Depuis le col de Méhatché.

Nous avons eu début décembre un bon coup de froid, qui ne nous a pas empêchés d’aller faire une petite balade à la recherche d’un hêtre retrouvé sur une photo datant de quelques années (mars 2006 exactement !)

Voici la photo retrouvée.

Voici la photo retrouvée.

Localisation supposée du côté du col de Méhatché, à proximité de l’Artzamendi et de son radar. On y accède par Itxassou et le pas de Roland, puis une petite route étroite et sinueuse qui monte le long du Laxia.

Le long de la route, les futurs jambons broutent tranquillement.

Le long de la route, les futurs jambons broutent tranquillement.

Les pottok sont très nombreux autour du col de Méhatché, ils ont déjà leur pelage d'hiver, heureusement pour eux.

Les pottok sont très nombreux autour du col de Méhatché, ils ont déjà leur pelage d’hiver, heureusement pour eux.

En effet, malgré le soleil, il ne fait pas chaud ce 1er décembre.

En effet, malgré le soleil, il ne fait pas chaud ce 1er décembre.

On passe à côté de ce grand menhir couché.

On passe à côté de ce grand menhir couché.

...et çà caille !

…et çà caille !

Seuls les chachis arrivent à fleurir en cette saison.

Seuls les chachis arrivent à fleurir en cette saison.

On passe à côté d'un hêtre, mais ce n'est pas celui que nous cherchons.

On passe à côté d’un hêtre, mais ce n’est pas celui que nous cherchons.

Le chemin suit de près la frontière, comme en témoignent plusieurs bornes, ici c'est la 84.

Le chemin suit de près la frontière, comme en témoignent plusieurs bornes, ici c’est la 84.

Nous voilà près des falaises (penas de Itxussi), et je crois bien que c'est mon arbre là-bas au loin !

Nous voilà près des falaises (penas de Itxussi), et je crois bien que c’est mon arbre là-bas au loin !

Ouiiiiii !

Ouiiiiii !

Depuis le bord de la falaise, on voit un joli pré clos en forme de coeur en contrebas.

Depuis le bord de la falaise, on voit un joli pré clos en forme de coeur en contrebas.

Je reviens au col en longeant la falaise.

Je reviens au col en longeant la falaise.

Tout près du col, l'une des bornes frontière (la 81) est au milieu d'un cromlech !

Tout près du col, l’une des bornes frontière (la 81) est au milieu d’un cromlech !

En repartant, on admire la lumière dorée du soir sur l'Artzamendi toujours gelé.

En repartant, on admire la lumière dorée du soir sur l’Artzamendi toujours gelé.

Publicités

Une semaine à Anglet.

De retour de Corse, çà change d'aller voir quelques vagues à l'Océan. A cette saison, le soleil se couche sur l'Espagne.

De retour de Corse, çà change d’aller voir quelques vagues à l’Océan. A cette saison, le soleil se couche sur l’Espagne.

Quand les vagues sont belles, les surfeurs profitent des dernières lueurs du couchant.

Quand les vagues sont belles, les surfeurs en profitent jusqu’aux dernières lueurs du couchant.

Nous, on a un amateur de travaux publics.

Nous, on a un amateur de travaux publics.

Dou et Carotte se couchent sans faire d'histoire, eux.

Dou et Carotte se couchent sans faire d’histoire, eux.

Hmmmm, que c'est bon le citron !

Hmmmm, que c’est bon le citron !

Chouette, Michou m'a amené un nouveau livre.

Chouette, Michou m’a amené un nouveau livre.

De retour à la maison, on a eu droit à un Poum !

De retour à la maison de Toulouse, on a eu droit à un Poum ! Dommage que Papy n’était pas en grande forme.

De Sartène à Ajaccio.

Samedi, veille du départ, après la visite du site de Cauria, il faut reprendre la route pour rejoindre Ajaccio d’où nous repartons demain. Premier arrêt au pont génois sur le Rizzanese, puis nous empruntons une joie petite route de montagne qui nous amène par le village d’Aullène et le col de Saint Eustache à rejoindre la nationale 196 à Petreto-Bicchisano, avant de la suivre jusqu’à Ajaccio.

Spin'à cavallu

Spin’à cavallu (çà doit vouloir dire dos d’âne, ou plus exactement de cheval).

Le pont Spn'à cavallu vu de l'amont

Le pont Spin’à cavallu vu de l’amont

Le pont est droit mais la pente est rude !

