Le chemin des Dames.

Pas de pluie au programme du vendredi, nous voilà donc partis, toujours sans Guy mais cette fois avec Daniel, et sous la houlette de Paul, pour le département voisin de l’Aisne et une randonnée pédestre dans le secteur du chemin des Dames, célèbre pour ses combats terribles et acharnés pendant la première guerre mondiale. Nous commençons par nous rendre au village d’Aizy-Jouy (deux communes fusionnées) où nous laissons la voiture devant la mairie.

On démarre en empruntant la rue des anges, qui est celle de l'église. Les hommes chercheraient-ils déjà les Dames ?

On démarre en empruntant la rue des anges, qui est celle de l’église. Les hommes chercheraient-ils déjà les Dames ?

L'église a été reconstruite en 1933, ici rien n'est resté debout après la guerre !

L’église a été reconstruite en 1933, ici rien n’est resté debout après la guerre !

Nous quittons le village et empruntons un chemin campagnard où les clématites des haies captent le moindre rayon de soleil avec les plumets de leurs akènes.

Nous quittons le village et empruntons un chemin campagnard où les clématites des haies captent le moindre rayon de soleil avec les plumets de leurs akènes.

Le chemin monte dans un paysage encore tout à fait hivernal.

Le chemin monte dans un paysage encore tout à fait hivernal.

Mais ici aussi, les noisetiers ont déjà leurs chatons.

Mais ici aussi, les noisetiers ont déjà leurs chatons.

Notre attention est attirée en passant par une espèce de grande cage métallique, où trois malheureux corbeaux se sont fait piéger. Dans quel but ?....

Notre attention est attirée en passant par une espèce de grande cage métallique, où trois malheureux corbeaux se sont fait piéger. Dans quel but ?….

Le long du chemin, toujours les clématites à l'assaut des arbres.

Le long du chemin, toujours les clématites à l’assaut des arbres.

Puis nous rejoignons la route qui vient du village, et après un petit arrêt café chaud - cake bien agréable, nous poursuivons notre chemin.

Puis nous rejoignons la route qui vient du village, et après un petit arrêt café chaud – cake bien agréable, nous poursuivons notre chemin.

Nous arrivons au site de La Royère, près du chemin des Dames lui-même, où un mémorial est édifié. Les photos du site prises à la fin de la guerre sont impressionnantes.

Nous arrivons au site de La Royère, près du chemin des Dames lui-même, où un mémorial est édifié. Les photos du site prises à la fin de la guerre sont impressionnantes.

Nous descendons ensuite et passons près de la chapelle Sainte-Berthe, elle aussi reconstruite après la guerre.

Nous descendons ensuite et passons près de la chapelle Sainte-Berthe, elle aussi reconstruite après la guerre.

J'y découvre une plaque à la mémoire de mes compatriotes gersois.

J’y découvre une plaque à la mémoire de mes compatriotes gersois.

L'arbre qui est là a des fruits qui ressemblent à des noix, sans en être vraiment. On dirait qu'il y avait un cœur à l'intérieur ! Nos recherches du soir nous révéleront qu'il s'agit d'un noyer d'Amérique ou noyer noir.

L’arbre qui est là a des fruits qui ressemblent à des noix, sans en être vraiment. On dirait qu’il y avait un cœur à l’intérieur ! Nos recherches du soir nous révéleront qu’il s’agit d’un noyer d’Amérique ou noyer noir.

Et il y a aussi des perce-neige !

Et il y a aussi des perce-neige !

Le chemin continue dans la campagne, nous ne croisons absolument personne.

Le chemin continue dans la campagne, nous ne croisons absolument personne.

Nous arrivons à Pargny-Filain, l'église Saint-Martin est récente, celle du XIIIème siècle ayant été complètement détruite lors de la première guerre mondiale.

Nous arrivons à Pargny-Filain, l’église Saint-Martin est récente, celle du XIIIème siècle ayant été complètement détruite lors de la première guerre mondiale.

C'est derrière l'église que se trouve l'endroit le plus abrité, et il y a là des sièges pour notre pique-nique.

C’est derrière l’église que se trouve l’endroit le plus abrité, et il y a là des sièges pour notre pique-nique.

L'itinéraire remonte ensuite par des chemins de terre jusqu'au site du fort de la Malmaison, lui aussi théâtre de terribles combats. La visite est interdite et le lieu totalement désert ; juste un peu plus loin, c'est le cimetière allemand et ses milliers de croix noires...

L’itinéraire remonte ensuite par des chemins de terre jusqu’au site du fort de la Malmaison, lui aussi théâtre de terribles combats. La visite est interdite et le lieu totalement désert ; juste un peu plus loin, c’est le cimetière allemand et ses milliers de croix noires…

Sur le chemin qui nous ramène à la voiture, quelques plumes arrachées à un oiseau sont accrochées à un barbelé, le symbole est étrange en cet endroit.

Sur le chemin qui nous ramène à la voiture, quelques plumes arrachées à un oiseau et accrochées à un barbelé, le symbole est étrange en cet endroit où tant d’innocents ont été broyés par la guerre.

Nous reprenons ensuite la voiture pour aller jusqu'à la "caverne du dragon", autre lieu de mémoire de la Grande Guerre. Malheureusement, nous arrivons juste un peu après le départ de la dernière visite guidée, et nos demandes pour la rejoindre n'auront pas de succès. Le lieu présente une exposition de Haïm Kem, dont ce tableau...

Nous reprenons ensuite la voiture pour aller jusqu’à la « caverne du dragon », autre lieu de mémoire de la Grande Guerre. Malheureusement, nous arrivons juste un peu après le départ de la dernière visite guidée, et nos demandes pour la rejoindre n’auront pas de succès. Le lieu présente une exposition de Haïm Kem, dont ce tableau…

...et cette citation, entre autres œuvres assez remarquebles.

…et cette citation, entre autres œuvres assez remarquables.

A l'extérieur, il y a aussi un monument formé de neuf statues de bois noirci, à la mémoire des tirailleurs sénégalais tombés ici en grand nombre pour défendre "la mère Patrie" !

A l’extérieur, il y a aussi un monument formé de neuf statues de bois noirci, à la mémoire des tirailleurs sénégalais tombés ici en grand nombre pour défendre « la mère Patrie » !

Nous finirons cette journée mémorielle par une visite au monument des Basques, un peu plus loin le long du chemin de Dames, édifié en hommage aux soldats de la 36ème DI, issus des départements du Sud-Ouest.

Nous finirons cette journée mémorielle par une visite au monument des Basques, un peu plus loin le long du chemin de Dames, édifié en hommage aux soldats de la 36ème DI, issus des départements du Sud-Ouest.

Publicités

Une réflexion sur “Le chemin des Dames.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s