sur le gâteau ?

Le 9 août dernier, trois était le chiffre du jour ! Bon anniversaire, mon petit bonhomme !♥

(Et merci à Dom pour la dernière photo !)

Saint-Lizier (7 août)

Après une belle soirée bien arrosée chez l'ami Philippe (admirons le tableau romantique)...

Après une belle soirée bien arrosée chez l’ami Philippe (admirons le tableau romantique)…

... programme culturel pour ce jeudi 7 août avec la visite de la petite ville de Saint-Lizier, et pour commencer sa cathédrale du même nom

… programme culturel pour ce jeudi 7 août avec la visite de la petite ville de Saint-Lizier, et pour commencer sa cathédrale du même nom

à l'intérieur de laquelle se trouvent des peintures remarquables, ici c'est un Christ en majesté du XIIIe

à l’intérieur de laquelle se trouvent des peintures remarquables, ici c’est un Christ en majesté du XIIIe

et là ce sont des fresques du XIe (il y a un millier d'années par conséquent)

et là ce sont des fresques du XIe (il y a un millier d’années par conséquent).

Toujours dans la cathédrale, l'orgue des XVIIe et XVIIIe siècles (j'aime bien la pancarte)

Toujours dans la cathédrale, l’orgue des XVIIe et XVIIIe siècles (j’aime bien la pancarte)

Puis, attenant, le cloître roman surmonté d'un étage ajouté au XIVe siècle.

Puis, attenant, le cloître roman surmonté d’un étage ajouté au XIVe siècle.

On entre enfin, grâce à notre guide qui a la clé, dans la salle du trésor où se trouve le fameux buste de Saint Lizier en argent ciselé

On entre enfin, grâce à notre guide qui a la clé, dans la salle du trésor où se trouve le fameux buste de Saint Lizier en argent ciselé (les reflets des autres visiteurs dans sa vitrine sont le fait du seul hasard)

ainsi qu'entre autres curiosités une statue de Saint Roch.

ainsi qu’entre autres curiosités une statue de Saint Roch.

Dans la Légende de saint Roch, celui-ci, atteint de la peste, se réfugie dans la forêt et reçoit le secours de l’Ange qui fait jaillir une source pour étancher sa soif et laver sa blessure, et du chien du seigneur voisin qui vole chaque jour un pain à son maître pour l’apporter à Roch.

La visite se poursuit un peu plus bas à l'hôtel-Dieu, qui a conservé sa pharmacie du XVIIIe siècle en parfait état, on y découvre des potions étonnantes...

La visite se poursuit un peu plus bas à l’hôtel-Dieu, qui a conservé sa pharmacie du XVIIIe siècle en parfait état, on y découvre des potions étonnantes…

...dont on n'est pas sûr qu'elles aient été très efficaces, en tous cas tout le monde a fini par mourir !

…dont on n’est pas sûr qu’elles aient été très efficaces, en tous cas tout le monde a fini par mourir !

On se presse ensuite pour tenter de rejoindre le palais des évêques, les visites guidées se chevauchent un peu ; çà valait le coup de se dépêcher, car les fresques qui ornent la deuxième cathédrale de Saint Lizier, celle de la Sède, sont vraiment extraordinaires !

On se presse ensuite pour tenter de rejoindre le palais des évêques, les visites guidées se chevauchent un peu ; çà valait le coup de se dépêcher, car les fresques qui ornent la deuxième cathédrale de Saint Lizier, celle de la Sède, sont vraiment extraordinaires !

Il ne reste plus de temps pour terminer le tour du palais, et d'ailleurs il tombe une pluie battante, juste un petit arrêt sous un arbre bien feuillu pour la vue sur la ville et les environs noyés de pluie.

Il ne reste plus de temps pour terminer le tour du palais, et d’ailleurs il tombe une pluie battante, juste un petit arrêt sous un arbre bien feuillu pour la vue sur la ville et ses environs noyés de pluie.

Les visiteurs de Provence (4 août etc)

Nous voilà maintenant arrivés au 4 août (hé oui, c’est déjà un peu loin…), toujours en Ariège, avec le début du petit séjour de Dom et François, mais malheureusement sans la visite un moment espérée de Gaétan et sa famille, trop loin, et on les comprend tout de même.
Retour au dimanche 4 août, par conséquent.

Dom est la première à gravir la "pierre plate" (c'est le nom de ce chemin d'accès au hameau).

Dom est la première à gravir la « pierre plate » (c’est le nom du chemin d’accès au hameau).

Les bagages pour deux ! On apprécie la coopération de Camille le chenille !

Les bagages pour deux ! On apprécie la coopération de Camille la chenille !

Beau temps le lendemain ! On ne peut pas louper çà ! Un papillon nacré prend la pose sur une fleur d'eupatoire, mais on ne va pas passer la journée à le contempler : en route pour le pique-nique au lac de Bethmale.

Beau temps le lendemain ! On ne peut pas louper çà ! Un papillon nacré prend la pose sur une fleur d’eupatoire, mais on ne va pas passer la journée à le contempler : en route pour le pique-nique au lac de Bethmale.

On commence par gravir le col de la Core, ce jour là les vaches sont tout près du col, sur le bord de la route.

On commence par gravir le col de la Core, ce jour là les vaches sont tout près du col, sur le bord de la route.

Nous voilà arrivés au lac, entouré de son écrin de verdure.

Nous voilà arrivés au lac, entouré de son écrin de verdure.

C'est un vrai miroir, encore une fois. Mais il rehausse les couleurs du paysage. Un genre de miroir magique...

C’est un vrai miroir, encore une fois. Mais il rehausse les couleurs du paysage. Un genre de miroir magique…

La légende raconte qu’il y a très longtemps vivait cachée au lac de Bethmale une méchante sorcière. Tous les jours, elle faisait des misères aux habitants du village. Un jour de colère, les bethmalais montèrent vers le col de la Core avec leurs fourches pour se débarrasser d’elle. Prise au piège, la bruche sauta dans le lac en jurant qu’elle ne disparaîtrait jamais. Depuis, sa robe bleu vert, restée au fond, donne au lac ses reflets si particuliers.

Le lac se déverse dans une plus petite retenue où on laisse grossir les truites.

Le lac se déverse dans une plus petite retenue où on laisse grossir les truites.

Le lac se fait vert pour refléter la forêt.

Il se fait vert pour refléter la forêt.

...et bleu pour refléter le ciel, une berce sur le rivage accueille les insectes de passage.

…et bleu pour refléter le ciel, tandis qu’une berce sur le rivage accueille les insectes de passage.

Lorsqu'une risée trouble le reflet, les couleurs se mélangent dans l'eau.

Lorsqu’une risée trouble le reflet, les couleurs se mélangent dans l’eau.

A travers les arbres c'est encore différent.

A travers les arbres c’est encore différent.

Pour finir le tour du lac, un couple de vieux hêtres amoureux forme un porche naturel.

Pour finir le tour du lac, un couple de vieux hêtres amoureux forme un porche naturel.

Mais... surprise sur le chemin du retour, les nuages ont gagné le col de la Core et notre cueillette de myrtilles se fait dans le flou !

Mais… surprise sur le chemin du retour, les nuages ont gagné le col de la Core et notre cueillette de myrtilles se fait dans le flou !

On a quand même pu manger sur la terrasse le soir... avec polaire de préférence !

On a quand même pu manger sur la terrasse le soir… avec polaire de préférence !