Le pont est droit mais la pente est rude !

La route serpente dans un univers minéral où les squelettes des pins témoignent encore des incendies récents. Ici ce rocher a été agrémenté d'un oeil par un artiste de passage, du coup il a vraiment l'air d'une sculpture.

La route serpente dans un univers minéral où les squelettes des pins témoignent encore des incendies récents. Ici ce rocher a été agrémenté d’un oeil par un artiste de passage, du coup il a vraiment l’air d’une sculpture.

Du col de Saint Eustache, on aperçoit les aiguilles de Bavella derrière le village d'Aullène.

Du col de Saint Eustache, on aperçoit les aiguilles de Bavella derrière le village d’Aullène.

Notre route rejoint la nationale à Petreto-Bicchisano.

Notre route rejoint la nationale à Petreto-Bicchisano.

Voilà notre avion du dimanche matin.

Et voilà notre avion du dimanche matin.

Demain, retour au bureau du Château neuf ! A l'année prochaine, la Corse !

Demain, retour au bureau du Château neuf ! A l’année prochaine, la Corse !

Menhirs et dolmen autour de Sartène

Plusieurs sites dans la région de Sartène témoignent d’un habitat très ancien, nous avons pu trouver, non sans quelques difficultés, les sites de Palaggiu et Cauria, et y admirer des alignements importants de menhirs, des statues-menhirs superbes ainsi qu’un très beau dolmen.

Voici le seul panneau qui indique l'accès à l'alignement de Palaggiu

Voici le seul panneau qui indique l’accès à l’alignement de Palaggiu

Il faut suivre un chemin bordé d'arbousiers à la fois en fleurs et en fruits

Il faut suivre un chemin bordé d’arbousiers à la fois en fleurs et en fruits

Nous voilà arrivés sur le site.

Nous voilà arrivés sur le site.

Les menhirs dressés, ou plus probablement redressés, sont nombreux ici

Les menhirs dressés, ou plus probablement redressés, sont nombreux ici

Les menhirs couchés, voire enterrés le sont encore bien plus.

Les menhirs couchés, voire enterrés le sont encore bien plus.

Ceux-ci représenteraient-ils Astérix et Obélix ?

Ceux-ci représenteraient-ils Astérix et Obélix ?

Le lendemain, visite du site de Cauria, ici une barrière artisanale au départ du chemin.

Le lendemain, visite du site de Cauria, ici une barrière artisanale au départ du chemin.

En Corse la montagne est toujours présente.

En Corse la montagne n’est jamais bien loin.

Les statues vues de face...

Les statues vues de face…

...et vues de dos.

…et vues de dos.

D'autres pierres sont aussi sculptées plus sommairement.

D’autres pierres sont aussi sculptées plus sommairement.

Renaghju : beaucoup de pierres sont au sol, couchées ou brisées, enterrées aussi dit-on.

Renaghju : beaucoup de pierres sont au sol, couchées ou brisées, enterrées aussi dit-on.

Le circuit s'achève avec le dolmen de Funtanaccia, très bien restauré et protégé par un enclos de bois.

Le circuit s’achève avec le dolmen de Funtanaccia, très bien restauré et protégé par un enclos de bois.

Une petite surprise en revenant à la voiture : ici comme ailleurs, la pluie fait pousser les cèpes !

Une petite surprise en revenant à la voiture : ici comme ailleurs, la pluie fait pousser les cèpes !

Campomoro

Depuis Sartène, nous nous sommes rendus en voiture, par une petite route très sinueuse et plutôt jolie, à Belvédère-Campomoro, en évitant Propriano trop touristique. La balade recommandée par Fredo et Itxaro est vraiment une merveille, d’autant plus que le temps était très clair et ensoleillé. Un bestiaire complet dans les rochers sculptés par le soleil, la mer et le vent s’offre généreusement au promeneur photographe, du coup la boucle annoncée pour une heure peut bien durer deux ou trois, et encore, en se dépêchant.

A Belvédère-Campomoro, il y a vraiment des maisons les pieds dans l'eau !

A Belvédère-Campomoro, il y a vraiment des maisons les pieds dans l’eau !

Le golfe de Valinco

Le golfe de Valinco

Ici l'eau est vraiment d'une limpidité inégalable.

Ici l’eau est vraiment d’une limpidité inégalable.

