28 janvier : les bornes 2 et 3.

Ce n’est toujours pas la saison des champignons, mais il nous reste les bornes, bien plus faciles à trouver, surtout avec un super GPS qui fonctionne formidablement bien et qui semble même capable de faire des photos ! Nous voilà donc partis pour rejoindre la borne 2 par un itinéraire un peu moins escarpé et glissant que celui trouvé précédemment, avec la possibilité de faire une boucle, plus intéressante qu’un simple aller-retour.
Pour aller au point de départ, on suit les indications données par Jean-Paul Dugène sur son site, pas moyen de se tromper.

Voici la source située au-dessous d'un chêne auprès de laquelle nous garons la voiture, conformément aux instructions.

Voici la source située au-dessous d’un chêne auprès de laquelle nous garons la voiture, conformément aux instructions. On est sur la commune de Biriatou.

Nous poursuivons ensuite à pied le chemin en direction du Sud.

Nous poursuivons ensuite à pied le chemin en direction du Sud.

Lizarlan, dernière maison en France, avec son micro-gardien borgne, mais aimant aboyer et se faire caresser.

Voici Lizarlan, dernière maison en France, avec son micro-gardien borgne, aimant aboyer et se faire caresser.

Le chemin descend ensuite dans la forêt en direction d'un joli ruisseau, les chênes gardent leur aspect de têtards depuis l'époque où on les taillait ainsi pour assurer la nourriture des cochons (cela donne plus de glands).

Le chemin descend ensuite dans la forêt en direction d’un joli ruisseau, les chênes gardent leur aspect de têtards depuis l’époque où on les taillait ainsi pour assurer la nourriture des cochons (cela donne plus de glands).

Voilà le ruisseau, il y a du débit.

Voilà le ruisseau, il y a du débit, rien d’étonnant avec le temps qu’il a fait.

Un autre têtard, qui semble mal en point.

Un autre têtard, qui semble mal en point.

Chic ! Pas besoin de se déchausser, il y a une belle passerelle toute neuve.

Chic ! Pas besoin de se déchausser, il y a une belle passerelle toute neuve.

Nous remontons ensuite le long de la rive droite de la Bidassoa, maintenue par une rangée de platanes.

Nous remontons ensuite le long de la rive droite de la Bidassoa, maintenue par une rangée de platanes.

En sous-bois, les hellébores fleurissent.

En sous-bois, les hellébores fleurissent.

Le sentier monte rapidement.

Le sentier monte rapidement.

Puis on sort de la forêt et le tracé est hasardeux, il y a quelques cairns de temps en temps.

Puis on sort de la forêt et le tracé est hasardeux, il y a quelques cairns de temps en temps.

On y est ! Enfin, moi pas tout à fait... La montée a été rude.

On y est ! Enfin, moi pas tout à fait… La montée a été rude.

Je me demande ce qui attire ce vautour au-dessus de ma tête. J'ai à peine transpiré...

Je me demande ce qui attire ce vautour au-dessus de ma tête. J’ai à peine transpiré…

La borne 3 n'est pas beaucoup plus loin. Mais il n'y a plus le temps de chercher les suivantes, il faut redescendre et rejoindre la voiture.

La borne 3 n’est pas beaucoup plus loin. Mais il n’y a plus le temps de chercher les suivantes, il faut redescendre et rejoindre la voiture.

Avant de redescendre à travers la forêt, on suit un peu la crête et on peut profiter de la vue vers Hendaye et Fontarrabie.

Avant de redescendre à travers la forêt, on suit un peu la crête et on peut profiter de la vue vers Hendaye et Fontarabie.

Publicités

Une réflexion sur “28 janvier : les bornes 2 et 3.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s