Le petit train d’Artouste.

Grande décision en ce premier dimanche de septembre : me sentant menacée par un début de tendinite, et donc privée de balade un peu sérieuse, je vais enfin tenter la découverte du petit train d’Artouste. C’est loin : il faut commencer par aller jusqu’à Pau, puis s’enfiler dans la vallée d’Ossau jusqu’au lac de Fabrèges. C’est pour cela que depuis notre retour de Tunisie il y a 25 ans, nous sommes allés à pas mal d’endroits, y compris Wallis qui n’est pas vraiment la porte à côté non plus, mais toujours pas au petit train d’Artouste. Alors aujourd’hui, çà y est : le temps est annoncé plutôt beau, et la matinée pas trop avancée encore, en route ! Une fois rendus au lac de Fabrèges, (presque à sec en cette fin d’été), on se gare comme on peut vu l’affluence sur le parking officiel, et après avoir pris les billets il reste trois étapes pour rejoindre le lac d’Artouste : le téléphérique, le train et la marche jusqu’au lac. Le téléphérique nous amène jusqu’à 2000m d’altitude environ, on est donc bien contents d’avoir amené polaires et anoraks.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s