Le chemin passe parfois derrière des pins torturés par les vents marins.

Le chemin passe derrière des pins torturés par les vents marins.

Un mini crocodile se chauffe sur les rochers.

Un mini crocodile se chauffe sur les rochers.

Un récif de granit à quelques dizaines de mètres.

Un récif de granit à quelques dizaines de mètres.

La côte granitique et ses rochers sculptés.

La côte granitique et ses rochers sculptés.

Le sentier passe sous un rocher creusé.

Le sentier passe sous un rocher creusé.

La salsepareille est magnifique, mais nous n'avons pas vu de schtroumpfs.

La salsepareille est magnifique, mais nous n’avons pas vu de schtroumpfs. Je ne connais pas les plantes bizarres à côté.

Des roches claires et sombres se côtoient, celle-ci ressemblerait  à du Gruyère si celui-ci avait des trous (je prends des précautions car il se pourrait que des lecteurs et amis suisses puissent être heurtés).

Des roches claires et sombres se côtoient, celle-ci est pleine de trous.

On a trouvé que celle-ci ressemblait à une grenouille géante.

On a trouvé que celle-ci ressemblait à une grenouille géante.

On dirait un oiseau pétrifié

Ici on dirait un oiseau pétrifié

Celui-ci ressemble à un dauphin en train de sauter de l'eau

Celui-ci ressemble à un dauphin en train de sauter de l’eau

Les trous formés dans les rochers peuvent se transformer en bains à oiseaux

Les trous formés dans les rochers peuvent se transformer en bains à oiseaux

Une carte postale classique : la tour de Campomoro dans le creux du rocher

Une carte postale classique : la tour de Campomoro dans le creux du rocher

En poursuivant le sentier littoral c'est le même genre de relief

En poursuivant le sentier littoral c’est le même genre de relief

Le même rocher sous un autre angle, l'impression est tout à fait différente.

Le même rocher sous un autre angle, l’impression est tout à fait différente.

Notre hélicoptère qui vient nous rechercher.

Et voilà notre hélicoptère qui vient nous rechercher.

De Corte vers le Sud

Le jeudi départ de Corte vers le Sud pour rejoindre Fredo le soir à Sartène, vu la météo le choix de la route côtière de l’Est s’imposait car la montagne devait de nouveau rester dans son cocon de nuages toute la journée.


Cliquer sur une image pour la voir en grand, puis sur les flèches pour faire défiler.

Le nid d’aigle de Corte.

Pour accéder au nid d’aigle de la Citadelle de Corte, il faut passer par le musée d’anthropologie, ce n’est donc pas possible le lundi car le musée est fermé. Le Musée lui-même proposait une exposition temporaire sur le sport qui ne m’a pas attirée, pour le reste cela manquait d’entretien, et si la partie sur l’élevage était intéressante, j’ai été bien surprise de ne rien y trouver sur les premiers habitants de la Corse.

En se dirigeant vers le nid d'aigle, on peut admirer quelques belles toitures anciennes.

En se dirigeant vers le nid d’aigle, on peut admirer quelques belles toitures anciennes.

le nid d'aigle

Le nid d’aigle.

 

vue vers le sud

On domine déjà la ville.

 

une marche

Les marches sont en marbre de la Restonica. Celui-ci est vert, mais son dessin ne ressemble pas du tout à celui d’Estours.

 

le panneau d'entrée

Nous y voilà !

 

cour

Après avoir traversé la salle de garde, on accède à la cour intérieure.

 

dalle

De nombreuses dalles ont été gravées par les soldats désoeuvrés. C’était une époque lointaine, ils n’avaient pas d’Ipad pour passer le temps. Celui-ci s’appelait Casanova !

 

8265753278_2b05c623dd_c

Je ne suis pas passée, bien entendu.

 

la ville basse

On voit l’IUT de Corse, depuis ici ! Il est derrière le bâtiment jaune.

 

le belvédère

Par là c’est le belvédère où je suis montée hier, mais mon copain le chat n’est pas là aujourd’hui.

 

vue sur Corte

La ville haute et ses toits.

 

vécé médiéval

Sans commentaire.

 

escalier d'accès

Maintenant il faut redescendre l’escalier et ses marches de marbre.

 

escalier condamné

Celui-ci est aussi en marbre de la Restonica, et permettrait de sortir directement, mais il est condamné. Il faut repasser par le musée pour s’échapper !